Horner - Renault reste la meilleure chance de succès pour Red Bull

En dépit des bisbilles et des échanges houleux qui ont animé le début de saison, les relations entre Renault et Red Bull semblent s'être de nouveau engagées dans la bonne voie depuis quelques semaines.

Pourtant, le manque de fiabilité a de nouveau accablé le motoriste français à Shanghai et à Bahreïn, mais Red Bull fait désormais front commun, au moins publiquement, pour tenter de résoudre la situation au mieux, et le plus rapidement possible.

En réalité, notre meilleure chance est avec Renault, et vice versa.

Christian Horner, Directeur de Red Bull Racing

Dans une période où l'avenir de Renault en F1 est en cours de définition, avec un engagement possiblement accentué, Red Bull sait que le Losange représente sa seule option pour disposer d'un partenaire d'usine à court terme. Le contrat entre les deux entités court jusqu'à l'issue de la saison 2016, et Christian Horner se dit convaincu des intérêts communs qu'ont encore Red Bull et Renault.

"En réalité, notre meilleure chance est avec Renault, et vice versa", affirme-t-il sur le site officiel de la Formule 1. "Nous avons gagné 50 Grand Prix et huit titres mondiaux ensemble, alors parfois la frustration déborde. C'est dans l'intérêt de Renault comme dans le nôtre de résoudre les problèmes actuels aussi vite que possible."

Le quota moteur sévèrement critiqué

La situation globale reste délicate pour l'écurie de Milton Keynes, qui va rapidement faire face à des pénalités moteur cette saison pour non-respect du quota imposé par les règlements.

"C'est frustrant. Assurément nous allons en utiliser plus de quatre – nous en avons utilisés trois en trois courses – donc les chances pour nous de rester dans la limite sont proches de zéro", confirme Horner.

Le Directeur de l'équipe autrichienne assure que l'accord pour l'utilisation d'un cinquième bloc cette saison a été trouvé et que la décision sera officialisée dans ce sens, mais cela ne suffira pas pour Red Bull. La limite imposée par les règlements continue d'ailleurs d'être un non-sens à ses yeux.

"Les équipes se sont mises d'accord unanimement en Malaisie pour introduire un cinquième moteur, mais les pénalités moteur affecteront les autres aussi, pas seulement nous. Pour nous, il faudrait que ce nombre augmente à sept, huit ou neuf moteurs par saison. Malheureusement, ce sont les règles. Espérons que ces règles deviendront plus réalistes à l'avenir."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags renault