Horner : Verstappen dominait tellement qu'il s'est ennuyé

Max Verstappen a remporté ce qui est peut-être la victoire la plus convaincante de sa courte carrière en Formule 1, intouchable sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez après l'accrochage des deux candidats au titre – qu'il venait de dépasser – au départ.

Horner : Verstappen dominait tellement qu'il s'est ennuyé
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Christian Horner, Red Bull Racing Team Principal
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, en lutte avec Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Charger le lecteur audio

Dans l'optique de la victoire, Max Verstappen a eu pour seul rival Valtteri Bottas, mais le pilote Red Bull a progressivement creusé l'écart pour s'imposer avec 20 secondes d'avance, après avoir passé toute la course en tête et sans jamais avoir été menacé.

Les unités de puissance Renault ont toutefois montré des signes de faiblesse aux 2250 mètres d'altitude de Mexico, si bien que quatre des six pilotes qui en étaient équipés ont été contraints à l'abandon. D'où une tâche à laquelle Red Bull ne se serait certainement pas attendu, concernant le leader Verstappen...

"Le plus difficile dans cette course était de le faire ralentir et non de le faire accélérer, ce qui était très inhabituel", commente Christian Horner, directeur d'équipe. "Je pense qu'il s'est un peu ennuyé par moments. Nous ne cessions d'essayer de le ralentir, et ça commençait à le frustrer un peu."

"Il adore les batailles roue contre roue. Ce qu'il a fait dans les deux premiers virages, on voyait après les qualifications quand il est arrivé au circuit qu'il voulait gagner cette course plus que n'importe quel autre pilote."

L'état-major de Red Bull a commencé à se faire des cheveux blancs sur le muret des stands lorsque Verstappen, solidement installé en tête de la course, a parlé de signer le meilleur tour en course. Un effort du Néerlandais en 1'18"892 lui a permis de reprendre son bien au 65e passage avant que Sebastian Vettel ne tranche définitivement trois tours plus tard en 1'18"785. Et si Verstappen tenait tout particulièrement à accomplir ce résultat, ce n'était pas que pour la beauté du geste !

"Nous avons un petit système de bonus que je réfléchis à éradiquer concernant le meilleur tour en course", sourit Horner. "J'ai demandé à son ingénieur de ne l'informer sous aucun prétexte que Seb Vettel venait de le priver de quelques euros. Mais le danger, pour lui, c'est qu'il regarde les écrans autour du circuit et qu'il peut le voir lui-même de toute façon. L'important, c'était de finir la course, et c'est ce qu'il a fait."

 
partages
commentaires
Il y a 100 ans naissait Maurice Trintignant
Article précédent

Il y a 100 ans naissait Maurice Trintignant

Article suivant

Stats - Hamilton égale Prost et Vettel

Stats - Hamilton égale Prost et Vettel
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021