#ThinkingForward
Dossier

#ThinkingForward

Les voitures clientes, "le moyen le plus rapide d'être compétitif"

Le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, estime que la Formule 1 doit aller au-delà d'un plafond budgétaire et envisager des solutions "courageuses", comme des voitures clientes, afin d'aider toutes les équipes à survivre à la crise du coronavirus.

Les voitures clientes, "le moyen le plus rapide d'être compétitif"

S'exprimant en exclusivité pour Motorsport.com pour la série de discussions #thinkingforward avec les leaders des sports automobiles, Horner a de nouveau fait part de sa volonté de voir des solutions radicales être adoptées par la Formule 1 afin de sortir au mieux de la crise liée à la pandémie de COVID-19.

Une idée en particulier semble faire son chemin, même en tant que solution provisoire pour l'avenir : la possibilité de permettre aux petites écuries d'acheter des voitures clientes. Une telle permission aiderait ces structures à réduire drastiquement leurs dépenses en matière de recherche et développement qui sont des postes très coûteux en discipline reine. Cela leur donnerait alors du temps pour se reconstruire après la crise, avant un retour au statut de constructeur à proprement parler.

Lire aussi :

"Il est désormais temps d'être courageux", a lancé Horner. "C'est le moment d'influencer le changement. Nous pouvons cocher des cases, mais je pense qu'il faut prendre le taureau par les cornes, sans mauvais jeu de mots. Si je dirigeais une plus petite équipe, le moyen le plus rapide d'être compétitif à un coût raisonnable serait, plutôt que d'essayer de faire de la rétro-ingénierie et de copier mon fournisseur, ce qui se produit dans de nombreux cas... pourquoi ne pas simplement leur vendre la voiture avec laquelle nous finissons à Abu Dhabi ? Laissez-les l'avoir."

"Ensuite, ils pourraient fonctionner comme une équipe de course, ils n'auraient pas besoin de toutes les installations de recherche et développement. C'est le chemin le plus rapide vers la compétitivité, et le moins cher également. Ils pourraient fonctionner en tant qu'écurie de course avec un produit correct. En plus, s'ils rassemblent une bonne équipe, ils peuvent gagner des courses. Nous avons prouvé cela avec Toro Rosso et Sebastian Vettel quand nous leur fournissions dans les faits une voiture cliente en 2008."

"Mais il y a cette paranoïa sur le fait d'être un constructeur et ce que l'on abandonne si l'on est pas un constructeur. Ça fonctionne dans d'autres formes de sports mécaniques, en MotoGP. Si vous pouvez acheter une Mercedes, une Ferrari ou une Red Bull après Abu Dhabi, pourquoi ne pas le faire ?"

"Couper l'arrivée d'eau en amont"

Une grande partie du débat actuel sur la réduction des coûts en F1 tourne autour d'une bataille sur le plafond budgétaire – les petites écuries poussant pour un abaissement à 100 millions de dollars alors que Ferrari est catégorique et préfère une somme plus proche des 150 millions. Horner a cependant déclaré que d'autres règles, comme le gel du développement, méritaient une plus grande attention, car il serait bien plus utile pour les écuries de réduire la nécessité de dépenser que de s'inquiéter d'un plafond de dépenses. "Je suis pour les économies et un plafond est une chose raisonnable, mais si vous n'allez pas en amont et n'arrêtez pas le robinet, alors vous ne pouvez pas vous attendre à ce que le plafond soit le barrage qui capture tout. Il s'agit plutôt de couper l'arrivée d'eau en amont."

Malgré les batailles politiques qui doivent encore être résolues, le team principal de Red Bull s'est dit convaincu que la F1 était en train d'agir de la bonne manière dans sa réponse à la crise jusqu'à présent et qu'elle saisissait cette opportunité pour façonner la discipline pour l'avenir. "La F1 en tant que Championnat du monde a été très fortement touchée, mais je pense qu'en temps d'adversité, les gens se rassemblent. Je l'ai vu dans notre propre équipe et dans la discipline dans son ensemble. Je pense que dans l'ensemble, tout le monde est concentré sur les bonnes choses pour assurer la survie de la F1, et pour qu'elle finisse par se mettre en marche, de manière sûre et responsable."

Lire aussi :

Horner a également exhorté les autres directeurs d'écuries à faire confiance aux personnalités plus expérimentées du paddock qui ont déjà connu des situations de crise, notamment le manager sportif de la F1 Ross Brawn et le président de la FIA Jean Todt. "Rien ne vous prépare à ce à quoi nous sommes actuellement confrontés et vous essayez de faire preuve de bon sens et d'utiliser l'expérience pour vous aider à vous en sortir."

"Il y a quelques directeurs d'équipe qui n'ont pas vécu ce genre d'expérience auparavant, et je pense donc qu'il est important que le sport s'appuie sur l'expérience de personnes comme, par exemple, Ross Brawn qui a vécu une crise de son côté avec Brawn GP et Honda, etc. Je pense que l'expérience de la vie est inestimable. Il en va de même pour Jean Todt, et je pense qu'il faut exploiter cette expérience."

partages
commentaires
L'approche novatrice qui rendait Ayrton Senna si spécial

Article précédent

L'approche novatrice qui rendait Ayrton Senna si spécial

Article suivant

Comment la sécurité en F1 a changé à jamais après Imola 1994

Comment la sécurité en F1 a changé à jamais après Imola 1994
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021