Hülkenberg offre à Renault une inespérée 6e place !

En terminant sixième du Grand Prix d'Abu Dhabi 2017 de Formule 1, Nico Hülkenberg a offert à Renault la sixième place du classement constructeurs.

Hülkenberg offre à Renault une inespérée 6e place !
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team, et l'équipe
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10, Felipe Massa, Williams FW40
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Charger le lecteur audio

Le top 6 de l'Allemand fera sans doute parler car il s'est en grande partie construit sur une infraction au règlement. En effet, la Renault numéro 27, en lutte avec Sergio Pérez, a coupé la seconde chicane et a maintenu sa position au lieu de la rendre au Mexicain.

Même s'il a écopé de cinq secondes de pénalité à purger dès son arrêt au stand pour cela (la sanction habituelle dans ce genre de cas), ce dernier ayant lui-même été très lent en raison d'un problème de pneu arrière, sa position de piste, loin derrière les Red Bull, lui a permis de creuser suffisamment d'écart pour conserver l'avantage sur la Force India.

"Je savais que j'avais les cinq secondes d'avance sur Checo, mais comme l'arrêt a duré un peu plus longtemps que prévu, je commençais à être nerveux", a déclaré le pilote allemand. "Finalement, ça a été. J'ai réussi à passer la Haas de [Romain Grosjean, à la sortie des stands], qui était très rapide en ligne droite. C'est un résultat solide, la sixième place, nous avons atteint tous les objectifs pour ce week-end."

Revenant sur son court-circuitage de chicane, il explique : "C'est toujours un point de vue différent. Je voyais qu'il bloquait sa roue et qu'il allait sortir large. Je n'avais physiquement aucun endroit où aller. D'une certaine manière, il m'a plus ou moins tassé hors de la piste. Je pense que la pénalité de cinq secondes était juste, tout bien considéré."

Du côté de la direction de Renault Sport F1, Cyril Abiteboul, son directeur général, était pour le moins heureux, au micro de Sky Sports : "Je n'ai pas les mots pour décrire ça en anglais !"

"Il y a des règles, il y a eu une pénalité, nous avons purgé la pénalité et nous avons fait ce qu'il fallait pour creuser l'écart et pour que la pénalité ne nous désavantage pas. C'est la course, nous avons fait le nécessaire."

"Nico a été exceptionnel, surtout en qualifications, comme il l'a été toute l'année. Il dit que les nouvelles voitures lui conviennent particulièrement bien, et il le prouve. Aujourd'hui, il a piloté parfaitement pendant la course, de façon intelligente aussi. Toute la course était planifiée pour la gestion de l'énergie, c'est un bon résultat pour toute l'équipe."

Quant à Carlos Sainz, il a de son côté connu un abandon, après un arrêt manqué où sa roue avant gauche a été mal fixée : "Carlos faisait une belle course. Nous bataillions avec Massa et Alonso. Les arrêts au stand ont été l'un des deux problèmes de l'équipe avec la fiabilité. Nous ne voulons plus de ça l'an prochain", conclut Abiteboul.

partages
commentaires
Vettel spectateur du doublé intouchable des Mercedes
Article précédent

Vettel spectateur du doublé intouchable des Mercedes

Article suivant

Ricciardo : Räikkönen aurait dû être loin devant au championnat

Ricciardo : Räikkönen aurait dû être loin devant au championnat
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021