Hülkenberg : "Comme un bébé qui fait ses premiers pas !"

partages
commentaires
Hülkenberg :
Par : Benjamin Vinel
27 févr. 2017 à 19:40

Nico Hülkenberg faisait ce lundi ses grands débuts au sein de sa nouvelle écurie, Renault Sport F1 Team... mais ce n'est justement qu'un début.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S.17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17

B.V., Barcelone - Avec le neuvième temps de cette première journée d'essais à Barcelone, Nico Hülkenberg et Renault sont solidement installés dans le ventre mou du classement, ne devançant qu'une écurie McLaren à la journée catastrophique et une équipe Sauber qui n'a soit pu, soit voulu trouver la performance.

Hülkenberg ne s'en formalise pas, malgré une journée marquée par des soucis de carrosserie qui lui ont coûté un peu de temps de piste. Après tout, l'Allemand continue à découvrir sa nouvelle équipe, avec une R.S.17 fort différente des monoplaces qu'il a pilotées par le passé, en raison de la nouvelle réglementation technique.

"Certes, la journée n'a pas été sans accroc, mais nous nous y attendions", déclare Hülkenberg. "C'était beaucoup d'apprentissage ce matin, tour après tour, à chaque relais on découvre des choses. J'étais vraiment comme un bébé qui fait ses premiers pas ! J'ai pris du plaisir aujourd'hui."

Développement effréné

Et bien que Renault se situe dans le ventre mou du classement ce lundi, le vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 préfère relativiser, rappelant qu'avec cette fameuse nouvelle réglementation, le rythme de développement sera effréné.

"Le truc, c'est que le développement est en cours", souligne Hülkenberg. "Il est probable que toutes les équipes prennent de nouvelles pièces à Melbourne, et le rythme de développement est si rapide qu'on n'est jamais sûr de rien. On peut très bien être bon ici la deuxième semaine, mais à Melbourne, ce pourrait ne plus être suffisamment bon."

"Il faut travailler dur ; pour l'instant, il est important de comprendre les bases, à savoir les réglages de la voiture, comment elle réagit à certains changements de réglages, les pneus. Il faut faire le travail de base, puis les aérodynamiciens et tout le monde à l'usine travaille sur les évolutions à venir. Donc c'est difficile à dire."

Article suivant
Sainz interloqué par les 120/150 tours des écuries de pointe

Article précédent

Sainz interloqué par les 120/150 tours des écuries de pointe

Article suivant

Hamilton - La Mercedes "est 1000 fois plus belle" que les autres F1

Hamilton - La Mercedes "est 1000 fois plus belle" que les autres F1
Charger les commentaires