Humilité et force mentale, la recette pour devenir Champion du Monde

Dans une semaine, à Abu Dhabi, le paddock F1 aura un nouveau Champion du Monde

Dans une semaine, à Abu Dhabi, le paddock F1 aura un nouveau Champion du Monde. Lewis Hamilton contre Nico Rosberg : l'affiche a été la même durant toute la saison, et offre du suspense jusqu'aux ultimes kilomètres du millésime 2014.

Pour Damon Hill, Champion 1996 et régulièrement dans la lutte pour la couronne mondiale durant sa carrière, la pression est sur les épaules de Lewis Hamilton, en dépit d'une avance lui permettant de ne terminer "que" second en cas de victoire de son rival.

"Je pense que c'est toujours plus difficile pour la personne qui mène. Je pense que celui qui chasse s'est un peu résigné, en partie, à la possibilité de ne pas gagner ; tandis que l'autre a tout à perdre", juge ainsi le Britannique pour la BBC.

"On le voit toujours en golf", compare-t-il. "Vous essayez de vous accrocher à votre commandement sur les derniers trous, mais soudain, ça commence à vous faire cogiter sur ce que vous faites. Si vous parvenez à vous détendre, génial! Si vous arrivez à même y prendre du plaisir, alors je pense que vous avez des chances de réaliser de meilleures performances. Et cela ne veut pas dire que vous ne vous concentrez pas plus que jamais au cours de votre vie".

La pression qui transcende ou fait perdre ses moyens

Hill sait à quel point la F1 représente une exigence sportive et mentale intense en fin de championnat. On se souvient encore des larmes de l'impassible Mika Häkkinen, furieux contre lui-même à Monza (1999) après une erreur due à la pression en plein cœur de la lutte pour le titre.

Presque mystique, Hill estime qu'aucun environnement ne peut réunir tous les ingrédients offrant en retour le niveau d'implication et de concentration qu'il a connu au plus fort d'une lutte pour le titre mondial F1.

"Une compétition aussi importante que le Championnat du Monde de Formule 1 fait ressortir chaque petite once de performance en vous. Car c'est l'opportunité qui vous rend performant. Il n'y a aucune façon au monde pour moi de pouvoir performer à ce niveau dans quoi que ce soit. Je ne le pense pas. Ça ne se serait juste pas produit".

Nous avons tous nos faiblesses

Le mental est aussi important que le talent et la préparation à ce stade de la saison.

"Le sport ne construit pas le caractère, il montre le caractère", estime Hill, qui assiste avec régal à ce climax de la saison.

"Nous sommes tous imparfaits, nous avons tous nos faiblesses. J'ai beaucoup appris depuis que j'ai cessé de courir ; et j'aurais aimé le savoir quand j'étais pilote! Mais on n'apprend pas ça à ce moment-là. Chaque génération regarde en arrière et pense : 'Oh, je vois ce qui n'est pas allé; ça ne m'arrivera pas'. Et en grandissant, on tend à penser : 'Je suis indestructible. Non, je ne vais pas tomber dans ce piège'. "

Mais seule l'expérience personnelle, accumulée au jour le jour, permet de faire face à certaines situations.

"Si malgré tout l'on comprend certains fondamentaux avant d'être dans un moment de crise, ou avant le moment que l'on a attendu toute sa vie, alors, on est mieux préparé", concède cependant Hill, pour qui l'humilité demeure par ailleurs un facteur primordial.

"Je pense que certains comme Jackie Stewart, et les grands pilotes, ont pris en route des conseils de la part de gens qu'ils respectaient et qu'ils ont toujours savoir comment en savoir plus. Ils ne se sont jamais élancés en pensant qu'ils savaient tout; et je pense que ceux qui font ça peuvent être trop confiants. Je pense qu'il n'est pas avisé de penser que l'on ne peut pas apprendre".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mika Hakkinen , Jackie Stewart , Lewis Hamilton , Damon Hill , Nico Rosberg
Type d'article Actualités