Il y a un an - La disparition de Maria de Villota

“Je me sens beaucoup mieux, mais c'est une course d'endurance

Je me sens beaucoup mieux, mais c'est une course d'endurance. Maintenant, je me rends compte qu'il y a une vie au-delà de la Formule 1, et je suis sûre que le meilleur est encore à venir et l'amour que j'ai reçu de tout le monde couvre une vie entière”.

Dans l’une de ses dernières apparitions publiques, en septembre 2013, c’était une Maria de Villota souriante et résolument optimiste pour son parcours qui apparaissait. La jeune femme avait vécu un choc des plus traumatisants avec la perte de son œil et une altération physique permanente de son cuir capillaire et de sa structure osseuse suite à son important accident sur l’aérodrome de Duxford, lors de son premier test F1 avec l’équipe Marussia. Mais pourtant, pour l'Espagnole, l’avenir était abordé avec un sourire indéfectible, malgré un nouvel handicap.

La nouvelle du décès de la jeune femme, dans une chambre d'hôtel de Séville, le 11 octobre 2013, a représenté un choc pour les personnes connaissant la jeune pilote au mental d'acier.

Ses nausées régulières et ses lourdes migraines, conséquences de nombreuses opérations au niveau du crâne, l’avaient laissée diminuée, mais vivante et apte à une nouvelle vie d’ambassadrice, notamment avec la FIA, où elle occupait activement sa place pour représenter la féminité dans les sports mécaniques. Impliquée à l’échelon associatif et mettant sa notoriété tragique au service de la communauté en Espagne, Maria de Villota était une figure respectée et aimée de ceux qui avaient pû la côtoyer, après avoir également affiché un sourire constant lors de son apprentissage du haut niveau de compétition automobile durant son passage en SuperLeague Formula dans l’équipe de son père, Emilio.

Quelques jours avant son arrêt cardiaque, Maria De Villota relatait combien il avait été difficile de se réveiller à l'hôpital et se rendre compte qu'elle avait perdu un œil. “Un des chirurgiens s’est approché de ma famille et a dit ''votre vie est sauve et nous sommes heureux, mais nous devons vous dire que vous avez perdu un œil. Vous voyez que votre famille, vos amis, vous regardent comme si vous étiez un miracle”. “J'ai la chance de pouvoir aller de l'avant et j'ai un grand enthousiasme pour la vie”. Maria regardait encore à la télévision cette F1 ayant bouleversé sa vie de pilote et de femme, et comptait sur sa force de caractère pour aider d’autres femmes à trouver les ressources pour arriver au plus haut niveau. “Je vais continuer en sport auto, parce que c'est dans mon ADN et rien ne pourra m’en empêcher. J’aime tant ça! Je veux être cette référence, et je veux continuer à me battre. Les filles qui sont en karting voulant atteindre le sommet ont besoin de soutien ; quelqu'un doit vous emmener là-bas”.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Maria de Villota
Type d'article Actualités