Hommage

Imola 1994, la F1 perd Ayrton Senna : ils y étaient, ils racontent

Le 1er mai est, invariablement depuis 28 ans, une date sombre pour la Formule 1. Les tragiques événements du Grand Prix de Saint-Marin 1994 ont marqué la discipline à jamais, et l'ont changée aussi. Ceux qui ont vécu ce funeste week-end et les accidents mortels de Roland Ratzenberger le 30 avril, puis d'Ayrton Senna le lendemain, peuvent en témoigner.

Ayrton Senna, Williams FW16 Renault

United Kingdom Martin Brundle (McLaren)

"Un sentiment d'invincibilité avait commencé à s'installer"

Ce week-end-là m'a beaucoup rappelé l'époque de l'Endurance en 1985, quand on perdait des pilotes et que l'on se disait  : "Et après ? Que se passe-t-il ? Pourquoi tout le monde en même temps ?". À Imola, il y a eu l'accident de Rubens [Barrichello], puis de Ratzenberger, puis de Senna, et deux semaines plus tard Karl Wendlinger est violemment sorti de la piste à Monaco.

Nous n'avions pas vu de pilote mourir depuis Elio [de Angelis] en 1986, mais il y avait eu beaucoup de gros crashs, donc un sentiment d'invincibilité avait commencé à s'installer. Ça a fait d'Imola un week-end choquant. J'étais avec Senna dans l'ascenseur d'un petit hôtel la nuit précédant son accident. Il était bouleversé par la mort de Ratzenberger.

Il y avait le briefing des pilotes le lendemain et c'était chargé en émotion. Je ne peux pas prétendre me souvenir précisément des détails, mais je me souviens de la salle et je m'y revois. Voir le film Senna m'a rappelé des choses que j'avais oubliées, et même une ou deux autres que je n'avais pas remarquées à l'époque, avec mes œillères de pilote. Des choses comme le crash au départ, puis l'agitation dans la voie des stands avec quatre mécaniciens blessés. En regardant le film, ce qui m'a surpris c'est comment la voiture d'Ayrton semblait bonne. Il y avait une caméra embarquée d'un tour avant l'accident, que je n'avais jamais vue. Ça m'a surpris.

Je me rappelle très bien du retour sur la grille après l'accident d'Ayrton. C'était un choc violent : je me souviens avoir évité des morceaux revenus sur la piste. Au début, j'ai eu l'impression que c'était Damon. Puis nous avons entendu dire que c'était Senna. Et tous les écrans de télévision dans les garages ont été éteints. Après, on nous a dit qu'il allait bien et que nous l'avions tous vu bouger la tête, mais nous savons tous que c'était quasiment son dernier mouvement.

Lorsque nous sommes repartis, je me suis dit que le choc avait été important mais qu'il était possible de survivre. Nous avions assisté à de graves accidents dans Tamburello, comme celui de Berger. Alors nous avons repris la course. Nous ne savions pas qu'Ayrton avait en fait été tué quasiment sur le coup.

La grille de départ du GP de Saint-Marin, le 1er mai 1994.

La grille de départ du GP de Saint-Marin, le 1er mai 1994.

J'ai été très déçu que nous ayons continué à courir alors qu'il y avait littéralement une mare du sang d'Ayrton sur le bord de la piste. Après la course, il y avait cette ambiance dans le paddock… que l'on remarque davantage car le silence est assourdissant. Les gens ne faisaient que vaquer à leurs occupations. Il y avait beaucoup de déni. L'une des premières personnes à savoir ce qui s'était passé était Keke Rosberg. Il me l'a dit et, peu après, Ron Dennis m'a demandé ce que j'avais entendu. Je lui ai dit ce que Keke m'avait dit, et Ron n'a absolument rien dit. Il était très proche d'Ayrton.

Plus tard, j'ai quitté le circuit pour l'aéroport avec Giorgio Ascanelli, qui était mon ingénieur de course chez McLaren et avait été celui de Senna. Nous étions à mi-chemin vers l'aéroport de Bologne et Giorgio ne disait absolument rien. Tout à coup, il a dit : "Et que sais-tu de l'accident ?". J'ai répondu : "On m'a dit qu'il était mort. On m'a dit qu'il n'avait pas survécu".

Ça a semblé donner la tonalité pour la suite. On s'est un peu emballé pour la sécurité et on a reformé le GPDA. Chacun d'entre nous s'est vu attribuer des circuits à examiner sur le plan de la sécurité. Dans une certaine mesure, il y a eu une réaction très instinctive et nous avons vu apparaître des chicanes avec des pneus, comme à Barcelone. Le problème, c'est que nous savions tous, consciemment ou inconsciemment, qu'il y avait des virages où l'on pouvait mourir si ça tournait très mal.

On avait le sentiment, nous les pilotes de course, que l'on devait prendre le contrôle de la sécurité. Il y avait vraiment l'envie d'envoyer un message. Ensuite, les choses se sont un peu normalisées, mais c'est une période qui a changé la F1 à jamais. C'est aussi une période où, bizarrement, les gens ont semblé prendre davantage conscience de ce qu'était la F1.

United Kingdom Damon Hill (Williams)

"Un séisme énorme pour la F1"

Imola 1994 a été la plus grande épreuve de toute ma vie, aussi bien en tant que pilote qu'en tant que personne, en tout cas dans ma carrière professionnelle. C'était surréaliste. À l'époque, ça semblait irréel, et après avoir vu le film Senna, je réalise que j'avais oublié certains passages et que d'autres me rendaient très mal à l'aise. Il y avait aussi des choses que je ne voulais pas affronter de nouveau et que j'avais peut-être refoulées.

Il s'est passé tellement de choses… des petites choses… puis c'est devenu un week-end lors duquel tout ce qui se produisait conduisait à une énorme catastrophe. Tout le monde était abasourdi après ce week-end, sans savoir quoi faire. Nous n'avons pas immédiatement réalisé qu'Ayrton était mort. Personne ne le savait vraiment. Ça venait juste d'arriver.

Les véritables informations sur l'état d'Ayrton n'étaient pas disponibles, sauf pour Sid [Watkins, médecin de la FIA]. Ce n'est qu'à la fin de la course que nous avons su qu'Ayrton s'était tué. J'avais entendu dire que ça n'allait pas et l'équipe a essayé de me protéger, dans une certaine mesure. Ce genre de chose est tellement énorme qu'il faut du temps pour en prendre conscience.

Quant à la course… quelqu'un se souvient-il vraiment de ce qui s'est passé ? Le fait d'être un pilote de Grand Prix sur la grille est de toute manière un peu surréaliste, on est concentré sur ce que l'on a à faire. Et quand quelque chose tourne mal comme ça, une part de vous est préoccupée par ce qui vient de se passer. Mais ensuite on réalise que l'on n'a pas de rôle à jouer dans tout ça. J'avais donc le sentiment qu'il fallait y aller et faire avec, c'est tout ce que je pouvais faire.

C'était le premier Grand Prix européen de la saison donc il y avait de l'agitation supplémentaire par rapport aux courses précédentes. J'étais encore en train de m'adapter à la dimension supplémentaire que Senna apportait. L'intérêt et la curiosité qui l'entouraient étaient encore plus palpables à Imola. Ça s'est amplifié et ça a généré beaucoup d'excitation.

Après son mauvais début de saison, il y avait une pression croissante sur Ayrton pour qu'il soit performant. Et je me souviens que la une d'Autosport, la semaine précédente, avait rajouté de la pression sur Ayrton.

Nous étions vraiment au début d'une nouvelle ère. Nous ne savions pas vraiment qui était Michael Schumacher. C'était vraiment le nouveau venu et on se réadaptait à cette nouvelle dimension. Quand on y repense, il est évident que c'est à Imola que s'est amorcée une nouvelle ère. Au début de la saison, l'idée était qu'Ayrton avait la meilleure voiture, dans la meilleure équipe, et qu'un autre titre mondial serait beaucoup plus facile à aller chercher qu'il ne l'était en réalité.

Après, concernant le week-end en lui-même, pour être brutal, lorsque Roland s'est tué on sentait déjà que les choses avaient mal tourné. Il ne semblait pas possible que ça puisse être pire. Nous pensions tous que l'époque où la mort des pilotes était fréquente était révolue. Particulièrement pour des gens arrivés en F1 après cette période, ou qui commençaient à la suivre, le fait que des pilotes meurent pendant une course était profondément choquant. Tout cela a semblé contribuer à la puissance de ce qui s'est passé. Ça a touché tout le monde très, très durement et beaucoup se sont demandé pourquoi ils faisaient quelque chose qui avait de telles conséquences. Et en plus, c'était en direct à la télévision.

L'onde de choc a eu un effet énorme sur la F1. Ma vie a complètement changé à ce moment-là. Ma carrière a pris une trajectoire complètement différente. Imola 1994 a été un séisme énorme pour la F1. Et le point positif qui en est ressorti, si l'on peut voir les choses sous cet angle, c'est que la sécurité des voitures et des circuits s'est améliorée de façon incommensurable. La tragédie, c'est qu'il a fallu ce week-end pour que ça arrive.

Brazil Rubens Barrichello (Jordan)

"Tout le week-end, quelque chose n'allait pas"

Je me souviens de tout le week-end. J'avais bien commencé lors des essais libres et nous étions vraiment bien préparés le matin. Je me souviens avoir huit dixièmes d'avance sur mon tour précédent, lorsque je suis sorti de la piste à la fin du tour dans la Variante Bassa.

Tout ce dont je me souviens concernant l'accident en lui-même, c'est qu'un très jeune et très stupide Rubens Barrichello a essayé d'aller trop vite dans ce virage. Sur le coup j'ai dit : "Oups". C'était un choc si fort que je ne me souviens pas de l'impact. Je me souviens juste du "Oups". Je ne me souviens pas que Senna soit venu me voir à l'hôpital. Je ne me souviens pas du tout de l'hôpital, en fait. Mais je me rappelle être revenu sur le circuit le lendemain avec le nez cassé, et j'avais encore beaucoup de mal à respirer.

Le terrible accident de Rubens Barrichello lors des essais libres, le 29 avril 1994.

Le terrible accident de Rubens Barrichello lors des essais libres, le 29 avril 1994.

En y repensant maintenant, c'était vraiment un gros choc, qui a été mesuré à 95 g. Mais comme j'allais bien, je suis rentré en Angleterre pour regarder la course avec un ami avant de repartir au Brésil. C'est là que j'ai vu l'accident. L'ambiance était déjà très triste après ce qui était arrivé à Roland. Puis avec l'accident de Senna, lorsqu'il s'est crashé il a bougé sa tête et pour nous, c'était le signe qu'il était encore en vie, même si c'était en fait tout le contraire. C'était tellement triste.

Ayrton est la première personne pour qui j'ai assisté à des funérailles, ça ne m'était pas encore arrivé dans ma famille. Vous savez, tout le week-end, quelque chose n'allait pas. On peut croire ou non à ce qui est spirituel, mais ce week-end-là, le sentiment spirituel n'était pas bon.

Austria Gerhard Berger (Ferrari)

"Tout mon corps tremblait"

La plupart d'entre vous va se demander si c'était bien de continuer la course. Honnêtement, j'ai vu l'accident de Roland. Je l'ai vu en boucle et je sais ce qui s'est passé. Je sais combien c'était violent pour le pilote. Je savais avant de sortir que la situation était critique. Je le ressentais au fond de moi. C'est la première fois que je me suis mis à trembler après un accident. J'étais dans la voiture, je regardais l'écran et quand ils ont commencé à le sortir de la voiture, j'ai vu que ça n'allait pas du tout.

Naturellement, dans notre métier on est parfois un peu préparé à voir de telles situations. Mais comme c'était un pilote autrichien, avec un lien personnel, c'était encore pire. Je sais qu'il ne devrait pas y avoir de différence entre un pilote que l'on connaît et un autre que l'on ne connaît pas. Mais ça affecte différemment.

Je suis sorti de la voiture, je me sentais mal. Je suis allé dans le motorhome et tout mon corps tremblait. Puis est arrivée la situation difficile, de savoir si j'allais piloter ou pas. Je me suis dit que la question n'était pas de savoir si j'allais piloter maintenant. La question était de savoir si j'allais piloter le lendemain [en course] et à l'avenir, ou si je n'allais plus piloter du tout. Ce n'était pas lié à cet après-midi-là, c'était lié au fait d'être préparé ou non à prendre ce risque.

Roland Ratzenberger s'est tué le 30 avril à Imola, 24 heures avant Ayrton Senna.

Roland Ratzenberger s'est tué le 30 avril à Imola, 24 heures avant Ayrton Senna.

Que je pilote ou non n'allait rien changer pour Roland. Mais je devais décider si j'étais prêt à prendre encore des risques comme ça. Franchement, quand Barrichello est sorti de la piste, ça m'a donné une image de la proximité entre la vie et la mort. Je me sentais vraiment à la limite. Mais je me suis dit : "Veux-tu courir demain ou non ?". Et j'ai dit que j'allais courir. À partir de ce moment-là, je me suis concentré sur mon travail, car ça n'allait rien changer pour qui que ce soit. C'était une situation difficile, c'était très dur.

Je crois qu'Ayrton a été incroyablement malchanceux de recevoir l'impact là où il l'a reçu sur la tête. Il y avait certainement eu des accidents plus graves dans ce virage. C'est vrai qu'il était préoccupé par la sécurité ce week-end-là, particulièrement après l'accident de Roland. Il m'en a beaucoup parlé, encore après le briefing des pilotes le dimanche.

Je suis allé voir Ayrton à l'hôpital immédiatement après la course et ça a eu une incidence très lourde pour moi. Il était mort, mais maintenu en vie par une machine, et c'est là que je l'ai vu pour la dernière fois. Je suis allé aux funérailles de Roland à Salzbourg et d'Ayrton à São Paulo, et c'est là qu'on dit au revoir de manière officielle. Mais ce que l'on voit en piste quand deux amis se tuent, c'est ça qui vous touche.

France Erik Comas (Larrousse)

"J'ai vu mon ami allongé mais je ne pouvais rien faire"

J'étais assis à côté d'Ayrton lors du briefing des pilotes le matin de la course et, pour la première fois, tout le monde parlait de sécurité. Il a dit : "On ne peut pas continuer comme ça".

Ayrton m'a pratiquement sauvé la vie à Spa, en 1992. Le week-end avant le Grand Prix était celui des 24 Heures de Spa, ils avaient retiré le vibreur intérieur à Blanchimont et avaient oublié de le remettre pour la F1. Après seulement trois tours en essais libres, JJ Lehto a mis de la poussière et de la terre partout sur la piste. J'étais quelques secondes derrière lui et je suis sorti de la piste.

J'ai eu un accident comme celui d'Ayrton. La roue avant droite a heurté mon casque et m'a assommé. Toutes les voitures sont passées devant moi, y compris mon coéquipier [Thierry Boutsen], mais Ayrton a entendu que mon moteur tournait toujours. Il s'est arrêté et a coupé l'interrupteur principal. Après ça, nous avons eu d'étroites relations et nous avons tous deux été choqués par les événements des deux premiers jours à Imola.

Ayrton Senna lors des essais libres du GP de Saint-Marin 1994.

Ayrton Senna lors des essais libres du GP de Saint-Marin 1994.

Pendant l'intervention de la voiture de sécurité à Imola, Éric Bernard m'a heurté et j'ai ressenti d'énormes vibrations, donc j'ai décidé de m'arrêter pour faire inspecter la voiture. L'équipe était concentrée sur la résolution du problème et ne s'est pas rendu compte que Senna avait eu un accident.

Une fois ma voiture réparée, je suis allé au bout de la voie des stands. Il y avait de la confusion pour savoir si je pouvais reprendre la piste, mais le commissaire m'a laissé y aller. Lorsque je suis arrivé à Tamburello, je ne pouvais pas passer car il y avait les ambulances et l'hélicoptère. J'ai dû arrêter ma voiture et en sortir. J'ai vu mon ami allongé mais je ne pouvais rien faire pour l'aider. C'était un sentiment horrible. Je n'ai pas attendu la reprise de la course. J'ai quitté le circuit et je suis rentré chez moi, à Londres.

Au début, je ne voulais plus courir en F1, mais Gérard Larrousse et d'autres m'ont persuadé d'essayer, à Monaco, et j'ai finalement décidé de terminer la saison. C'était une expérience très traumatisante pour moi, il m'a été impossible d'en parler pendant plus de dix ans.

Finland Mika Häkkinen (McLaren)

"Nous n'aurions pas dû continuer à courir"

Mon premier souvenir, évidemment, c'est celui d'un week-end horrible. Un week-end noir. Il n'y a pas d'autre façon de le décrire, rien de positif à en tirer ou à en dire. Mais quand j'y repense, j'ai beaucoup de souvenirs humainement positifs de Roland et Ayrton, et tous les deux resteront toujours dans ma mémoire. Tout ce que je souhaiterais, c'est que nous puissions remonter le temps et que ça ne soit jamais arrivé, mais ce n'est évidemment pas possible.

Je pense vraiment que le week-end de Grand Prix aurait dû être stoppé lorsque Rubens a eu son accident le vendredi. Il était évident qu'il y avait quelque chose au niveau de la piste, ou dans la combinaison entre ces voitures et le circuit. Ils auraient dû dire : "OK, il y a quelque chose qui ne va pas". Puis Roland s'est tué, et là ça aurait dû être terminé. Nous n'aurions pas dû continuer à courir. C'est facile de dire ça maintenant et c'est sûr que ça aurait été une décision difficile à prendre à l'époque, mais…

Ayrton Senna en tête du GP de Saint-Marin devant Michael Schumacher.

Ayrton Senna en tête du GP de Saint-Marin devant Michael Schumacher.

France Olivier Panis (Ligier)

"Ce week-end a vraiment été un cauchemar, et ça l'est toujours"

C'est mon pire souvenir en course automobile, honnêtement. Tout le monde était tellement fan d'Ayrton, et de Roland aussi. Ce week-end a vraiment été un cauchemar, et ça l'est toujours, même si c'était il y a longtemps. C'est un week-end que j'aimerais oublier, mais c'est arrivé et on ne peut rien y changer.  

Je voulais quitter le circuit aussi vite que possible pour essayer d'oublier, mais pour le jeune pilote de Formule 1 que j'étais à l'époque, au début de sa carrière, il était hors de question d'arrêter. Mais j'étais quand même très triste de tout ce qui s'est passé. Après ça, les pilotes ont fait énormément d'efforts pour la sécurité et avec le GPDA. C'est toujours triste qu'il faille un tel événement pour que les gens réagissent et que la sécurité change.

Australia David Brabham (Simtek)

"Je ne savais pas quoi répondre"

Le week-end n'a pas commencé sous les meilleurs auspices, et ça n'a fait qu'empirer. J'ai dû faire face à l'accident de Roland, à titre personnel mais aussi pour ma femme, qui était là et enceinte. En plus de ça, l'équipe était très jeune et sur le fil financièrement, il y avait beaucoup de problèmes. On ne sait pas vraiment comment gérer une telle situation quand on ne l'a jamais connue auparavant.

Normalement, on ne ferait pas la course dans cette situation : on remballerait pour rentrer à la maison. Le samedi soir, on m'a demandé si je voulais continuer. Ne m'étant jamais retrouvé dans cette situation, je ne savais pas vraiment quoi répondre. J'ai dit que je ferais le warm-up et que je verrais comment je me sentais. J'ai couru pour l'équipe, pas pour moi. J'avais le sentiment que c'était le meilleur moyen pour l'équipe d'aller de l'avant.

David Brabham au volant de la Simtek-Ford à Imola.

David Brabham au volant de la Simtek-Ford à Imola.

L'aileron avant avait un problème et ils l'ont renforcé, et Nick [Wirth] a juré sur sa vie qu'il était beaucoup plus solide et parfaitement sûr. Je l'ai pris au mot et j'ai fait la course.

Nous sommes repartis après la voiture de sécurité et j'étais derrière. Le temps que j'arrive sur les lieux de l'accident de Senna, la poussière était retombée. J'ai pensé que c'était une Tyrrell, pas une Williams. Nous avons fini par nous arrêter et le bruit courait au sujet de qui c'était. Sur le moment, je ne savais pas à quel point l'accident était grave, aucune information ne nous parvenait.

Je n'ai appris la mort d'Ayrton que lorsque je suis rentré chez moi et que j'ai regardé le télétexte. Je dois admettre que je n'avais pas envie de rester là-bas [après avoir abandonné tôt]. J'ai pris un vol cette nuit-là. C'était un choc énorme après avoir vécu tout ça avec Roland. J'étais assis et j'avais la tête qui tournait.

Germany Heinz-Harald Frentzen (Sauber)

"J'ai eu le sentiment que les choses allaient empirer chaque jour"

J'ai essayé plusieurs fois de me remémorer ce week-end, mais ça reste toujours à part. Il y avait presque quelque chose de mystique, si je peux le dire comme ça. Quand nous y pensons aujourd'hui, nous le décrivons comme un week-end totalement déprimant et désastreux, mais je ne me souviens pas d'un mauvais sentiment en amont.

Ce fut donc un choc quand Rubens est sorti de la piste en essais libres, mais pour moi le véritable choc a commencé le samedi, quand mon ami Roland s'est tué, et j'ai eu le sentiment que les choses allaient empirer chaque jour, peut-être sans s'arrêter.

J'étais proche de Roland, car nous avions passé 18 mois à courir ensemble au Japon avant la F1, et c'était vraiment quelqu'un de bien, un gars formidable. J'ai l'impression que tous ceux que nous avons perdus à Imola étaient des gens particuliers. Nous avions discuté un peu ce week-end-là et nous avions pris des photos ensemble aux vérifications. On se marrait, vous savez.

Ayrton m'a aussi parlé ce week-end-là, je me souviens avoir été assez fier qu'il prenne le temps de discuter avec moi. Il avait fait pareil au Brésil et à Aida au début de l'année. C'était ma première saison en F1 et il voulait en savoir plus sur moi, comment je m'habituais au milieu, comment je m'intégrais. Il avait commencé à me parler plus tôt en fait, dès les essais hivernaux à Estoril. Il semblait avoir un réel intérêt pour tous les jeunes pilotes.

Quand il s'est tué, toutes les pires choses ont semblé arriver en même temps. Nous avions connu beaucoup d'accidents avant, importants avec de gros dégâts, mais les pilotes ne souffraient pas de blessures graves. Et soudain, les deux pires sont arrivés en même temps.

Ayrton Senna lors du GP de Saint-Marin.

Ayrton Senna lors du GP de Saint-Marin.

Lorsque nous sommes allés à Monaco deux semaines plus tard, mon coéquipier [Karl] Wendlinger a eu son accident en essais libres et, vraiment, il y avait de très mauvaises ondes. C'était désastreux, on avait l'impression que ça n'allait jamais s'arrêter.

Tout le monde était tellement choqué que l'on ne pouvait parler que de sécurité. Mais ça a créé une grosse évolution de la sécurité dans tous les domaines. À certains égards, c'est allé trop loin avec ce que nous avons fait sur les circuits à l'époque, mais nous voulions couvrir toutes les possibilités. C'était une période fondamentale, qui a donné beaucoup d'énergie à tout le monde pour apporter des changements et des améliorations à la Formule 1.

Les accidents étaient un message pour nous, je crois, nous disant qu'il fallait faire quelque chose, et nous avons par exemple relancé le GPDA, qui a de nouveau impliqué les pilotes sur les questions de sécurité.

Ce que je me souviens avoir ressenti durant cette période, c'est que je ne savais pas vraiment quoi penser ni quoi faire. J'étais complètement désorienté. Ça me fait penser à l'une des premières fois où je suis allé faire du karting, et où l'un des enfants a eu un accident très grave. C'était comme un avertissement : "Mon dieu, je suis venu ici pour m'amuser et quelque chose comme ça peut arriver".

Imola et Monaco nous ont rappelé qu'il y avait toujours du danger en sport automobile, et que quelque chose comme ça pouvait arriver, qu'il fallait vraiment se concentrer sur ce que l'on faisait.

Lire aussi :
Ayrton Senna en discussion avec Niki Lauda avant le GP de Saint-Marin.

Ayrton Senna en discussion avec Niki Lauda avant le GP de Saint-Marin.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Verstappen appelle la F1 à revoir son format de week-end
Article suivant 1er mai 94, Senna se tue : Je me vois regarder et dire "bouge, bouge…"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France