L'importance "unique" de Ferrari face à l'intérêt des fans selon Liberty

partages
commentaires
L'importance
Par : Basile Davoine
13 févr. 2018 à 09:20

Face aux menaces de départ lancées par Ferrari en fin d'année dernière, Liberty Media entend pour le moment garder le cap. C'est en tout cas ce qu'a réaffirmé Chase Carey, PDG de la Formule 1, dans une récente interview.

Liant unilatéralement les écuries à la F1, les Accords Concorde arriveront à échéance en 2020, et les négociations menées par le nouveau propriétaire de la discipline alimentent les conversations. En jeu, la répartition des revenus, et les bonus dont disposent certaines équipes historiques – au premier rang desquelles Ferrari –, mais aussi l'orientation que prendra la discipline sur le plan de la motorisation.

Disposant aujourd'hui d'un droit de veto, la Scuderia conserve une influence majeure. Liberty Media veut néanmoins réajuster les choses et rééquilibrer la donne, ce qui a provoqué le courroux de Sergio Marchionne à plusieurs reprises, le président de la marque au cheval cabré assurant plusieurs fois que ses menaces étaient à prendre au sérieux.  

"Ferrari a une importance unique", rappelle Chase Carey dans les colonnes du Corriere della Sera. "Nous voulons qu'ils continuent à faire partie de ce championnat : nous voulons changer ce sport, en mieux, pas changer les équipes. Des compromis peuvent être trouvés, mais le principe le plus important n'est pas négociable : l'intérêt des fans passe en premier."

"Je n'entre pas dans le détail, mais notre objectif est de créer un sport sain pour les fans et pour les équipes. Le modèle économique actuel est insoutenable pour la majeure partie des teams. Si une écurie est à vendre, personne ne veut l'acheter, pas même à un dollar. Nous voulons que de nouvelles personnes arrivent, qu'elles soient protagonistes. Cela ne signifie pas que nous devons remplacer les écuries existantes, mais rallumer le désir de participer chez ceux qui sont à l'extérieur."

"Tout est beaucoup plus ouvert"

L'un des défis que vont devoir relever les dirigeants de la F1 concerne les budgets plafonnés : une volonté franche et affirmée de longue date, mais sur laquelle tout le monde s'est cassé les dents à ce jour. 

Chase Carey, président Formula One Group et Sergio Marchionne, PDG FIAT au 70e anniversaire de Ferrari

Pourquoi cet échec systématique ? "Parce qu'avant il était sur une base volontaire, et il n'arrivait donc rien à ceux qui ne le respectaient pas", rétorque Chase Carey. "Mais partons d'un autre point : trouvez-moi quelqu'un qui dise que cela a du sens de dépenser les sommes actuelles. C'est dingue. Nous respectons l'ADN, la technologie, mais notre objectif est de créer un grand sport, pas de soutenir des équipes, grandes, petites ou nouvelles, ni des constructeurs ou des indépendants. Nous dépensons dans la mauvaise direction. Ces dernières années, je ne crois pas que la F1 ait exprimé ce qu'elle a de mieux." 

Liberty Media a pris le contrôle de la catégorie reine en janvier 2017 et a depuis déjà initié plusieurs changements, mais le rythme devrait désormais s'accélérer et les nouveautés être plus visibles. Dernièrement, la suppression des grid girls a par exemple été annoncée, tout comme la modification des horaires des Grands Prix européens.

"Durant la phase 1, la priorité était de mettre en branle la machine organisationnelle pour faire croître le sport et le business, et cela a été fait", explique Chase Carey. "La seconde [phase], qui est pour moi la plus importante, était d'apporter des énergies fraîches dans le milieu. Dernièrement on entendait trop de choses négatives : vous vous souvenez quand Bernie [Ecclestone] disait qu'il n'aurait pas dépensé d'argent pour voir un Grand Prix ? Désormais tout est beaucoup plus ouvert, il y a une grande activité sur les réseaux sociaux, les prix des billets se sont abaissés, nous avons créé une fan zone partout. Tout ceci accélère le changement." 

Avec Léna Buffa

Les drapeaux Ferrari au pied du podium
Prochain article Formule 1
Les dates de présentation des F1 2018

Article précédent

Les dates de présentation des F1 2018

Article suivant

Vidéo - Le Circuit Paul Ricard est prêt pour le GP de France 2018

Vidéo - Le Circuit Paul Ricard est prêt pour le GP de France 2018

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités