Indianapolis 2001 : la 20e et dernière victoire de Mika Häkkinen

C'était il y a 19 ans jour pour jour : le 30 septembre 2001, Mika Häkkinen décrochait à Indianapolis sa 20e et dernière victoire en Formule 1, sous les couleurs de McLaren.

Indianapolis 2001 : la 20e et dernière victoire de Mika Häkkinen
Charger le lecteur audio

À l'époque, l'épreuve se déroule dans un contexte particulier et pesant, trois semaines à peine après les attentats du 11 septembre. De nombreuses écuries manifestent d'ailleurs leur solidarité avec le peuple américain, par exemple à travers des messages figurant sur les monoplaces. On retrouve la bannière étoilée sur plusieurs d'entre elles, en guise d'hommage.

Lire aussi :

Sur le plan sportif, ce dimanche-là commence très mal pour Mika Häkkinen, qui vit une saison plus que compliquée dans la lutte pour le titre mondial. Alors qu'il a signé la pole position la veille, le Finlandais commet une erreur pendant le warm-up, grillant le feu rouge à la sortie des stands au moment où la séance reprend, après avoir interrompue par la présence d'huile sur la piste.

Pénalisé, Häkkinen est relégué à la quatrième place de la grille, la pole revenant à Michael Schumacher (Ferrari) devant les deux Williams de Ralf Schumacher et Juan Pablo Montoya. "J'étais énervé, vraiment énervé", confiera le pilote McLaren. "En fait, il n'y a pas d'excuse, mais on ne peut tout simplement pas voir ces feux de là où j'étais. Les règles sont les règles, mais il faut du bon sens. Si on ne peut pas les voir, c'est impossible."

Au départ, Michael Schumacher et Juan Pablo Montoya côte à côte

Le départ profite toutefois à Rubens Barrichello, parti cinquième mais en tête au terme du premier tour. Le Brésilien est en fait sur une stratégie à deux arrêts, réputée plus rapide mais aussi plus risquée. Il compte ainsi 12"5 secondes d'avance sur Schumacher au moment de son premier arrêt au stand et perd ses chances de victoire en raison de la compétitivité affichée par les Williams. Au 34e tour, Montoya s'empare même des rênes de la course aux dépens de Schumacher.

La victoire semble promise au Colombien, qui a choisi l'option à un seul arrêt, mais soudainement, la Williams-BMW ralentit dans la ligne droite principale, victime d'une défaillance hydraulique. Un tour auparavant, Ralf Schumacher est parti en tête-à-queue et a abandonné : l'écurie Williams a tout perdu en quelques instants. Häkkinen ne se fait pas prier pour en profiter.

Alors que Schumacher s'arrête au stand, McLaren décide de maintenir Häkkinen et David Coulthard en piste le plus longtemps possible. La stratégie est payante et permet au double Champion du monde de creuser un écart suffisant avant son unique passage au stand.

Podium: le deuxième Michael Schumacher, Ferrari, le vainqueur Mika Hakkinen, McLaren, le troisième David Coulthard, McLaren

En fin de course, Barrichello est à l'attaque après son deuxième arrêt et réduit l'écart avec la McLaren, avant que celui-ci ne se stabilise autour de trois secondes. Alors qu'il ne reste que deux tours, le Brésilien voit le moteur de sa Ferrari le lâcher et le contraindre à l'abandon. Plus rien ne peut menacer Häkkinen, vainqueur pour la deuxième fois de cette saison 2001 et pour la dernière fois de sa carrière. Le Finlandais a déjà annoncé qu'il prendrait une année sabbatique en 2002… Une année sans retour, et finalement synonyme de retraite définitive de la F1.

Derrière Häkkinen, Schumacher et Coulthard, Jarno Trulli fait briller Jordan avec la quatrième place. L'écurie aux couleurs jaunes célébrait un week-end particulier pour son autre pilote, Jean Alesi, le Français participant au 200e Grand Prix de sa carrière avec une livrée spécialement modifiée pour l'occasion.

La Jordan EJ11 de Jean Alesi à Indianapolis

La Jordan EJ11 de Jean Alesi à Indianapolis

Photo de: Camille De Bastiani

partages
commentaires
Le clipping du moteur Honda a handicapé Red Bull à Sotchi
Article précédent

Le clipping du moteur Honda a handicapé Red Bull à Sotchi

Article suivant

Hamilton : "Après tout, je ne suis qu'un être humain"

Hamilton : "Après tout, je ne suis qu'un être humain"