Inégalités en F1 - L'Europe n'agira que si les écuries portent plainte

partages
Inégalités en F1 - L'Europe n'agira que si les écuries portent plainte
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
10 juil. 2015 à 13:01

Marcus Ericsson, Sauber C34
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM08
Romain Grosjean, Lotus F1 E23
Roberto Merhi, Manor F1 Team sous la pluie
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM08

Le système de répartition des revenus vers les équipes de Formule 1 est souvent désigné comme inégal, certaines écuries gagnant beaucoup plus que d'autres en fonction de leur classement au championnat et Ferrari bénéficiant tous les ans d'une prime arbitraire de 90 millions de dollars, soit environ 80 millions d'euros.

Ainsi, fin 2013, bien qu'ayant fini troisième du championnat seulement, la Scuderia avait encaissé près de 200 millions de dollars de plus que Marussia, qui avait dû se contenter de 10 millions.

Lire aussi : La répartition des primes dans le viseur de Todt

Anneliese Dodds, membre du Parlement Européen et du parti travailliste britannique, s'inquiète du modèle commercial et du processus de prise de décision de la F1, qui n'est donc pas forcément viable pour les petites équipes. Elle a décidé d'attirer l'attention de Margrethe Vestager, responsable des affaires de compétition et de sport au sein de la Commission Européenne, sur ce problème.

Rendant visite à Force India ce vendredi, Dodds a réitéré que bien qu'elle ait sa propre opinion à ce sujet, il fallait que ce soient les équipes qui portent plainte si elles voulaient que l'Union Européenne enquête réellement à ce sujet.

"Depuis la faillite de Marussia et de Caterham l'an dernier, j'ai de réelles inquiétudes au sujet de la Formule 1 actuelle," a-t-elle déclaré. "Cela ne signifie pas seulement deux équipes de moins en course ; cela signifie des centaines de personnes hautement qualifiées de ma circonscription qui ont perdu leur emploi et leur gagne-pain."

"C'est pourquoi j'ai soulevé le sujet un certain nombre de fois à Bruxelles, pour voir s'il y a là un cas à élucider. La déléguée qui en est responsable s'est montrée claire : elle ne peut rien faire à moins que les écuries elles-mêmes ne portent plainte officiellement, donc si les équipes pensent que c'est la bonne chose à faire, voilà ce qu'elles devraient faire."

De nombreux emplois à la clé

Sa visite chez Force India a permis à Dodds d'être immergée dans une écurie de Formule 1 et de constater les emplois qui sont créés par la catégorie reine du sport automobile.

"Chez Force India, j'ai vu le grand rôle que la Formule 1 joue en créant ce genre d'emplois de haute qualité en science et en ingénierie, et nous aimerions en voir bien davantage. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de perdre ce genre d'emplois," conclut-elle.

Prochain article Formule 1
Analyse technique - La version B de la Force India VJM08

Article précédent

Analyse technique - La version B de la Force India VJM08

Article suivant

Sauber - Rendre les voitures plus rapides n'est pas une solution

Sauber - Rendre les voitures plus rapides n'est pas une solution

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités