Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
23 oct.
Prochain événement dans
24 jours
31 oct.
Prochain événement dans
32 jours
13 nov.
Prochain événement dans
45 jours
04 déc.
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
73 jours

Innovation vs réglementation : l'éternel dilemme en F1

partages
commentaires
Innovation vs réglementation : l'éternel dilemme en F1
Par :

Le directeur exécutif de Renault, Marcin Budkowski, estime que les écuries de Formule 1 pourraient être "réticentes au risque" lorsqu'il s'agira d'aller chercher à utiliser les possibles lacunes de la réglementation technique 2022, du fait que les innovations pourraient être bloquées plus aisément par leurs rivaux.

Un élément clé de la structure de gouvernance en cours de formulation pour 2021 et au-delà (dans le cadre des nouveaux Accord Concorde) annule l'exigence d'unanimité entre les équipes sur les amendements immédiats au Règlement Technique. Désormais, ce seront "seulement" huit des dix votes qui seront requis. En conséquence, une innovation explorée par une ou deux équipes seulement, considérée comme exploitant une faille imprévue et allant à l'encontre de l'intention initiale des règles, pourrait être interdite sous une très brève échéance par le reste du plateau, moins inventif ou créatif.

Lire aussi :

En début d'année, Ross Brawn a laissé entendre que les équipes pourraient réfléchir à deux fois avant de poursuivre de telles innovations et de déployer de grandes ressources en matière de Recherche & Développement sans en soumettre tout d'abord leur nature à la FIA. Cette dernière pourrait alors en explorer les conséquences, mais aussi fortement canaliser ou retarder leur introduction.

"Ne pas bloquer l'évolution dans son intérêt propre"

Budkowski admet que le changement de gouvernance – s'il est accepté dans le cadre des nouveaux Accords Concorde – pourrait rendre une équipe moins susceptible d'investir ses ressources de R&D dans une innovation qu'elle craint de voir interdite avant d'avoir pu en tirer un grand bénéfice. Un sujet qui prend particulièrement son sens dans le contexte de l'avant-saison 2020, alors que Mercedes a introduit un novateur système (DAS) d'angulation manuelle des roues avant, que la concurrence admet trouver formidable et ne pas encore en saisir toute la subtilité ni les effets, mais craint fortement.

"Il faut être prudent avec ces questions car d'une certaine manière, cela protège les équipes contre les changements accidentels et donne une certaine stabilité", analyse Budkowski, qui connaît bien la mécanique interne de la FIA pour en avoir été l'un des leaders techniques avant de rejoindre Renault, là encore, non sans faire grincer certaines dents dans le paddock. "D'un autre côté, par le passé, une équipe aurait pu bloquer un changement."

"De mon point de vue personnel, la F1 a toujours été une affaire de bonnes idées, d'innovation et de dépassement des limites de la réglementation. Je pense donc qu'il est bon que les équipes ne puissent pas bloquer l'évolution de la réglementation dans leur propre intérêt, car le sport doit aller de l'avant et il vaut mieux que nous collaborions pour le faire avancer."

Selon Budkowski, les gens qui ont de bonnes idées devraient pouvoir en profiter. "Comment cela va-t-il changer notre approche ? C'est une très bonne question", s'interroge-t-il à voix haute. "Si l'on sait qu'une nouvelle idée a moins de chances d'aboutir car elle est à la limite de la réglementation, alors cela va probablement changer notre approche en demandant à la FIA de la clarifier. Cela aura pour conséquence de voir l'appétit pour le risque probablement changer."

Andreas Seidl, directeur de l'équipe McLaren, déclare de son côté qu'il est juste que la FIA "corrige" toute faille réglementaire. "Si quelqu'un trouve quelque chose dans le règlement, surtout maintenant qu'il est nouveau, je pense clairement qu'il est logique de le corriger au moment raisonnable si c'est totalement contraire à son intention réglementaire", assure-t-il. "Tant que nous avons la possibilité d'explorer les règlements et de trouver quelque chose dans ce domaine, je pense qu'il devrait être possible pour les équipes de faire la différence et de conserver cet avantage."

Haas : Effectuer un shakedown avant l'Autriche, "pas une priorité"

Article précédent

Haas : Effectuer un shakedown avant l'Autriche, "pas une priorité"

Article suivant

Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne

Après le COVID-19 et pour la diversité : la F1 lance #WeRaceAsOne
Charger les commentaires