La F1 sent un intérêt grandissant des motoristes pour 2026

Chase Carey assure que l'enthousiasme gagne les motoristes actuels mais aussi les éventuels nouveaux entrants dans les discussions visant à définir la réglementation moteur pour 2026.

La F1 sent un intérêt grandissant des motoristes pour 2026

Dans un an, la Formule 1 perdra un de ses quatre motoristes actuels, Honda ayant décidé de mettre un terme à son engagement à l'issue de la saison 2021. Ferrari, Mercedes et Renault seront alors les seuls à développer des unités de puissance – sauf si Red Bull Racing rachète la propriété intellectuelle de Honda – tandis qu'une nouvelle réglementation moteur sera introduite en 2026. Cette dernière n'est pas encore définie et fait l'objet de discussions décrites récemment par Mattia Binotto comme étant une "priorité", tandis que Honda a même été convié à la table des discussions. Si voir un constructeur s'en aller n'est jamais une bonne nouvelle, la F1 n'a pas paniqué devant la décision de la marque japonaise et se veut aujourd'hui optimiste quant à l'intérêt qu'elle pourra susciter auprès des constructeurs dans six ans.

"Je pense que d'un autre côté, nous recevons un soutien croissant", estime Chase Carey, PDG de la F1, au sujet des motorisations 2026. "Non seulement de la part des acteurs de la F1, des motoristes qui sont là, mais aussi de la part de ceux qui n'y sont pas. Ils sont en fait incroyablement enthousiastes quant à notre avenir autour du développement durable, vers lequel nous nous dirigeons avec la prochaine génération de moteurs. Je ne sais pas si vous avez vu les propos tenus par le PDG de Volkswagen il y a deux mois : ils n'auraient pas pu être plus positifs quant à notre orientation et à l'importance de notre plateforme."

Lire aussi :

Ces déclarations auxquelles Chase Carey fait allusion sont celles de Herbert Diess, président du directoire de Volkswagen depuis deux ans et demi. Durant l'été, il avait fait part d'un intérêt surprenant de son groupe, qui a pourtant quitté toute forme de sport automobile qui ne soit pas électrique sur fond de Dieselgate. "La Formule 1 deviendra neutre en CO2 en utilisant des carburants synthétiques", avait-il souligné. "C'est bien plus palpitant et amusant, avec davantage de compétition et une meilleure technologie que la Formule E, qui ne fait que quelques tours dans les centres-villes comme si c'était un jeu." Une Formule E où Volkswagen est pourtant fortement représenté à travers deux constructeurs de son giron, Audi et Porsche.

Pour Chase Carey, c'est évidemment un signal fort : "Je pense qu'à mesure que nous continuons de débusquer et de diffuser davantage d'informations sur notre prochaine génération de moteurs et nos objectifs de développement durable, nous bénéficions d'un soutien et d'un intérêt croissant, non seulement des partenaires actuels mais aussi des potentiels nouveaux partenaires quant à l'importance de ceci pour leur avenir."

Carey pas convaincu par les arguments de Honda

L'hospitalité Honda dans le paddock

Si Honda a justifié son retrait par une volonté d'aller vers davantage de neutralité carbone pour son entreprise et par le besoin d'y consacrer les ressources actuellement investies en Formule 1, Chase Carey peine d'ailleurs à croire à cet argumentaire. Pour le grand patron de la F1, qui cédera bientôt les commandes à Stefano Domenicali, le motif est avant tout économique.

"Je suppose deux choses sur la décision de Honda", avance-t-il. "Je pense d'abord, de mon point de vue, qu'elle était largement dictée par des difficultés économiques de l'ensemble de l'entité Honda. L'industrie automobile dans son ensemble fait face à certains défis, et je crois que Honda a du mal avec. Je pense que c'était la question centrale. Il ne fait aucun doute qu'il y a des aspects économiques que nous allons rectifier autour du moteur. Mais je pense que Honda a senti que ces pressions existaient aujourd'hui, et ils ont dû prendre des décisions."

partages
commentaires
Steiner accepterait le risque d'un duo de rookies chez Haas
Article précédent

Steiner accepterait le risque d'un duo de rookies chez Haas

Article suivant

La quête du succès "laisse des traces" chez Mercedes

La quête du succès "laisse des traces" chez Mercedes
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021