Interview exclusive de Jérôme d'Ambrosio

Lors du dernier Grand Prix de Singapour sur le circuit de Marina Bay, Jérôme d'Ambrosio est devenu officiellement le troisième pilote de Virgin Racing en effectuant ses premiers tours de roues lors de la première séance d'essais libres au volant de...

Lors du dernier Grand Prix de Singapour sur le circuit de Marina Bay, Jérôme d'Ambrosio est devenu officiellement le troisième pilote de Virgin Racing en effectuant ses premiers tours de roues lors de la première séance d'essais libres au volant de la VR-01.

Le pilote belge s'est livré sur son aventure à Singapour en exclusivité pour ToileF1.com. Dès ce vendredi, il reprendra la piste et effectuera sa première sortie sur le circuit de Suzuka. Un rendez-vous qu'il abordera avec humilité.

{{A Singapour, ce fut une grande première pour vous. Quels sentiments
cela produit de rouler pour la première fois en Formule 1 lors d’un
week-end de Grand Prix ?}}

"C'est assez indescriptible. Tout d'abord, au niveau personnel et émotionnel, il s'agit d'un moment très fort, celui pour lequel j'ai tant travaillé depuis mes débuts en sport automobile. Vous voyez le feu passer au vert à la fin de la voie des stands et vous savez que vous allez vous élancer avec tous les autres. Le sentiment est incroyable, mais il ne faut surtout pas lui laisser le temps de vous submerger."

"J'étais là pour faire un travail, pas pour me faire plaisir. Rapidement, donc, le métier a pris le dessus. Piloter une Formule 1 est quelque chose d'exceptionnel. Accélération, freinage, vitesse de passage en courbe, attention des ingénieurs au moindre détail : tout vous propulse dans une autre dimension."

Comment vous êtes vous préparé pour ce roulage ? Rouler de nuit était également une grande première pour vous.

"Depuis le début de l'année, j'effectue des roulages pour les roadshows de Renault, avec la R29 et même si l'objectif n'est absolument pas la performance dans ces démonstrations, je me suis peu à peu habitué à fréquenter l'univers de la F1, à manipuler le volant, etc... De plus, en étant pilote de réserve pour Renault, j'ai assisté à beaucoup de briefings, j'ai observé les ingénieurs et les mécaniciens travailler dans le garage."

"D'une certaine manière, je n'ai pas été dépaysé lorsque je me suis glissé pour la première fois dans le baquet de la Virgin. C'était tant mieux car nous avons signé notre accord quelques jours seulement avant que je m'envole pour Singapour !"

{{Avec Spa-Francorchamps, Suzuka est l’un des plus beaux tracés du
calendrier. Comment allez-vous aborder ce rendez-vous ?}}

"Avec humilité ! L'année dernière, la première séance s'est effectuée sous la pluie, ce qui ne serait pas idéal. Suzuka est un circuit vraiment à part, que le simulateur de l'équipe Virgin m'a permis de commencer à connaître. Le premier secteur semble incroyable : si vous perdez du temps dans un des premiers virages, vous le traînez jusqu'à la sortie de tout le secteur. J'ai hâte de reprendre le volant de la voiture."

{{Un Belge en Formule 1, cela faisait longtemps que ce n’était pas arrivé.
Quels sentiments cela vous procure-t-il ?}}

"Beaucoup de fierté. L'annonce de mon arrivée chez Virgin le vendredi a suscité beaucoup de réactions positives. J'en profite pour tenter de bâtir un projet solide et d'envergure, pour essayer d'impliquer des industriels et des entrepreneurs belges. Nous sommes tout près d'obtenir le baquet pour 2011, en course. Il faut maintenant parvenir à proposer un package intéressant."

Virgin Racing est une jeune équipe, qu’en pensez-vous ?

"On ne réalise pas toujours ce que monter une équipe de Formule 1, de A à Z, implique. Honnêtement, ce que Virgin est parvenue à faire à Singapour était phénoménal. On sait que son budget n'est pas le plus gros de la grille, que son expérience des circuits lointains n'est pas énorme. Pourtant, tout le monde se donne à 100% et parfois, une 18ème place peut avoir la saveur d'une victoire. C'est une expérience à vivre."

{{Enfin, quels serons vos objectifs lors des prochaines séances d’essais
libres où vous allez rouler ?}}

"Tout d'abord, aider l'équipe et justifier ma position. Je suis en phase d'évaluation : je dois convaincre et ne pas commettre d'erreur. Cela veut dire rester sur la piste tout en étant rapide, et donner un feedback fiable aux ingénieurs. Ensuite, je veux profiter des trois séances restantes pour apprendre encore davantage. Apprendre les tracés bien sûr, mais aussi la méthode de travail de l'équipe, l'univers de la Formule 1. L'aventure est vraiment unique."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jérôme d'Ambrosio
Équipes Virgin Racing
Type d'article Actualités