Interview
Formule 1 GP du Canada

Bruno Famin "très heureux de la dynamique" pour Alpine

Pour Bruno Famin, "la tendance est bonne" du côté d'Alpine, désormais en mesure de jouer les points. Le patron de l'équipe mise sur de nouveaux progrès et minimise les récentes tensions en interne.

Esteban Ocon, Alpine A524

Ces dernières semaines, Alpine a surtout fait parler pour ses tensions internes, entre l'accrochage entre Esteban Ocon et Pierre Gasly à Monaco, le départ du premier annoncé pour la fin de saison, ses remarques sur sa monoplace plus lourde et son agacement d'avoir reçu une consigne d'équipe à Montréal. Autant d'éléments susceptibles de masquer des progrès réels dans les performances.

Le début de championnat s'est révélé très difficile pour l'écurie française, avec cinq Grands Prix sans le moindre point, mais la marche en avant des Alpine est constante depuis le point pris par Ocon à Miami et celui inscrit par Gasly à Monaco. À Montréal, le duo français a complété le top 10, pour leur première double arrivée dans les points depuis la fin de la saison dernière.

Dans une interview accordée à Motorsport.com après le GP du Canada, Bruno Famin explique vouloir voir le signe d'un nouvel élan dans ces récents résultats. Restant réaliste pour les prochaines courses, qui pourraient marquer des hauts et des bas, le team principal d'Alpine espère néanmoins que la monoplace va continuer à montrer des signes de progrès.

Il s'agit de votre première double entrée dans les points depuis le GP du Brésil 2023...

Oui, c'est un bon dimanche pour nous, avec notre première double entrée dans les points cette année. Nous savons où nous avons commencé cette année, et c'est très bien d'avoir pu, en tant qu'équipe, saisir cette opportunité. Bien sûr, nous savons qu'il y avait des conditions particulières, avec la météo et les conditions de piste. Mais c'est la preuve que l'équipe a vraiment l'énergie nécessaire pour créer une dynamique et améliorer chacun dans sa position. Les pilotes, bien sûr, mais aussi les mécaniciens, [avec] de bons arrêts aux stands, une bonne stratégie, raisonnablement agressive. Nous avons été les premiers à passer aux pneus slicks, à l'exception de Leclerc, mais il était hors course. Je suis vraiment content de ce que l'équipe a montré aujourd'hui et c'est vraiment une satisfaction de notre côté.

On peut juger qu'il est positif que l'équipe soit restée concentrée et qu'elle ait continué à pousser dans cette direction parce qu'en étant en fond de grille à Bahreïn, le risque c'était que tout s'écroule.

Oui, exactement. Chez Alpine, c'est le contraire. Je pense que tout le monde veut vraiment montrer que Bahreïn n'était pas notre vraie place. Certes, la voiture n'est pas telle que nous l'attendions, mais nous avons beaucoup amélioré le côté opérationnel, les arrêts au stand sont désormais assez bons, et j'espère qu'ils le resteront de manière constante. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais c'est un exemple.

En tout cas, oui, je suis très heureux de la dynamique que nous créons et de l'état d'esprit de l'équipe. Ça, c'est pour la piste. À l'usine, avec David Sanchez qui est arrivé il y a quelques semaines, c'est la même chose : nous sommes en train de construire un nouvel état d'esprit, une nouvelle dynamique, et j'espère que nous en verrons les effets plus tard dans la saison. Mais c'est une bonne chose. C'est très bien et très positif que l'équipe n'ait pas baissé les bras après Bahreïn et après un début de saison difficile. Après, nous savons qu'il y a beaucoup, beaucoup à faire. Nous ne pouvons pas nous estimer satisfaits d'avoir marqué trois points. Mais la dynamique, l'élan est là, et nous devons continuer à le construire.

Lire aussi :

Après quatre circuits et courses inhabituels, Miami, Imola, Monaco et le Canada, nous allons maintenant vers des circuits plus réguliers. Êtes-vous dans une position différente de celle où vous étiez ?

Nous savons que nous devons beaucoup travailler sur la voiture pour l'améliorer et c'est ce que nous faisons à Enstone. Mais nous savons où nous voulons aller, et nous y travaillons. Et bien sûr, la tendance est bonne, mais nous aurons des hauts et des bas. Et l'objectif est d'être en mesure de marquer plus de points dans la deuxième partie de la saison.

Esteban Ocon, Alpine A524

Esteban Ocon

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Nous avons entendu sur la radio de l'équipe, à la fin, certaines des conversations entre le muret des stands et Esteban et Pierre, mais sans avoir la vision globale de ce qui se passe. Comment avez-vous jugé la façon dont les choses se sont déroulées ? Y a-t-il eu des frictions à propos de ce qui s'est passé ?

Il n'y a pas vraiment de frictions. Ce sont des pilotes et, quand vous demandez à un pilote, quel qu'il soit, de donner sa position à son coéquipier, ce n'est généralement pas facile. Mais nous l'avons fait pour le bien de l'équipe, volontairement, parce que nous avions quelques... Je pense qu'Esteban se battait un peu avec la gestion de l'énergie, consommant pas mal d'énergie. Et puis nous avions les deux Haas derrière. Esteban ralentissait tout le monde, c'était assez évident à la télévision, et le risque était de voir les deux Haas nous dépasser. C'est pourquoi nous avons donné cette instruction. Après, le pilote n'est pas d'accord avec cela, mais vous savez, ils disent des choses à la fin de la course, mais le lendemain nous sommes dans un état d'esprit différent.

Lire aussi :

Est-ce une question de communication dans une course pour expliquer pourquoi vous prenez des décisions ou est-ce que vous les donnez et vous attendez pour en discuter après ?

Ils se battent pour leur propre résultat, leur carrière. Mais chez Alpine, c'est très clair : il n'y a qu'un seul objectif, c'est l'intérêt de l'équipe avant tout.

Comment les choses se sont-elles arrangées depuis Monaco ? De toute évidence, l'avenir d'Esteban est désormais réglé.

Oui, c'est réglé, mais nous avions encore 16 courses à faire ensemble, 15 maintenant, et je pense qu'Esteban peut compter sur toute l'équipe pour l'aider à obtenir le meilleur résultat. Car si Esteban obtient le meilleur résultat, c'est aussi Alpine qui obtient le meilleur résultat possible. Et nous comptons sur Esteban pour apporter tout ce qu'il peut apporter à l'équipe.

En fait, je le dis comme ça, mais je ne devrais pas, parce qu'Esteban fait partie de l'équipe. L'équipe, c'est tout le monde : les pilotes, les mécaniciens, les ingénieurs - chacun doit apporter sa pierre à l'édifice pour obtenir le meilleur résultat possible pour l'équipe. Et le pilote fait partie de l'équipe, et nous n'allons pas du tout mettre Esteban de côté. Il aura exactement les mêmes conditions que Pierre. Ils sont au même niveau, au même statut. Nous savons qu'ils sont très proches en termes de performances et ce ne serait pas bon de faire quelque chose de différent pour l'un ou l'autre. Encore une fois, c'est l'intérêt de l'équipe, l'intérêt d'Alpine d'abord.

Il est arrivé par le passé que des pilotes quittent des équipes et qu'ils soient réticents à suivre des instructions qui ne vont pas dans le sens de leurs intérêts…

Je ne m'inquiète pas plus qu'avant.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud et Léna Buffa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les notes des pilotes au Grand Prix du Canada F1 2024
Article suivant Le 1er podium de Mercedes "pas une surprise" pour Russell

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France