Interview John Howett, pr?sident de Toyota

Diriez-vous que le début de saison fut positif pour Toyota Racing ? Je dirais que les attentes de nombreuses personnes ont été largement dépassées

Diriez-vous que le début de saison fut positif pour Toyota Racing ?

Je dirais que les attentes de nombreuses personnes ont été largement dépassées. Mais en ce qui concerne nos propres ambitions, nous souhaitons nous battre à un plus haut niveau. Alors oui, il est plaisant d’avoir dépassé les prédictions de certains basées sur les essais hivernaux, mais nous savons que nous devons en faire plus.

L’équipe a-t-elle dépassé vos propres attentes ?
Non. Je pense que nous étions plus rapides que BMW l’année dernière, et au niveau de McLaren même si pas aussi rapides en course. Ils ont clairement plus progressé et nous avons régressé.

Le challenge est-il maintenant d’attaquer pour vous retrouver dans le tiercé de tête ?
Nous devons relever deux ou trois challenges maintenant que la saison européenne a commencé. Le premier est de maintenir notre position au sommet du deuxième groupe d’écuries et de nous assurer que nous ne reculerons pas. Puis, en se projetant un peu plus loin, notre ambition principale est de rattraper BMW et de les dépasser.

La fiabilité s’est accrue depuis 2006. Est-ce encourageant ?
Si l’on remonte à 2005, nous avions la voiture la plus fiable de la grille de départ. Mais en 2006, avec le passage aux moteurs V8 et d’autres changements de réglementations, nous avons rencontré divers problèmes. Nous pouvons retrouver notre niveau et cette année prouve que nous progressons et que nous sommes capables de produire une voiture fiable.

Quel fut le fait marquant de ces trois premières courses ?
La performance de Jarno en Malaisie. C’était une superbe course, il ne fait aucun doute que c’est le fait marquant. Mais la fiabilité est de retour et nous comprenons la voiture. Nous avons significativement amélioré notre performance et avons réduit l’écart qui nous séparait des écuries qui étaient devant nous entre Melbourne et la Malaisie. Ceci démontre que nous sommes capables de tirer plus de choses de la voiture et du package.

Ce n’est pas un secret, l’équipe a souffert d’une ou deux difficultés cet hiver. Etes-vous satisfait de la réponse de l’écurie ?
Tout d’abord, à Melbourne nous étions plus rapides que ce que les gens attendaient en général et en Malaisie je pense que nous avons réduit l’écart qui nous sépare des 3 écuries de pointe de 50%. C’était plus ou moins stabilisé à Bahreïn. C’est le résultat d’un grand effort consenti par l’équipe, dans tous les domaines. Après des essais fructueux à Barcelone, nous sommes impatients de voir où nous nous situons.

Dans quelle mesure la voiture a-t-elle été modifiée pour le GP d’Espagne ?
Pour un œil non expert, les améliorations peuvent ne pas paraître énormes mais des progrès ont été faits dans tous les domaines et nous savons que la performance est supérieure. Le plus important est le changement relatif. En F1 les modifications drastiques n’apportent pas toujours un gain en performance ; c’est une évolution plus subtile qui y parvient, en comprenant ce qui peut réellement donner à la voiture un surcroît de performance.

La bagarre est très serrée en milieu de peloton ; est-il correct d’affirmer que de petites améliorations peuvent considérablement modifier le résultat ?
Très nettement, oui. Notre objectif principal est de maintenir notre position en tête du second paquet mais notre ambition est d’être encore mieux placés cette année. Nous devons donc travailler sans compter et croire que nos progrès permettront de combler l’écart qui nous sépare de l’écurie qui nous devance, à savoir BMW.

Quelle est l’atmosphère au sein de l’équipe ?
Très positive. La fantastique performance de Jarno en Malaisie a motivé tout le monde. Il a fait taire beaucoup de nos détracteurs et a clairement démontré que si l’équilibre de la voiture est constant il est capable de se battre avec détermination et constance. Le fait de pouvoir se battre et remonter dans le peloton est excitant mais nous voulons le faire aux avant-postes.

Qu’en est-il de la performance de vos pilotes, Ralf et Jarno ?
Ils ont eu des hauts et des bas… On pourrait étendre cette réflexion à toutes les écuries. Même chez Ferrari et McLaren on peut voir des pilotes expérimentés avoir un peu de mal de temps en temps avec les nouveaux pneus. D’une manière générale, les pneus et la manière dont nous devons régler l’auto conviennent mieux au style de Jarno que de Ralf. Nous avons amélioré la situation pour Ralf lors des derniers essais et pensons qu’il sera plus à même d’exploiter le potentiel de la voiture que nous lui proposons.

L’année dernière a vu l’équipe effectué un pas en avant considérable entre la première et la dernière course. Est-ce que cela vous des raisons d’espérer pour 2007 ?
Je pense que chacun travaille d’arrache-pied en F1. Il est clair que l’année dernière a démontré que nous pouvons faire des progrès majeurs sur la durée d’une saison. Nous entendons faire de même cette année mais nous savons bien qu’il y a 4, 5 ou même 6 écuries qui essaient de faire la même chose. C’est un challenge motivant pour l’équipe, il faut montrer que nous sommes une force émergente et un sérieux concurrent sur les grilles de départ F1.

Source : ToyotaF1

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Ferrari , Toyota Racing
Type d'article Actualités