Interview portrait - Jo Bauer, le policier de la Formule 1

L’Allemand Jo Bauer est le délégué technique de la Formule 1; sorte de policier qui s’assure de la conformité technique des bolides de la F1 en tous temps.

En dépit de son horaire chargé, Bauer a répondu aux questions de Motorsport.com et détaille les tenants et aboutissants de son rôle...

 

Dans quel domaine avez-vous étudié?

Je possède une maîtrise en technologies automobiles.

Comment en êtes-vous venu au sport automobile, et à la Formule 1?

Après avoir quitté l’université, j’ai commencé à travailler au département technique de la fédération allemande de sport automobile. Par la suite, j’ai été́ nommé représentant de l’Allemagne à la Commission technique et d’homologation de la FIA. En 1995, je suis devenu le délégué́ technique du championnat ITC [International Touring Car] de la FIA. Finalement, à la fin de la saison 1996, la FIA m’a demandé si je désirais devenir le délégué technique de la Formule 1. J’ai accepté. J'y suis depuis ce jour.

Que faites-vous durant les jours de semaine, en dehors de l'action des week-ends de Grands Prix?

Durant la saison, je dois tout préparer pour la course à venir, en plus de procéder aux crash tests de châssis et des inspections requises. Je dois aussi assister à des réunions techniques. Ces réunions se poursuivent durant l’intersaison, en plus des crash tests et des autres tests d’homologation. Je dois aussi assister aux essais hivernaux et répondre aux questions techniques des équipes.

Lors des Grands Prix, travaillez-vous toujours avec les mêmes inspecteurs techniques?

Mon département technique à la FIA, composé de 11 personnes, assiste à tous les Grands Prix. En plus de ces experts, nous comptons sur les inspecteurs techniques nationaux dans chaque pays que nous visitons. Cette saison, nous disposons de 30 inspecteurs techniques nationaux à chaque course. Nous sommes dans les garages des écuries à partir du mercredi et ce, jusqu'au dimanche à la fin de la course.

Ce sont donc ces personnes qui vérifient les monoplaces?

Oui, les 11 personnes du département technique de la FIA en plus des inspecteurs nationaux.

Qu’est-ce qui est vérifié sur les voitures?

À chaque course, je m’occupe de vérifier le poids de chaque voiture avec son pilote assis à bord. C’est obligatoire à chaque Grand Prix. Puis, on procède à des inspections au hasard. À l’entrée des stands, un feu indique au pilote s’il doit faire inspecter sa voiture. Nous procédons alors à une vérification de conformité de certaines pièces. Cela signifie une vérification des boîtiers électroniques, analyse de carburant, dimensions de la carrosserie, flexibilité des ailerons et autres, ainsi que des vérifications de pièces générales de la voiture.

Votre œil d’expert arrive-t-il à détecter une pièce sur une voiture que vous désirez vérifier ou mesurer?

Oh oui, cela arrive!

Pouvez-vous indiquer à une écurie de modifier une pièce précise quand vous croyez qu’elle est illégale?

Oui, et nous le faisons.

Est-ce que des ingénieurs vous contactent pour obtenir des conseils techniques?
Non, ils s’adressent à leurs directeurs techniques. Je ne donne jamais de conseils par téléphone. En fait, j’utilise très peu mon téléphone. Je préfère communiquer avec les équipes par e-mails afin de conserver des archives des discussions que j’ai avec elles, s’il faut fouiller des trucs plus tard, par exemple.

Existe-t-il des lanceurs d’alertes dans le paddock qui vous font savoir que telle ou telle autre pièce d’une voiture semble être illégale?

Il y a plusieurs lanceurs d’alertes. Parfois, très honnêtement, j’ai l’impression d’être dans un jardin d’enfants…

Pourquoi vous voit-on prendre le poids des pilotes après chaque course?

Afin de m’assurer que le poids de la voiture et du pilote combinés respectent le poids minimum après la course. J’ai déjà le poids du pilote, et j’aurai celui de la voiture un peu plus tard. J’additionne les deux et je vérifie si c’est bon.

Votre travail serait-il facilité si les règlements techniques étaient plus simples, ou si plus de choses étaient permises?

Pas nécessairement.

Quel est l’étendue de votre pouvoir? Pouvez-vous directement disqualifier un concurrent?

Je n’ai jamais disqualifié un concurrent et je ne le ferai jamais. Ce que je fais est d’offrir mon opinion aux commissaires dans mes rapports techniques. C'est à eux de décider par la suite.

Quelles sont vos passions dans la vie?

J’aime conduire ma moto, j’aime les voitures sports et faire du ski durant l’hiver.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Interview
Tags bauer, f1, fia, inspection