Irvine : "Vettel est grandement surestimé"

L'ancien pilote Jordan, Ferrari et Jaguar, Eddie Irvine, a offert son regard sur les deux Champions actuels de la F1, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, tout en revenant sur Michael Schumacher.

Irvine : "Vettel est grandement surestimé"

Interrogé par la BBC dans le cadre d'un entretien télévisé, l'ancien pilote en discipline reine a livré son regard sur les deux pilotes emblématiques de la génération actuelle.

Forcément, son constat est quelque peu orienté par le fait qu'il a longtemps côtoyé Michael Schumacher, le septuple Champion du monde de Formule 1. Et au moment de parler de Lewis Hamilton, la comparaison est inévitable à ses yeux. "Je pense que Lewis est sur une autre planète par rapport à tous les autres. [Mais] il n’est pas sur la planète de Michael et je ne pense pas qu’il en soit proche, même s’il accumule beaucoup de victoires. Il a la meilleure voiture, il y a plus de courses et la concurrence est discutable."

Lire aussi :

Justement, parmi les adversaires principaux du Britannique, figure évidemment Sebastian Vettel, qu'Irvine tance de façon claire : "Je pense que Vettel est bon s’il est devant et qu’il n’a personne contre qui faire la course. Quand vous regardez Lewis courir, il est concentré sur la course, vraiment concentré sur le fait de passer devant l’autre gars. Vettel, quand il court contre quelqu’un, est autant concentré sur l’autre que sur l’endroit où il va, et inévitablement il rentre dans l’autre gars, ce qui arrive quasiment tout le temps."

"Je pense que Vettel est un bon pilote, mais en tant que quadruple Champion du monde, je ne vois juste pas ça. Je pense qu’il est grandement surestimé, il n’a qu’une corde à son arc et Lewis a un talent bien plus vaste."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ et Sebastian Vettel, Ferrari SF71H saluent la foule à la fin de la course

Vaste mais pas suffisant donc pour prétendre entrer dans le cercle composé de son ancien équipier et d'Ayrton Senna. "Michael était à fond chaque jour, comme Senna, mais Lewis a ses mauvais jours. Si vous regardez les deux années [trois en fait, ndlr] où Lewis et Button étaient ensemble, Button l’a battu sur deux années [en réalité, Button n’a terminé devant Hamilton qu’en 2011, ndlr]. Personne n’a jamais fait ça face à Michael [hormis Rosberg, entre 2010 et 2012, ndlr], son niveau de performance a été constamment meilleur."

"Lewis est un pilote incroyablement talentueux. Lorsqu'il est arrivé pour la première fois en Formule 1, il était fantastique à regarder et ses dépassements étaient inégalés. Il est probablement un meilleur dépasseur que Michael, mais pour le rythme et la constance pendant tout un week-end, pendant toute une année, je ne pense pas que quiconque soit au niveau de Michael, même Senna."

Senna, un pilote à la technique "imparfaite"

En effet pour l'Irlandais, le Brésilien n'avait pas toutes les clés sur le plan technique. "Je pense que Michael était probablement le meilleur. Je pense que la technique de Senna était imparfaite. Il était ce pilote incroyablement talentueux et avait une touche exceptionnelle, mais il avait des techniques qui n’étaient pas correctes et il ne pensait pas à tout."

Ayrton Senna, McLaren MP4/8 Ford devant Michael Schumacher, Benetton B192B Ford

"Je me souviens du Grand Prix du Japon, Michael était le plus rapide, et j’étais second, pour mon premier Grand Prix dans le paddock. Senna était seulement quatrième. Michael s’entraînait à l’entrée des stands et pas Senna, donc il y a des choses qu’il manquait. Je suis un immense fan de lui mais je pense que Michael aurait… enfin, Michael l’a battu, quand ils couraient ensemble. Sur un tour, Senna était un pilote extraordinaire, mais je pense que sa technique était légèrement imparfaite. Je ne pourrais pas remettre en cause la technique de Michael."

Lire aussi :

Irvine en termine sur le sujet en expliquant que le talent de l'Allemand rendait difficile tout copiage du style de pilotage, alors que l'inverse n'était pas vrai. "Techniquement, [Schumacher] n’était pas si exceptionnel mais son vrai talent avec ses pieds, ses bras, son ressenti et son anticipation était inégalé. Il y avait des virages où je ne pouvais pas faire ce qu’il faisait. Ensuite, il avait juste eu à me copier dans les virages où j’étais plus rapide que lui."

"Je me souviens qu’à Silverstone, j’étais bien plus rapide dans le dernier virage et il ne trouvait pas ce que je faisais. Il allait toujours analyser la télémétrie et trouvait, ensuite il me copiait juste. Donc c’était le problème pour moi, il avait juste un talent fabuleux que l’on ne peut pas copier."

partages
commentaires
La chicane maintenue pour le GP de France

Article précédent

La chicane maintenue pour le GP de France

Article suivant

Ce prodige de Renault qui a le titre pour mission en 2019

Ce prodige de Renault qui a le titre pour mission en 2019
Charger les commentaires
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021