Italie 2012, le dernier GP de Jérôme d'Ambrosio

Toujours membre de l’équipe Lotus cette saison, Jérôme d’Ambrosio se fait cette saison bien plus discret que l’an dernier

Toujours membre de l’équipe Lotus cette saison, Jérôme d’Ambrosio se fait cette saison bien plus discret que l’an dernier.

Cette saison, le membre de la société de management d’Eric Boullier dispose d’un rôle de pilote de réserve, mais partage les seconds-rôles avec l’Italien Davide Valsecchi et le Français Nicolas Prost. Si Valsecchi a pu rouler quelques kilomètres en tests d’avant-saison pour palier à une absence de Kimi Räikkönen, et que Prost a été vu lors des Rookie Days de Silverstone pour permettre au team de corréler ses données simulateur et piste, d’Ambrosio n’a pas encore pu avoir sa dose d’action cette année et ne dispose pas de programme de compétition en parallèle dans un autre championnat.

L’an dernier, le natif d’Etterbeek avait connu le grand moment de sa saison lors de la course de Monza, appelé à la rescousse pour remplacer au pied levé un Romain Grosjean écopant d’un GP de pénalité après son médiatisé crash du départ de Spa-Francorchamps.

Passé de justesse en Q2, le troisième pilote belge, parti 16ème sur la grille, avait ensuite connu un Grand Prix sans encombres jusqu’à l’arrivée, qu’il atteignit au 13ème rang, à 1m15s de Lewis Hamilton, vainqueur du jour. Il s’agit à ce jour de la dernière apparition officielle en GP de pilote Belge.

Bien entendu, tout pilote veut passer le plus de temps possible dans une F1, même si les circonstances ne sont pas toujours idéales. Du fait de l’absence d’essais en dehors des courses, il est très difficile de monter dans la voiture et d’être immédiatement prêt à courir. Même si je me suis senti très à l’aise et que j’ai pris mes marques très rapidement à Monza”, se souvient D’Ambrosio.

J’ai pris l’habitude des Grands Prix depuis mon passage chez Marussia, mais c’était une merveilleuse sensation de remonter dans une voiture et de courir. Le fait que nous ayons bien réussi dans des circonstances délicates est la concrétisation du temps que j’ai passé avec l’équipe et de la relation qui existe entre nous. Parfois les gens s’interrogent sur le rôle de pilote de réserve, surtout depuis qu’il n’a plus la possibilité de rouler. Mais il est tellement important d’être là, de se tenir informé, d’assister aux briefings. Si vous êtes appelé pour un remplacement, cela rend le processus plus simple. Et si vous réussissez à devenir pilote titulaire, la transition en est d’autant facilitée”.

Avec un marché des transferts amené à remuer très fortement durant les prochaines semaines, d’Ambrosio doit se tenir prêt, mais les places sont très chères et son nom n’est pas encore arrivé publiquement sur le devant de la scène cette année.

Bien sûr, mon but ultime reste de décrocher une place de titulaire. Mais je sais qu’en donnant le meilleur de moi-même ici, en montrant ma valeur à l’équipe, je serai en très bonne position si une opportunité se présente”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Lewis Hamilton , Jérôme d'Ambrosio , Davide Valsecchi , Romain Grosjean , Nicolas Prost
Type d'article Actualités