James Allen

L'œil de James Allen : Mercedes frappe fort sur les terres de Ferrari

Mercedes a remporté cette course avec une bonne marge dans un week-end où Ferrari n'avait étrangement pas le rythme, après avoir été très proche le week-end précédent à Spa.

Je suis stupéfait à plusieurs égards que ce soit la première fois de la saison qu'un pilote gagne deux Grands Prix consécutifs. Cela montre à quel point ce championnat est concurrentiel.

Ce troisième doublé Mercedes de la saison ressemblait à une victoire à l'extérieur en football, sur le terrain de Ferrari. Et ils en auront besoin d'autres comme ça pour que Hamilton gagne le titre.

Bottas jouera désormais le porteur d'armes et saisira chaque opportunité lui permettant de barrer la route de Vettel et l'empêcher de décrocher la deuxième place sur des circuits où Mercedes a l'avantage.

La question est de savoir si Räikkönen est suffisamment rapide pour faire pareil pour Vettel sur les circuits convenant à Ferrari, comme Singapour. Il a fait le boulot en Hongrie, mais il y aura de la pression sur le vétéran finlandais pour garder Hamilton sous contrôle lors des week-ends où Ferrari aura l'avantage, et on se demande s'il va réussir, à moins que la marge soit grande comme en Hongrie. Ce pourrait être le facteur déterminant dans ce championnat.

Le public a pris sa part dans le spectacle

Le chiffre officiel de l'affluence pour dimanche était de 93'000 personnes, mais on avait le sentiment que c'était bien plus que ça. Il y avait un immense enthousiasme des fans et ils ont fait beaucoup de bruit, même si Ferrari n'a pas gagné.

L'enthousiasme de la foule était impressionnant sous le podium de Monza, de sorte que les pilotes ont davantage l'impression d'être des rock stars que des sportifs.

Tout le week-end, le public a répondu présent. Chaque jour, à leur arrivée, les pilotes passaient à côté d'une longue file de fans, comme à Melbourne, et on pouvait remarquer que les pilotes Ferrari prenaient le temps de signer les autographes.

Hamilton a fait mieux, en arrivant sur une MV Augusta survitaminée et en effectuant des burns tout en faisant un V avec sa main gauche.

McLaren prêt à bouger

Il y a eu énormément de réunions ce week-end, alors que la saga des moteurs autour de Honda, McLaren, Renault et Toro Rosso prend sa tournure définitive.

Zak Brown et Éric Boullier étaient dans la Red Bull Energy Station samedi matin, peu de temps après qu'Alain Prost, Jérôme Stoll et Cyril Abiteboul se soient rendus à l'étage du motorhome McLaren.

Une délégation de cinq ou six dirigeants de Honda était à Monza également et, même s'il pourrait y avoir encore d'autres tournants dans la saga, la voie qui se dessine semble être que Honda passera chez Toro Rosso en 2018. La condition de Renault pour abandonner Toro Rosso à Honda est que Carlos Sainz soit libéré de son contrat afin de courir pour le constructeur français.

Le problème pour McLaren est que l'on peut imaginer un scénario dans lequel Toro Rosso roulerait en 2018 avec le nouveau moteur Honda et ferait des progrès significatifs (grâce au consultant et allié de Red Bull Mario Illien), avant que Red Bull ne change à son tour en 2019 pour devenir à nouveau une équipe d'usine.

Imaginez les visages chez McLaren si Red Bull se bat en 2019 ou 2020 pour le titre mondial avec ce package ! Cela résumerait la malchance d'Alonso d'être au mauvais endroit au mauvais moment pendant l'essentiel de la seconde partie de sa carrière.

Cela laisserait à Force India la possibilité de poursuivre avec le line-up enthousiasmant qui est le sien, à moins que Sergio Pérez souhaite du changement et tente sa chance ailleurs comme chez Williams. Ils ont une grosse contrainte pour leur choix de pilote en vue de la saison prochaine, puisqu'ils doivent avoir quelqu'un âgé de plus de 25 ans pour des raisons marketing liées à Martini. Lance Stroll n'ayant que 18 ans, Martini ne peut pas utiliser son image pour des événements promotionnels.

Force India veut conserver le même duo et ils savent comment donner à Pérez une voiture telle qu'il l'aime. Par ailleurs, du point de vue d'Esteban Ocon, ses intérêts seraient servis par le fait de rester et de travailler avec Tom McCullough, qui est probablement le meilleur pour faire grandir des jeunes pilotes.

La régularité d'Ocon et sa confiance ont impressionné tout le monde cette année, et même si Valtteri Bottas va bientôt prolonger, on se demande si le retard pris dépend du nombre d'années couvertes par la prolongation. Une seule année pourrait avoir du sens, alors que fin 2018 il pourrait y avoir une chance de faire signer Daniel Ricciardo ou Max Verstappen, mais Ocon pourrait également être prêt à se retrouver au volant d'une Flèche d'Argent.

Il semble qu'il pourrait être plus régulier que Bottas, qui a fait le travail cette saison mais a toutefois eu du mal à être au sommet chaque week-end.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Circuit Monza
Pilotes Kimi Räikkönen , Lewis Hamilton , Sebastian Vettel , Valtteri Bottas
Type d'article Commentaire
Topic James Allen