Jean-Eric Vergne, entre pluie et espoirs

Jean-Eric Vergne voit d'un plutôt bon œil la présence de la pluie ce week-end sur le circuit d’Hockenheim, ce qui offre davantage de perspectives de réussite au pilote Français

Jean-Eric Vergne voit d'un plutôt bon œil la présence de la pluie ce week-end sur le circuit d’Hockenheim, ce qui offre davantage de perspectives de réussite au pilote Français.

A Silverstone en qualifications, avant l’interruption de la Q2, le Français était effectivement très bien placé et se dirigeait vers la Q3. La reprise et les améliorations en auront décidé autrement, mais le potentiel affiché à cet instant T était positif. Le Francilien se sent d’ailleurs plus à l’aise sous la pluie dorénavant.

“Je me sens mieux, plus à l’aise”, affirme-t-il. “Je sens que je peux pousser à la limite sous la pluie. Il semblerait que la suite du week-end s’annonce assez humide. Cela conviendra si la qualification se déroule sous la pluie demain : je ne sais pas à quoi m’attendre, nous verrons, mais j’entretiens plus d’espoir dans ces conditions.”

Sur les changements constatables dans ces conditions, le pilote Toro Rosso avance deux explications : “Premièrement, le pilote fait davantage la différence dans ces conditions. Deuxièmement, les pneus pour piste sèche exigent des équipes d’ajuster des réglages précis et infimes relatifs à l’aérodynamique – ce qui n’est pas autant le cas sur piste humide”, confie-t-il.

“Par rapport aux équipes de pointe à l’aérodynamique très poussée, le nivellement de performances apporté par la pluie nous avantage et les désavantage en comparaison”, continue-t-il. “Par rapport à Silverstone, l’adhérence de la piste d’Hockenheim ne pose pas de problème : elle est la même pour tout le monde.”

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités