Le jour où Bottas a convaincu Wolff de le soutenir

Le destin d'une carrière se joue parfois à rien : pour Valtteri Bottas, ce sont des résultats impressionnants et l'entêtement qui lui ont permis d'obtenir un soutien déterminant durant ses jeunes années.

Le jour où Bottas a convaincu Wolff de le soutenir

Aujourd'hui à la tête d'une écurie qui domine la Formule 1, Toto Wolff a multiplié les casquettes avant de diriger Mercedes. Variant ses activités au début des années 2000, l'Autrichien s'est notamment lancé dans le soutien et l'accompagnement de jeunes pilotes, parmi lesquels celui qu'il a sous ses ordres à Brackley, Valtteri Bottas. Pourtant, l'affaire n'était pas gagnée pour le Finlandais, qui a dû convaincre un Toto Wolff alors échaudé par ses précédentes expériences. En 2007-2008, le directeur de l'équipe de Formule Renault Motopark Academy cherchait à faire décoller la carrière de Bottas, âgé de 19 ans, et avait approché Wolff, qui dans un premier temps avait opposé une fin de non-recevoir à Timo Rumpfkeil.

Lire aussi :

"Lorsque les investissements ont commencé à se développer de plus en plus en compétition automobile, je me suis impliqué davantage", raconte Toto Wolff dans une vidéo publiée par Mercedes. "D'une certaine manière, j'essayais de rendre aux pilotes ce qui m'avait manqué, à savoir du financement et de l'encadrement. Un jour, j'ai reçu un coup de téléphone d'un ami qui avait une équipe de Formule Renault en Allemagne, Timo. Il m'a dit : 'Il y a ce garçon exceptionnel qui roule pour une équipe privée finlandaise sous-financée et il est aux avant-postes, je vais le prendre l'année prochaine. Il n'a pas de manager'. J'ai répondu : 'Non merci, j'ai connu de mauvaises expériences avec certains pilotes qui étaient reconnaissants quand ils manquaient d'argent, et se révélaient être des Champions du monde pour oublier ça quand ils commençaient à en gagner. Je ne veux pas de ça.' Il m'a dit que c'était normal."

En rejoignant Motopark pour la saison 2008, Valtteri Bottas a très vite prouvé qu'il était au niveau dans le championnat Formula Renault NEC. De quoi revenir à la charge auprès de Toto Wolff avec quelques arguments solides à faire valoir…

Valtteri Bottas en 2008 dans le championnat Formula Renault NEC.

Valtteri Bottas en 2008 dans le championnat Formula Renault NEC.

"Quelques mois plus tard, il [Timo Rumpfkeil] m'a rappelé : 'Je voulais juste te dire que Valtteri avait gagné ses deux premières courses de Formule Renault'. J'ai répondu : 'C'était prévu, n'est-ce pas ce que tu avais dit ?' 'Oui mais il a gagné la première course avec 27 secondes d'avance sur le deuxième, et la seconde course avec 24 secondes d'avance.' 'OK, c'est inhabituel'. Puis Valtteri a appelé pour demander s'il pouvait me rencontrer. Nous nous sommes rencontrés, il est arrivé dans le bureau et a dit : 'Je ne suis pas intéressé par la recherche d'un manager, je veux juste vos conseils, car il y a des groupes qui sont intéressés pour me soutenir et j'aimerais juste avoir votre avis'. J'ai donné mon avis sincère et nous avons fini par avoir quatre investisseurs, un ami à moi, Willi, Mika Häkkinen et Didier Coton pour aider la carrière de Valtteri."

Le jour de cette première rencontre, Valtteri Bottas a fait très forte impression auprès de Toto Wolff : "Il est venu seul, il n'était avec aucun parent, dehors il neigeait et il portait simplement un pull. Dans un sens, il était tel qu'il est vraiment : acharné, compétitif, résilient, avec cette coquille calme, un bon Finlandais, derrière qui il y a ce gars très têtu et très compétitif."

Sacré Champion de GP3 en 2011, Bottas débutera en F1 lors de la saison 2013 chez Williams, écurie dans laquelle Toto Wolff possédait alors un actionnariat. Après quatre saisons à Grove, il a rejoint Mercedes pour la saison 2017 afin de remplacer Nico Rosberg, parti à la retraite. 

partages
commentaires
Ricciardo : Une saison de 10 Grands Prix serait "légitime"

Article précédent

Ricciardo : Une saison de 10 Grands Prix serait "légitime"

Article suivant

Montoya : Ralf Schumacher était bien meilleur qu'on ne le pensait

Montoya : Ralf Schumacher était bien meilleur qu'on ne le pensait
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021