6 ans après l'accident de Suzuka : souvenirs de Jules Bianchi

Son accident à Suzuka le 5 octobre 2014 a glacé la F1, neuf mois avant qu'il ne succombe finalement à ses blessures. Jules Bianchi semblait avoir un destin tout tracé pour courir chez Ferrari, et c'est de son parcours que nous souhaitons aujourd'hui nous souvenir avec ce retour en images sur la carrière du Français.

6 ans après l'accident de Suzuka : souvenirs de Jules Bianchi
Charger le lecteur audio

Utilisez les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

1/14

Après une année couronnée d'un titre en 2007 en Formule Renault 2.0 France, Jules Bianchi arrive en F3 en 2008 et il termine en troisième position de la F3 Euro Series, deux places derrière un certain Nico Hülkenberg, lui aussi destiné à devenir l'un des jeunes les plus prometteurs en Formule 1.

Photo de: Lucien Harmegnies

2/14

La même année, il participe aux Masters de Zolder et les remporte, devant Nico Hülkenberg, et Jon Lancaster. On note la présence lors de cette épreuve de Brendon Hartley, Sam Bird ou encore un certain Daniel Ricciardo.

Photo de: Lucien Harmegnies

3/14

En 2009, il domine littéralement la discipline, avec neuf victoires et 12 podiums en 20 courses, pour s'adjuger le titre de F3 Euro Series. Lors de cette campagne il inscrit près de deux fois plus de points que son coéquipier débutant chez ART Grand Prix, Valtteri Bottas

Photo de: Eric Gilbert

4/14

La même année, il a l'occasion de réaliser un rêve en testant pour la première fois une Ferrari de Formule 1. La Scuderia est tellement impressionnée par sa prestation qu'elle fait signer Jules au sein de la Ferrari Driver Academy.

Photo de: Sutton Motorsport Images

5/14

Après un bref parcours lors de la saison 2009-2010 de GP2 Asia, Jules Bianchi débarque en GP2 Series, chez ART Grand Prix, et il termine troisième du championnat, derrière Sergio Pérez et le champion Pastor Maldonado.

Photo de: GP2 Series Media Service

6/14

En 2011, c'est une nouvelle saison de GP2 avec ART Grand Prix qui l'attend, et une nouvelle troisième place au championnat, derrière Luca Filippi et le champion Romain Grosjean.

Photo de: GP2 Media Service

7/14

C'est également en 2011 qu'il devient officiellement pilote d'essais pour la Scuderia Ferrari en Formule 1.

Photo de: Ferrari Media Center

8/14
Le GP2 Asia venait également s'ajouter à son programme de 2011, avec une deuxième place au classement général derrière Romain Grosjean, et une victoire.

Photo de: GP2 Media Service

9/14

L'année 2012 marque un nouveau départ, avec un poste de pilote de réserve chez Force India en F1, faute de baquet titulaire disponible. Mais c'est tout de même un nouveau pas dans la bonne direction... 

Photo de: Charles Coates / Motorsport Images

10/14

En parallèle, Jules participe cette même année au championnat de Formule Renault 3.5. Il y récolte trois succès avant de perdre le titre à la dernière course de la saison face à Robin Frijns, dans des circonstances qui ne manquent pas de faire polémique.

Photo de: Lucien Harmegnies

11/14

En 2013, un baquet de titulaire semble à nouveau lui échapper. Alors que tout espoir semble perdu, Jules Bianchi accède finalement à la Formule 1 au tout dernier moment, en héritant du baquet Marussia initialement dévolu à Luiz Razia.

Photo de: Marussia F1 Team

12/14

Il dispute son premier Grand Prix en Australie, à Melbourne, où il obtient la 15e place à l'arrivée.

Photo de: Alastair Staley / Motorsport Images

13/14

Après une première saison solide malgré une monoplace cantonnée au fond de grille, l'exploit n'est plus très loin. Un an plus tard, dans les prestigieuses rues de Monaco, Bianchi brille dans une course chaotique et s'offre une neuvième place inespérée, récompensée par ses premiers points en Formule 1. 

Photo de: Sutton Motorsport Images

14/14

Le dimanche 5 octobre 2014, Jules Bianchi est victime d'un terrible accident lors d'un Grand Prix du Japon disputé sous une pluie battante. Il succombe à ses blessures neuf mois plus tard, en France.

Photo de: Sutton Motorsport Images

partages
commentaires
Le GP de Turquie aura finalement lieu à huis clos
Article précédent

Le GP de Turquie aura finalement lieu à huis clos

Article suivant

Grosjean pas sûr d'être avantagé par son expérience au Nürburgring

Grosjean pas sûr d'être avantagé par son expérience au Nürburgring