Julien Fébreau revient sur les débuts de Canal+ en F1

A Melbourne, l'équipe de Canal+ est entrée dans le grand bain de la Formule 1

A Melbourne, l'équipe de Canal+ est entrée dans le grand bain de la Formule 1. Avec Julien Fébreau et Jacques Villeneuve aux commentaires, la chaîne cryptée a réussi son arrivée dans le paysage de la F1 en Australie. Julien Fébreau a répondu aux questions de ToileF1 avant le deuxième Grand Prix de l'année à Sepang.

Comment s'est passé votre premier Grand Prix en cabine aux côtés de Jacques Villeneuve ?


Vraiment bien ! On a passé un très bon moment ensemble, d’autant que la course était vraiment sympa à suivre et donc à commenter. On a tout de suite eu un bon feeling avec Jacques et je dois dire que dans la cabine on s’est vraiment bien amusé. On a même réussi à provoquer quelques fous rires, l’un chez l’autre, mais sans que cela ne s’entende trop à l’antenne. Jacques est quelqu’un de super agréable, ultra connaisseur, de par son expérience et son palmarès, et avec lequel il est facile de travailler : Le rêve pour un commentateur.

Pour votre première séance de qualifications, vous avez été gâté avec la météo...


Un bizutage de première classe ! Deux heures d’antenne avec quasiment aucune action en piste : On ne pouvait pas mieux commencer ! Au moins cela a permis à toute l’équipe F1 de Canal + d’être mise à l’épreuve, puisqu’il a fallu solliciter nos consultants et journalistes, dans le paddock et sur la voie des stands, pour nous aider à meubler. Au final, cela restera pour moi un très bon souvenir. Preuve que notre dispositif fonctionne déjà bien et du bon état d’esprit qui règne dans l’équipe.

Comment avez-vous dû vous adapter au passage du commentaire radio au commentaire télé ?


C’est encore un point sur lequel je travaille. Premièrement, après deux ans sans effectuer de commentaire live, il me faut réussir à reprendre mes marques et retrouver mes ‘‘réflexes’’. Ensuite, les commentaires radio et télé sont assez différents, et je l’expérimente aujourd’hui. Le fait de laisser parler l’image est notamment un point sur lequel je dois progresser. Pour le reste, je pense avoir conservé mon enthousiasme et le phrasé qui était déjà le mien, à l’époque de RMC et Europe 1.

Qu’est-ce qui démarque Canal+ des autres chaînes selon vous dans le traitement de la F1 ?


Les moyens techniques et humains mis en place par la chaîne sont vraiment conséquents. Cela nous permet une large couverture de chaque Grand Prix, avec des consultants et des journalistes présents à tout moment, dans les stands et dans les paddocks, pour nous faire vivre ce qui s’y passe et ce qui s’y dit. Ensuite, il y a des façons de procéder dans les choix éditoriaux ou sur certains moments spécifiques du week-end, qui sont propres à Canal +. Le choix de ne pas commenter l’instant du départ en est un bel exemple. C’est un moment d’une très grande intensité et nous avons choisi de le laisser vivre pleinement à nos abonnés. Nous avons reçu beaucoup de retours positifs sur cette façon de faire et c’est maintenant une des ‘’signatures’’ de la Formule 1 sur Canal +.

Comment se passe votre relation avec Jacques Villeneuve jusqu'à présent ?


Extrêmement bien ! On partage de très bons moments à l’antenne, comme en dehors. On discute beaucoup avant les directs afin d’échanger les infos que l’on a pu glaner, chacun de notre côté et sur les thèmes que l’on souhaite aborder à l’antenne. Je pense que nous sommes parvenus à trouver une belle complémentarité dans le commentaire et chacun a trouvé sa place. Pour ce qui est de la complicité, tout s’est fait naturellement et sans forcer, car on s’entend juste super bien ! On plaisante des mêmes choses et, pour ma part, j’adore sa façon bien tranchée de prendre position. Son âme de compétiteur est également plus que jamais vivante et c’est un régal de la voir s’exprimer dans ses commentaires à l’antenne.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jacques Villeneuve , Julien Febreau
Type d'article Actualités