Karthikeyan ne croit pas à un retour de la F1 en Inde

partages
commentaires
Karthikeyan ne croit pas à un retour de la F1 en Inde
Par : Basile Davoine
20 déc. 2015 à 12:30

Le pilote indien, aujourd'hui âgé de 38 ans, estime que l'Inde n'est pas en mesure d'accueillir de nouveau la F1, faute d'intérêt mutuel.

Narain Karthikeyan, Hispania Racing F1 Team
Kamui Kobayashi, Sauber F1 Team
Narain Karthikeyan, Hispania Racing Team, HRT
Lewis Hamilton, McLaren
Jenson Button, McLaren
Jenson Button, McLaren

Passé en Formule 1 avec les écuries Jordan (en 2005) et HRT (2011-2012), Narain Karthikeyan est aujourd’hui impliqué dans le développement et l’ingénierie de voitures de course, particulièrement en Asie. S’il s’investit beaucoup, il estime néanmoins que son pays n’est pas encore suffisamment prêt pour accueillir de nouveau un évènement tel qu’un Grand Prix. 

L’Inde avait figuré pendant trois ans au calendrier, de 2011 à 2013, avec un Grand Prix organisé sur le Buddh International Circuit, mais l’épreuve a ensuite disparu, notamment en raison d’un désaccord profond avec la FOM, contrainte de payer des impôts très élevés. 

Si le retour du Grand Prix est depuis évoqué régulièrement, Karthikeyan estime que le temps est encore loin avant de revoir une F1 en compétition près de New Delhi. 

"Je ne pense pas que le Grand Prix d’Inde aura lieu de nouveau", estime-t-il dans les colonnes du Times of India. "Les promoteurs de la Formule 1 ne montrent pas non plus d’intérêt. Le gouvernement doit montrer de l’intérêt pour accueillir la F1. Sans le soutien du gouvernement, c’est impossible. Il y a seulement deux ou trois endroits où le gouvernement n’est pas impliqué, et l’Inde est l’un d’entre eux."

Un soutien qui manque cruellement et qui explique que le pari n’a pas fonctionné il y a quelques années, laissant les organisateurs s’enfermer dans un cercle vicieux, avec notamment des coûts de maintenance du circuit trop lourds à supporter et des spectateurs pas suffisamment au rendez-vous. 

"C’était trop cher… Le caractère abordable était un gros facteur", souligne Karthikeyan. "Il y avait des différends entre les promoteurs de la F1 et les organisateurs du Grand Prix d’Inde. C’est entré dans une spirale. Personnellement, je ne crois pas que l’Inde est encore prête à accueillir un Grand Prix. Le football anglais est plus populaire que la F1 en Inde."

Prochain article Formule 1
Moteurs - 320 places de pénalité pour McLaren-Honda en 2015

Article précédent

Moteurs - 320 places de pénalité pour McLaren-Honda en 2015

Article suivant

La F1 a-t-elle définitivement perdu le Nürburgring?

La F1 a-t-elle définitivement perdu le Nürburgring?

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Narain Karthikeyan
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités