Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
10 jours

La F1, "un hobby plus qu'autre chose" pour Räikkönen

partages
commentaires
La F1, "un hobby plus qu'autre chose" pour Räikkönen
Par :
Co-auteur: Scott Mitchell
13 avr. 2019 à 17:00

Le Champion du monde 2017 prend un grand plaisir en F1 en dépit -ou grâce- du fait de ne plus évoluer dans l'univers d'un top team.

Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing, sistema il suo sedile di gara
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing lors de la conférence de presse
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing, s'arrête à son stand
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing lors de la conférence de presse

Kimi Räikkönen a vu ce week-end une série de plus de 50 qualifications consécutives dans le top 10 prendre fin avec une décevante 14e position. Le pilote finlandais aura fort à faire ce dimanche pour signer une troisième arrivée 2019 dans les points pour Alfa Romeo.

Avant le début du week-end, Räikkönen s'est fendu d'une sortie amusante et assumée, déclarant que la F1 était désormais pour lui "plus un hobby qu'autre chose", tenant cependant à préciser pour éviter toute interprétation qu'il signifiait qu'il avait ainsi retrouvé goût à la discipline, "de nouveau plus fun".

Lire aussi :

Le Champion du monde 2007 a rejoint l'équipe Alfa Romeo dans un échange de baquets avec Charles Leclerc, qui secoue en ce début de saison l'ordre établi au sein de l'équipe de Maranello autour de Sebastian Vettel. Rarement, en plusieurs saisons de collaboration avec l'Allemand, Räikkönen s'est retrouvé en position de pouvoir contester en piste la place de son équipier ou de devoir faire s'interroger son équipe sur la tactique à adopter entre ses deux pilotes.

Quoi qu'il en soit, c'est un Räikkönen plus détendu et libéré de nombreuses obligations d'apparition en représentation commerciale que l'on voit en 2019. La situation politique du team plait à celui qui fait cette année équipe avec un débutant (Giovinazzi) issu du sérail Ferrari et qui attire peu d'attention sur lui du fait du statut de superstar de son équipier.

La F1, "plus un hobby qu'autre chose"

Interrogé sur ce qui le garde motivé alors qu'il approche du record absolu de GP disputés en F1, le pilote de 39 ans répond : "Je ne sais pas vraiment. Je n'ai pas besoin de choses particulières pour me motiver. C'est plus devenu un hobby qu'autre chose pour moi récemment, et c'est probablement la raison pour laquelle c'est encore plus fun."

"J'ai toujours essayé de faire de mon mieux", recadre immédiatement Räikkönen, qui connait la portée de ses mots. "Certains jours, ça se passe un peu mieux que d'autres, et c'est comme ça lorsque l'on fait de la course. Certains jours sont plus compliqués que d'autres."

La motivation de Räikkönen et sa manière de travailler avec ses équipes respectives ou de faire la démonstration de son intérêt pour certains aspects de son travail en dehors de la piste ont souvent été un sujet de commentaires, exagérations ou plaisanteries au fil des années. "Cela n'a jamais été un problème", commente le principal intéressé. "Beaucoup de monde le pense mais chacun a le droit de dire ce qu'il veut. J'essaie juste de faire ce que je peux et lorsque que je sentirai que ce n'est plus ce que j'attends de moi-même, alors, bien entendu, j'essaierai de trouver un autre hobby pour après !"

Lire aussi :

Räikkönen a souvent été décrit comme un pilote de la vieille école, au talent immense et appréciant les relations humaines très directes et sans chichi. Souvent comparé au Champion du monde 1976 James Hunt, pilote pour lequel il ne cache pas une certaine admiration, Räikkönen s'intéresse bien plus à l'Histoire du sport que l'indifférence feinte dans son attitude et son langage ne peut le laisser penser. En 2012, le Finlandais s'était paré d'un casque évoquant le charismatique Britannique lors du GP de Monaco. Alors que certains pilotes, comme Daniel Ricciardo, rendent ce week-end hommage à l'Histoire de la F1 avec un casque spécial − celui de l'Australien rappelant les couleurs de celui de Jack Brabham −, Räikkönen a fait sourire la salle de presse jeudi en disant qu'il aurait aimé venir ce week-end avec un casque au visage ouvert "mais qu'il y avait des problèmes de réglementation !"

"Je regarderais la fin des années 60, les années 70", évoque-t-il lorsqu'il lui est demandé dans quelle ère il aurait aimé courir, alors que le 1000e GP sera disputé ce week-end. "C'est clair que ça aurait été plus fun, plus détendu : de la course plus pure. Bien entendu, aussi plus dangereux, mais c'était normal à l'époque."

Lire aussi :

 

Article suivant
McLaren 14e et 15e : "Cette piste ne convient pas à notre auto"

Article précédent

McLaren 14e et 15e : "Cette piste ne convient pas à notre auto"

Article suivant

Peu d'options stratégiques pour Ferrari avant le GP de Chine

Peu d'options stratégiques pour Ferrari avant le GP de Chine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Pilotes Kimi Räikkönen Boutique
Équipes Alfa Romeo
Auteur Guillaume Navarro