Kobayashi est contre les cockpits fermés

Le carambolage qui a eu lieu au départ du Grand Prix de Belgique a relancé le débat sur les cockpits fermés, la Lotus de Romain Grosjean étant passée à quelques dizaines de centimètres de la tête de Fernando Alonso

Le carambolage qui a eu lieu au départ du Grand Prix de Belgique a relancé le débat sur les cockpits fermés, la Lotus de Romain Grosjean étant passée à quelques dizaines de centimètres de la tête de Fernando Alonso.

À l'heure où la sécurité est devenue excellente, la tête reste le talon d'Achille des pilotes, comme on a pu le voir ces dernières années avec la mort du jeune Henry Surtees en F2 et la blessure à la tête de Felipe Massa en 2009. Il y a deux ans, à Abu Dhabi, Michael Schumacher avait également risqué un accident grave lors d'un choc frontal avec une Force India.

C'est pourquoi l'hypothèse de cockpits fermés est envisagée. Mais ces derniers auraient des inconvénients, notamment concernant l'évacuation des pilotes, comme l'explique Kamui Kobayashi.

“Bien sûr, pour moi, la sécurité est très importante, mais malheureusement, les cockpits fermés ne seraient d'aucune aide, car la voiture est monocoque. Ce n'est pas comme si on pouvait ouvrir une porte. Donc s'il n'y a pas d'ouverture sur le côté, comment est-ce que les gens pourraient sortir ? Le moteur est derrière, le réservoir d'essence est juste derrière le baquet...”

“La sécurité est très importante pour moi,” insiste le Japonais, “mais pour l'instant, les cockpits fermés nous feraient prendre d'autres risques.”

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Fernando Alonso , Felipe Massa , Kamui Kobayashi , Romain Grosjean , Henry Surtees
Équipes Force India
Type d'article Actualités