Les problèmes de freins, c'est fini pour Grosjean !

partages
commentaires
Les problèmes de freins, c'est fini pour Grosjean !
Par : Benjamin Vinel
19 avr. 2018 à 14:02

Romain Grosjean et les freins. Voilà qui fut un sujet récurrent au fil des saisons 2016 et 2017, mais c'en est terminé !

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Ayao Komatsu, ingénieur de course en chef Haas F1 Team, Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, s'arrête au stand
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, envoie des étincelles en l'air
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Les mécaniciens travaillent sur la voiture de Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, sur la grille
Kevin Magnussen, Haas F1, avec Ayao Komatsu, ingénieur Haas F1
Kevin Magnussen, Haas F1 Team
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, passe devant Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault

Avec son style de pilotage particulièrement sensible, Romain Grosjean a connu de fortes difficultés ces deux dernières saisons. Le Français ne parvenait manifestement pas à s'adapter à ce qu'il décrivait comme un manque de constance des freins Brembo, et ceux de Carbone Industrie, régulièrement testés entre fin 2016 et fin 2017, n'avaient que légèrement amélioré la situation, du moins initialement.

Car Haas F1 Team a persévéré avec les disques Carbone Industrie, à raison : les problèmes de freinage semblent s'être complètement évaporés sur la VF-18 que pilotent cette saison Grosjean et son coéquipier Kevin Magnussen.

"Oh, les freins", sourit l'ingénieur de course en chef Ayao Komatsu dans un entretien exclusif avec Motorsport.com. "Nous connaissions le problème. Et l'an dernier, nous savions ne pas pouvoir le résoudre."

"Mais cette année, c'est génial, parce que les freins sont en arrière-plan. Personne n'en parle, parce qu'ils fonctionnent. Ils ralentissent la voiture, ils sont constants, ils sont pareils à chaque fois. Romain n'en parle même pas. C'est ainsi que ça doit être. L'an dernier, nous n'arrivions pas à faire ça. Nous sommes donc débarrassés d'une grosse distraction."

"Encore une fois, nous sommes une très petite équipe, alors avoir des problèmes récalcitrants sur lesquels il faut placer des ressources... Nous ne nous en inquiétons plus. C'est génial."

Ce nouveau contexte a forcément des conséquences positives sur les performances de Grosjean. Lorsque nous lui demandons si Haas tire davantage de son pilote, Komatsu répond : "Absolument. Il est plus concentré par ailleurs, parce qu'en piste, il ne s'inquiète plus jamais des freins. Il appuie dessus et ça marche. Donc nous pouvons nous focaliser sur la performance de la voiture et les pneus, entre autres."

Bien entendu, ces progrès trouvent également leur source dans l'ancienneté de Grosjean au sein de l'équipe. C'est dès le mois de septembre 2015 que le Franco-Suisse avait annoncé sa signature chez Haas, qui préparait en coulisses ses débuts dans l'élite.

"Nous nous comprenons mieux", souligne Komatsu, qui travaillait déjà avec Grosjean chez Lotus. "Je comprends mieux Romain, Romain me comprend mieux, et bien sûr, comme il fait partie de l'équipe depuis le premier jour, il y est très bien intégré. Il fait confiance aux mécaniciens, c'est vraiment le principal. Je pense qu'il est à l'aise, bien plus détendu et plus calme. C'est le plus grand point positif." Le Japonais salue également le comportement "incroyablement important" du pilote Haas, qui avait réconforté ses mécaniciens après un cruel double abandon en Australie.

Magnussen a "élevé son niveau de jeu"

Quant à Kevin Magnussen, il réalise un début de saison flamboyant. Battu par son coéquipier au championnat l'an passé, le Danois jouait la quatrième place à Melbourne lorsqu'il a été victime de cette fameuse roue mal serrée dans les stands. Il s'est ensuite classé cinquième à Bahreïn, avant d'accrocher le point de la dixième place en Chine.

"La faiblesse de Kevin, l'an dernier, était les qualifications, vous savez, quand il y a la pression. Il a progressé dans ce domaine", indique Komatsu, alors que Magnussen a battu Grosjean deux fois sur les trois premières manches de la saison, dans cet exercice. "Nous avons toujours su qu'il savait faire la course, il l'a démontré l'an dernier. Cette année, c'est bien qu'il ait élevé son niveau de jeu en qualifications."

"Romain et Kevin ont des styles différents, des points forts et des points faibles différents. Kevin a battu Romain de justesse [en qualifs à Melbourne], mais nous avons eu un petit problème sur la voiture de Romain, sans lequel ils auraient fait jeu égal exactement. C'est ce que nous voulons. C'était génial."

Propos recueillis par Oleg Karpov

Prochain article Formule 1
TF1 officialise son duo de commentateurs

Article précédent

TF1 officialise son duo de commentateurs

Article suivant

Pourquoi les arrêts au stand en F1 sont si controversés

Pourquoi les arrêts au stand en F1 sont si controversés
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique , Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités