Kovalainen tourne la page F1 avec des regrets

L'histoire de Heikki Kovalainen en Formule 1 est celle d'attentes déçues et d'un potentiel qui n'a pas été maximisé, ou en tout cas, pas au bon moment

Kovalainen tourne la page F1 avec des regrets

L'histoire de Heikki Kovalainen en Formule 1 est celle d'attentes déçues et d'un potentiel qui n'a pas été maximisé, ou en tout cas, pas au bon moment.

En 2007, fort d'un titre de World Series by Nissan, d'une campagne solide en GP2 face à Nico Rosberg et d'une victoire à la Course des Champions 2004, Kovalainen faisait ses débuts en Formule 1 en grande pompe, chez Renault, l'équipe championne du monde en titre. Flavio Briatore annonçait avec confiance avoir trouvé l'anti-Alonso, Kovalainen ayant la lourde tâche de remplacer l'Espagnol parti chez McLaren.

Le Finlandais a rapidement pris la mesure de son expérimenté coéquipier Giancarlo Fisichella malgré quelques courses difficiles en début de saison. Au volant de la quatrième force du plateau, il n'a toutefois pu faire mieux que septième au championnat. C'était néanmoins suffisant pour obtenir le baquet d'Alonso chez McLaren, le double champion du monde faisant son retour chez Renault.

Les années McLaren n'ont cependant pas délivré les résultats nécessaires pour Kovalainen. Numéro 2 de l'équipe et pas toujours chanceux, le nouveau coéquipier de Hamilton tenait le rythme sur un tour mais était à la peine en rythme de course, d'où un bilan peu flatteur à l'issue de deux années à Woking : une seule victoire au Grand Prix de Hongrie 2008, et encore, obtenue grâce à la casse du moteur de Felipe Massa à trois tours du but.

"J'aurais pu faire les choses différemment et me préparer différemment", estime-t-il dans les colonnes d'Autosport. "Je n'étais pas prêt, chez McLaren, à obtenir les résultats que tout le monde attendait et que j'attendais. Je ne veux pas rejeter la faute sur quiconque au sein de l'équipe, ils étaient très bons, mais je n'ai pas obtenu les résultats avec eux".

Kovalainen : "Ma plus grosse erreur fut de rester loyal à Caterham"

Désireux de reconstruire sa réputation et son niveau de performance après une demi-saison catastrophique fin 2009, Kovalainen a ensuite rejoint Lotus (futur Caterham) pour le retour de l'écurie en Formule 1. De belles performances face à Jarno Trulli et aux écuries de milieu de tableau mirent le Finlandais au cœur de rumeurs : les bruits de paddock l'évoquaient notamment chez Ferrari et Lotus (ex-Renault) pour 2013. Kovalainen est néanmoins resté fidèle au projet Caterham, jusqu'à perdre son volant à la fin de la saison 2012 par manque de budget. Lotus préférera ensuite reconduire Grosjean.

"Ce n'était pas fini après ces saisons-là", affirme l'ancien pilote McLaren. "Chez Caterham, j'ai pu restaurer en partie le potentiel que je démontrais quand j'étais plus jeune. C'est facile de regarder en arrière avec le recul, mais si j'avais vraiment voulu faire progresser ma carrière en F1, j'aurais dû [quitter Caterham] quelques années plus tôt. J'ai reçu des offres d'équipes compétitives mais je suis resté loyal car on m'avait promis que l'équipe avait le budget nécessaire et que le projet était de grandir. Ce fut probablement ma plus grosse erreur".

Fin 2013, après un intérim peu concluant en remplacement de son compatriote Kimi Räikkönen, Kovalainen quittait la Formule 1 définitivement après 112 Grands Prix dont une victoire et une pole position, avec à la clé un record : 63 courses consécutives sans marquer le moindre point. Celui qui, autrefois, ne jurait que par la catégorie reine du sport automobile a tourné la page et courra en Super GT, au Japon, après une pige convaincante à l'Arctic Rally au mois de janvier. "La F1, c'était génial, mais il est temps de chercher un autre défi", conclut le Finlandais.

partages
commentaires
Gérard Ducarouge / 1941-2015

Article précédent

Gérard Ducarouge / 1941-2015

Article suivant

Le BRDC annonce ses SuperStars 2015

Le BRDC annonce ses SuperStars 2015
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021