Kubica : "L'Australie sera un bon week-end pour nous"

Robert Kubica répond à quelques questions avant de participer à sa deuxième course avec l'équipe Renault

Robert Kubica répond à quelques questions avant de participer à sa deuxième course avec l'équipe Renault.


Robert, qu’avez-vous appris du niveau de performance de l’équipe à Bahreïn ?


"Nous avons beaucoup travaillé cet hiver afin de comprendre et d’améliorer la R30. Etre en mesure de comparer notre niveau de performance à celui des autres a donc été utile. Il me faudra encore deux courses, je pense, afin d’être vraiment clair sur la situation, car certains aspects du circuit de Bahreïn sont assez inhabituels. Mais je suis optimiste. Nous n’avons pas montré notre réel potentiel en qualifications et lors de la course, et ce pour différentes raisons. La septième position était réaliste dans les deux cas. Ne pas pouvoir réaliser cela a été décevant mais il est encourageant de savoir que nous avions les moyens de le faire."


Vous avez parlé du potentiel de la voiture – quelle est votre opinion de la R30 à présent ?


"Le weekend à Bahreïn a principalement confirmé le feeling que j’avais à Valence dès les premiers essais, en ce qui concerne à la fois les aspects positifs de la voiture et les secteurs que nous pouvons encore améliorer. La R30 a beaucoup d’atouts. Nous travaillons dur pour peaufiner ce que nous faisons déjà bien, et pour progresser là où il nous faut encore faire des progrès. Cette année, la course n’a pas seulement lieu sur le circuit mais également à l’usine pour la fourniture de nouveaux développements. L’équipe d’Enstone a travaillé 24h sur 24, 7 jours sur 7 afin de produire les nouveautés et les premiers résultats à Bahreïn nous ont permis de faire un pas en avant significatif en termes de performance."


Le spectacle offert à Bahreïn a reçu pas mal de critiques. Comment l’avez-vous perçu depuis le cockpit, sans les ravitaillements en carburant ?


"En fait, surtout au début, c’est comme si la course se déroulait au ralenti par rapport à l’an passé. Nous avions tous tellement d’essence embarquée que les temps au tour étaient très lents. Il était intéressant d’observer la manière dont chaque équipe a abordé ce challenge : nous avons montré l’exemple côté stratégie en nous arrêtant très tôt pour chausser les nouvelles gommes, et nous avons pu constater que les autres voitures qui avaient débuté la course en pneus tendres ont observé leur arrêt deux ou trois tours après nous. A présent, nous avons seulement trois trains de pneus pour le vendredi et le temps en piste est assez limité. Le travail d’analyse des deux types de pneus est donc un peu plus compliqué que par le passé. Les équipes doivent se montrer très réactives sur le comportement des pneumatiques en conditions de course et adapter leurs stratégies très rapidement."


De quelle manière la R30 réagira-t-elle aux demandes du circuit de Melbourne ?


Avant le début de la saison, j’avais l’impression que Melbourne nous conviendrait mieux que Bahreïn. Maintenant que nous avons vu les autres voitures en piste et que nous avons récolté plus d’informations par rapport à notre positionnement, je suis convaincu que ce sera un bon circuit pour nous. L’adhérence y sera assez faible en début de weekend et il sera nécessaire de travailler sur le grip mécanique, le comportement sur les bosses ainsi que sur la stabilité au freinage. J’espère que notre performance sera bonne afin d’exploiter tout le potentiel de la voiture.

[Communiqué de Renault F1 Team}

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Type d'article Actualités