Kubica nous explique le circuit de l'Istanbul Park

Lorsque je pense à la Turquie, la première chose qui me vient à l’esprit c’est qu’il y fait normalement très chaud pour la course et puis il y a le trafic sur le fameux Pont qui fait le lien entre l’Europe et l’Asie

Kubica nous explique le circuit de l'Istanbul Park

Lorsque je pense à la Turquie, la première chose qui me vient à l’esprit c’est qu’il y fait normalement très chaud pour la course et puis il y a le trafic sur le fameux Pont qui fait le lien entre l’Europe et l’Asie. C’est pour l’éviter que je reste toujours sur la partie ‘Asie’, où se trouve le circuit ; de cette manière, je ne suis pas bloqué sur la route et mes nerfs restent intacts !

Istanbul Park est un des meilleurs circuits modernes avec un superbe premier secteur qui présente bon nombre de longs virages. Le premier virage est assez délicat car le point de corde n’est pas visible : on y entre avant d’être en mesure de voir l’intérieur de la courbe. On avale ensuite une partie en montée et on prend le deuxième virage qui est très long. J’aime bien cette partie lors du premier tour de la course car il y a pas mal d’action entre les voitures, qui sont côte à côte.

On arrive au virage huit en milieu de tour. C’est un virage à quatre points de corde, que l’on prend à environ 260km/h. Le plus grand souci ce n’est pas tant la trajectoire à prendre mais le fait que la voiture talonne car il y a pas mal de bosses. C’est un virage que l’on prend presque à fond, le défi n’est pas si grand même les choses ne seront pas simples en début de course lorsque la pression des pneus sera encore relativement basse et la voiture très lourde. Il faut surtout faire attention au pneumatique avant droit qui sera mis à rude épreuve et peut souffrir de grainage à cet endroit.

On attaque une descente à l’approche des virages neuf et dix, qui forment une chicane qui remonte tout d’un coup. On peut être très rapide à l’entrée de cette section mais il faut faire attention à ne pas perdre le contrôle de la voiture à sa sortie car on peut facilement prendre large – comme cela est arrivé à Vettel au premier tour l’an passé. Il est parfois nécessaire de changer sa trajectoire surtout si on se trouve dans une bataille avec quelqu’un. On peut alors sacrifier un peu de vitesse à l’entrée et accélérer plus tôt à la sortie. C’est un virage assez étrange que je respecte toujours car on ne peut jamais y passer de manière parfaite.

La meilleure opportunité de dépassement se trouve dans la dernière section du tour, au virage 12, qui est situé juste après une longue ligne droite et qui amène à la section que j’appelle ‘mickey-mouse’. On peut être côte à côte avec quelqu’un mais on est toujours limité par la traction et par le niveau de grip à l’avant et, à moins que le pilote qu’on essaie de dépasser ne commette une erreur, il est difficile d’avoir le dessus.

En ce qui concerne la mise au point, Istanbul réclame un compromis entre le premier et le dernier secteur. Si on choisit une mise au point ‘high-speed’, on a une bonne aérodynamique pour le premier secteur mais on sacrifie du grip mécanique, alors on perd de la traction et de la stabilité de freinage, qui sont particulièrement importants dans le dernier secteur.

[Communiqué de Renault F1 Team]

partages
commentaires
Comment apprivoiser le virage 8 à Istanbul

Article précédent

Comment apprivoiser le virage 8 à Istanbul

Article suivant

HRT et Dallara se séparent

HRT et Dallara se séparent
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021