Kubica ou l'histoire d'un miraculé

Ce week-end, au Canada, Robert Kubica est devenu le premier polonais de l'histoire à remporter un Grand Prix de Formule 1, et il y a fort à parier qu'il ne s'arrêtera pas en si bon chemin

Ce week-end, au Canada, Robert Kubica est devenu le premier polonais de l'histoire à remporter un Grand Prix de Formule 1, et il y a fort à parier qu'il ne s'arrêtera pas en si bon chemin.

Depuis son arrivée dans la catégorie reine du sport automobile, Kubica n'a cessé de progresser et a démontré à maintes reprises que BMW Sauber avait eu raison de lui faire confiance.

Le natif de Cracovie a débuté sa carrière en 2006 au sein de l'équipe germano-suisse, où il occupait le poste d'essayeur. Huit mois plus tard, en Hongrie, il est promu pilote titulaire en lieu et place du champion du monde 1997, Jacques Villeneuve.

Dès sa troisième course, à Monza, Kubica s'adjuge le premier podium de sa carrière en terminant troisième, derrière Michael Schumacher et Kimi Räikkönen.

L'année suivante est plus délicate pour le polonais, qui rencontre quelques difficultés à s'adapter aux nouveaux pneumatiques fournis par Bridgestone. Pire encore, Kubica est victime d'un terrible accident lors du Grand Prix du Canada 2007, mais en ressort miraculeusement indemne.

Cet incident n'est d'ailleurs pas le premier coup du sort pour lui. En 2003, alors qu'il se trouve en Pologne, il est victime d'un très grave accident de la route. Il s'en tire avec le bras droit déchiqueté et pas moins de cinq nerfs sectionnés.

Mais "Roberminator" fait preuve d'une volonté de fer. Tout le monde le croit perdu pour le sport automobile, sauf lui. Pour retrouver la forme, il s'impose neuf heures de rééducation par jour ! La suite de son histoire démontre que son travail a été récompensé.

Cette saison, Kubica a décroché sa première pole position à Bahreïn. Puis, un an après son accident du Canada, le polonais vient de signer sa première victoire en Formule 1 au terme d'une course parfaitement maîtrisée puisqu'il s'est forgé une avance de 24 secondes en huit tours seulement.

Par ailleurs, ce succès amplement mérité lui permet de prendre les rênes du championnat du monde, et ce malgré une monoplace moins compétitive que les Ferrari et McLaren.

Kubica est aussi l'un des pilotes les plus appréciés du paddock. Toujours cool, jamais un mot plus haut que l'autre à l'encontre de son équipe ou de ses adversaires, il aime s'amuser et n'hésite pas à faire blagues potaches, comme en témoigne son attitude lors d'un événement promotionnel organisé par Bridgestone à Istanbul, en 2007.

Avec Nick Heidfeld, ils avaient récupéré les lettres autocollantes placées sur les sièges qui leur étaient destinés, et les avaient disposées dans le dos de Markus Winkelhock de sorte à former le mot "Fucker". Tout ça, devant une foule de journalistes hilares.

Kubica, qui sait également être sérieux lorsqu'il le faut, peut désormais songer au titre mondial. Car le polonais a prouvé qu'il avait les capacités de remporter le championnat, que ce soit cette saison ou dans quelques années. Ensuite, ce passionné de sports automobiles pourra se tourner vers une autre discipline qui le fait rêver : le rallye.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Jacques Villeneuve , Nick Heidfeld , Kimi Räikkönen , Robert Kubica , Markus Winkelhock
Équipes McLaren , Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités