Renault insiste : Kubica ne roulera pas en Grand Prix cette année

Renault assure que Robert Kubica n'est pas en lice pour décrocher un baquet dès cette année. Le constructeur français insiste sur le caractère d'évaluation de la journée d'essais à laquelle il participera en Hongrie la semaine prochaine.

Pour la première fois, le pilote polonais prendra mercredi prochain le volant d'une monoplace 2017, ce qui n'a pas manqué d'accentuer la spéculation autour de son retour à la compétition dès cette année, notamment en lieu et place d'un Jolyon Palmer toujours un peu plus sous pression. La date du Grand Prix de Belgique, premier rendez-vous après la trêve estivale, a même parfois circulé, mais Renault assure qu'elle n'est pas envisagée. Directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul écarte cette hypothèse et affirme que Palmer conservera son baquet jusqu'à la fin de la saison. Quant aux essais avec Robert Kubica au volant de la R.S.17, qui font suite à deux séances menées avec la Lotus E20 de 2012, ils ne sont destinés qu'à évaluer davantage ses capacités à revenir en F1 en 2018.

"Nous continuons à soutenir Jo, et il n'y a absolument aucun changement de plan", insiste Cyril Abiteboul auprès de Motorsport.com avant le Grand Prix de Hongrie. "C'est vrai qu'avec Robert, nous ressentons le besoin d'en savoir un peu plus après tous les tests que nous avons faits. Bien sûr, il y a eu les tests effectués avec la voiture 2012, mais nous avons aussi fait d'autres choses, des tests médicaux et du travail de simulateur, sur lesquelles je ne veux pas vraiment entrer dans les détails."

"Il est vrai que, en se basant sur tout ça jusqu'à présent, nous voulons regarder de plus près à quel point ce serait réaliste pour Robert de piloter à nouveau une F1 moderne, et possiblement dans un contexte de course. La dernière opportunité de faire un test dans une F1 moderne était la Hongrie, et nous l'avons saisie. Mais c'est vraiment quelque chose qui est plus à moyen ou long terme. Ce n'est pas un projet à court terme, et ce n'est pas une option à court terme pour faire quelque chose avec notre line-up de pilotes."

Cyril Abiteboul précise également que si Robert Kubica affiche un rythme solide lors des essais privés en Hongrie, cela ne lui ouvrira pas automatiquement la porte pour décrocher un baquer chez Renault en 2018.

"Robert pourrait être un candidat pour 2018, mais avons que nous puissions vraiment l'envisager comme tel, il y a plus de choses que nous devons analyser, et nous devons en particulier voir comment il s'en sort avec des voitures qui ont plus d'appui et plus de puissance, car clairement, la voiture qu'il a pilotée jusqu'à maintenant n'est pas représentative", souligne le Français. "Franchement, même si ça se passe bien, ça ne veut pas dire que nous déciderons immédiatement de le prendre pour 2018, car il y a davantage de choses à étudier."

Palmer sous pression mais soutenu

Le processus enclenché depuis plusieurs semaines maintenant avec Robert Kubica met toutefois une pression importante sur les épaules de Jolyon Palmer, en dépit des explications de Cyril Abiteboul. Le Britannique est toujours à la recherche de ses premiers points cette saison et souffre de la comparaison avec son coéquipier Nico Hülkenberg. Néanmoins, ses dirigeants l'ont assuré du fait que les essais de Kubica n'en faisaient pas une menace pour perdre son baquet, malgré les rumeurs.

"Je lui ai dit que Robert n'était pas une menace immédiate", précise Abiteboul. "Clairement, nous regardons les options pour 2018, et Jo pourrait en être une. C'est entre ses mains. Ce que nous faisons avec Robert n'a rien à avoir avec ce que Jo va faire ce week-end, ou même après la trêve estivale. Il n'y aura pas non plus de remplacement de pilote à Spa, comme j'ai pu le voir dans certains articles. Je peux confirmer que Jo pilotera à Spa, et le plan est qu'il soit là jusqu'à la fin de la saison. Jo et Robert, ce sont deux choses différentes." 

Plusieurs fois onzième cette saison, Jolyon Palmer n'a pas non plus été épargné par certains problèmes de fiabilité qui peuvent avoir mis à mal sa confiance, ce que reconnaît Cyril Abiteboul. Ce week-end, le Britannique disposera des dernières évolutions de la R.S.17 et le Hungaroring peut représenter un tournant. L'équipe d'Enstone veut en tout cas tout faire pour.

"Il a besoin d'avoir confiance en lui, confiance en l'équipe, et il doit avoir confiance en la situation pour pouvoir marquer des points", soulève Cyril Abiteboul. "J'espère et je crois que le package que nous aurons à Budapest permettra à l'équipe de marquer des points. Mais il doit être performant comme tout pilote qui est en F1 doit l'être. Je ne vais pas nier le fait qu'il y a de la pression. C'est un environnement concurrentiel et ça ne disparaît jamais. Mais ce n'est pas de la pression à court terme."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica , Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités