Kubica se sent prêt pour un test en F1

Alors qu'il s'attaque cette année à un programme de course complet sur circuit, à travers un engagement en LMP1 privé en FIA WEC, Robert Kubica a bien l'intention de reprendre un jour le volant d'une Formule 1.

Kubica se sent prêt pour un test en F1
#16 Team Duqueine Renault RS01: Robert Kubica
Robert Kubica, Renault F1 Team
Robert Kubica, Renault F1 Team
Robert Kubica, Renault F1 Team
Robert Kubica, Renault F1 Team
Robert Kubica, ByKolles Racing CLM P1/04 - AER
Robert Kubica, ByKolles Racing CLM P1/04 - AER
Robert Kubica, Forch Racing
Robert Kubica, Lotus Renault GP, R31 utilise un DRS
Des fans de Robert Kubica (Renault)

Il y a six ans jour pour jour, le 6 février 2011, Robert Kubica était victime d'un grave accident de rallye, subissant des blessures sérieuses et dont il a gardé des séquelles au niveau du bras droit. Elles l'ont notamment empêché de reprendre la compétition dans une monoplace, en raison de ses difficultés à tourner complètement le volant dans certaines situations. C'est ainsi qu'il a d'abord fait son retour en WRC ces dernières années. Dans le même temps, il a pu s'essayer au simulateur Mercedes F1, avant de participer à quelques courses de GT ces derniers mois.

La semaine dernière, Kubica a été confirmé comme pilote titulaire chez ByKolles, en LMP1 privé. Il assure que les séquelles de son accident ne sont plus un handicap pour le pilotage, et pense être en mesure de s'installer à nouveau dans le baquet d'une Formule 1 s'il en a l'opportunité. Opportunité offerte par le passé par Mercedes, et qu'il avait déclinée, ne s'estimant pas capable d'y faire face dans de bonnes conditions.

"Il y a trois ans, ils m'ont offert l'occasion de tester une F1, mais à ce moment-là, je n'avais pas la confiance pour le faire correctement", explique Kubica à Motorsport.com. "Je sais que, souvent, certaines chances ne se présentent qu'une seule fois, mais j'ai toujours voulu être certain de ma condition physique et de ce que je pouvais faire. Et si je n'étais pas sûr, je me disais toujours : oublie."

"Ma condition physique n'est pas ordinaire, peu de gens ont fait face à de pareilles circonstances. Tout le monde réagit différemment, et ça peut être quelque chose de très personnel."

Aujourd'hui, Kubica accepterait-il de tester une F1 s'il en avait l'occasion ? "Oui. Aujourd'hui, je répondrais différemment. J'aimerais essayer une F1. Ça fait un moment [qu'il a piloté une F1], donc je voudrais me le prouver à moi-même, mais je crois que je pourrais le faire correctement."

"Je voudrais revivre l'excitation de mon expérience en Formule 1. J'ai essayé de nombreux simulateurs, et je suis convaincu que je pourrais piloter à 80 % sur les circuits F1, mais pas sur tous. Je dois aussi préciser que tester une F1 est une chose, mais un week-end de course est quelque chose de totalement différent."

"Lors de mes trois dernières saisons en F1, j'ai réussi à atteindre un remarquable niveau de performance, un niveau qui me manque désormais. En 2010, avec Renault, je crois que je n'ai pas fait d'erreurs, et pour avoir ce niveau de performance, il faut travailler dur pendant des années. En rallye, ça m'a manqué - le temps nécessaire pour se préparer au mieux - car tout s'est fait trop rapidement."

L'avenir est en WEC

À 32 ans, Kubica se projette désormais sur sa première saison en Endurance. Un environnement dans lequel il pense se plaire, et qu'il juge idéal pour retrouver le plaisir en piste sans faire face à une pression trop écrasante, le tout au niveau mondial.

"J'étais et je suis un pilote de course, habitué par le passé à travailler avec de grands professionnels", rappelle-t-il. "Aujourd'hui, je commence un nouveau chemin, et je dois m'adapter à des circonstances différentes."

"Ces dernières années, j'ai reçu de nombreuses offres pour courir, mais je voulais toujours au moins un test avant un week-end de course avant de m'engager. J'ai besoin de savoir que mon corps va pouvoir faire face, et je ne pouvais pas dire oui sans avoir la possibilité de bien le faire. Je voulais savoir si je ferais face à des difficultés, et comprendre comment affronter tout problème. Maintenant, je me sens prêt." 

"Après les essais à Bahreïn [en novembre avec ByKolles], j'ai vérifié l'angle de braquage, et il ne devrait pas y avoir de problème. Aujourd'hui, je suis certain d'être performant à 90 %. Les 10 % restants, c'est la marge que je peux réduire."

Propos recueillis par Roberto Chinchero

partages
commentaires
Répartition des revenus : Sauber ne veut pas attendre 2020

Article précédent

Répartition des revenus : Sauber ne veut pas attendre 2020

Article suivant

BMW n'a "aucun projet pour revenir en F1"

BMW n'a "aucun projet pour revenir en F1"
Charger les commentaires
Pourquoi un retour des moteurs hurlants n'est pas si impensable Prime

Pourquoi un retour des moteurs hurlants n'est pas si impensable

Il n'y a pas que la lutte entre Verstappen et Hamilton qui oppose les patrons de Red Bull et de Mercedes : la nature des moteurs 2025 de Formule 1 fait également l'objet de désaccords. Mais les espoirs d'avoir des unités de puissance bruyantes, sources d'émotions fortes tout en étant respectueuses de l'environnement ne sont pas forcément opposés.

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Hongrie 2021

Après le Grand Prix de Hongrie, onzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
2 août 2021
Pourquoi Mercedes semble dans le match sur un "circuit Red Bull" Prime

Pourquoi Mercedes semble dans le match sur un "circuit Red Bull"

Mercedes a terminé les essais du vendredi au Hungaroring avec un net écart sur Red Bull grâce au rythme de Valtteri Bottas qui a dominé les EL2. Mais il y a d'autres raisons pour lesquelles l'équipe des Flèches d'Ébène est satisfaite de ses progrès jusqu'à présent sur un circuit que de nombreux observateurs considèrent comme favorable à Red Bull.

Formule 1
31 juil. 2021
Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull Prime

Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull

Le rejet par la FIA de la demande de Red Bull de réexaminer l'accident du Grand Prix de Grande-Bretagne entre Lewis Hamilton et Max Verstappen a peu surpris dans le monde de la Formule 1.

Formule 1
30 juil. 2021
À quel point les F1 de 2022 seront-elles différentes du modèle présenté ? Prime

À quel point les F1 de 2022 seront-elles différentes du modèle présenté ?

La F1 de 2022 présentée ces derniers jours ne se retrouvera pas à l'identique sur la grille la saison prochaine. Les équipes ont la liberté de mettre leur patte dans plusieurs zones clés, et elles ne vont pas s'en priver.

Formule 1
28 juil. 2021
Les signes de la très bonne santé de la F1 Prime

Les signes de la très bonne santé de la F1

Le calendrier de la Formule 1 est peut-être encore perturbé par la pandémie qui affecte les voyages, mais, selon Mark Gallagher, le business lui-même est fondamentalement fort grâce à la rivalité épique sur la piste et à l'arrivée constante de nouveaux sponsors.

Formule 1
27 juil. 2021
L'avantage inattendu de la course sprint Prime

L'avantage inattendu de la course sprint

Le test des courses sprint en Formule 1 à Silverstone a suscité des réactions mitigées samedi, mais il restait à savoir quel serait son impact sur le Grand Prix de dimanche. Alors que les fans s'émerveillaient du départ de Fernando Alonso, une leçon clé permettait d’anticiper l’accident survenu à Copse le lendemain.

Formule 1
25 juil. 2021
Les conséquences cachées du crash de Verstappen Prime

Les conséquences cachées du crash de Verstappen

Les limitations budgétaires mises en place en 2021 n'ont de cesse d'amener les équipes de pointe à devoir faire de nouveaux compromis pour limiter les dépenses. Ceux-ci sont particulièrement ressentis en situations d'accidents causant d'importants dégâts.

Formule 1
24 juil. 2021