Kvyat espère ne jamais revivre cette "saison de survie"

Après une saison 2016 dont il se souviendra certainement comme la plus dure de sa carrière, Daniil Kvyat a hâte de tourner la page.

C'est chez Red Bull Racing que Daniil Kvyat a entamé sa saison, avec notamment un podium en Chine, mais le carambolage qu'il a provoqué au départ à Sotchi a précipité sa descente aux enfers, avec une rétrogradation immédiate au sein de la Scuderia Toro Rosso.

Kvyat a connu des temps très difficiles dans l'écurie-soeur, ne marquant que deux points contre 26 pour son coéquipier Carlos Sainz Jr lors des huit courses qui ont précédé la trêve estivale. À ce stade, l'avenir du Russe au sein de la famille Red Bull paraissait très incertain, mais Kvyat a repris du poil de la bête ces deux derniers mois, ce qui lui a permis de conserver son baquet pour 2017.

Lorsqu'il lui est demandé si cette prolongation de contrat le soulage, Kvyat répond : "Bien sûr. De façon générale, ma vie se passe bien, pour être honnête. Il reste des courses à faire cette année, mais franchement, cette année a été si longue que j'ai hâte qu'elle se termine."

S'il préfère se montrer philosophe, le pilote Toro Rosso espère ne jamais revivre des épreuves comme celles de 2016.

"D'une certaine manière, chaque année est plus dure que la précédente", relativise-t-il. "Ce n'est pas comme si j'y avais trop fait attention. Certes, ça n'a pas été facile, ça a finalement été une année de survie. Au début, j'avais de grandes espérances, mais finalement, ça a été une année de survie."

"Maintenant, on dirait que je suis parvenu à me mettre en position d'être en Formule 1 l'an prochain, d'être chez Toro Rosso, et j'en suis content. Mais oui, ça a été une saison de survie, je n'ai pas aimé ça et je ne veux pas que ça se reproduise. Plus jamais."

Le Club des Piranhas

Ce qui ne tue pas nous rend plus fort, selon le proverbe. Daniil Kvyat en sait quelque chose, puisqu'il a beaucoup appris d'une saison dont il aura tiré de la sagesse.

"Cela donne une vision plus large des choses et détails auxquels on doit faire attention... pour, disons, ne pas se faire avoir", souligne l'ancien pilote Red Bull Racing. "J'ai appris beaucoup de détails intéressants, pas seulement sur la piste. Car en fait, malheureusement, quand ce genre de choses se produit, c'est plus dur d'apprendre quelque chose en piste, donc j'ai plus ou moins cessé de progresser pendant un moment."

"J'ai la chance de travailler avec une groupe d'ingénieurs très motivés, nous nous motivons les uns les autres, et ils me motivent. Après la trêve estivale, j'ai eu le sentiment que je pouvais me concentrer sur la piste et ça a payé. J'ai commencé à avoir de bien meilleures sensations."

Lorsqu'il lui est demandé si cette saison lui avait montré le côté impitoyable de la F1, Kvyat semble être d'accord : "Il n'y a pas d'amis en Formule 1, malheureusement."

Peu importe Force India

Peu avant d'être confirmé, Daniil Kvyat faisait partie des principaux candidats à un baquet chez Force India aux côtés de Sergio Pérez. "Il y a eu des discussions, évidemment, parce que je m'inquiétais un peu pour mon avenir chez Red Bull", confirme le Russe. "Mais au final, la décision a été prise en ma faveur ici, chez Red Bull, et ce qui se passe ailleurs n'importe plus. Ce qui importe, c'est que je suis là, chez Red Bull, et je suis plus qu'heureux."

L'officialisation de Kvyat chez Toro Rosso a toutefois fait un malheureux : le tricolore Pierre Gasly, candidat au titre GP2, qui espérait obtenir ce baquet. Gasly n'a d'ailleurs pas caché sa frustration, ce qui n'émeut pas vraiment Kvyat : "C'est la vie... Moi aussi, j'ai ressenti des choses cette année."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

 

T-shirt Scuderia Toro Rosso 2016
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniil Kvyat
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités