Kvyat - "J'ai le sentiment que j'étais au niveau de Ricciardo"

partages
commentaires
Kvyat -
Par : Fabien Gaillard
24 déc. 2016 à 08:00

Après une saison 2016 faite de hauts et de bas, Daniil Kvyat est revenu sur son passage chez Red Bull, où il estime qu'il n'était pas très loin du niveau de Daniel Ricciardo.

Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 et Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso avec Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12 avec son équipier Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Crash du départ avec Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H, Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing et Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11

Le pilote russe a disputé les quatre premiers Grands Prix de l'année au volant de la Red Bull RB12 – après une première saison intéressante en 2015 –, signant d'ailleurs un podium, en Chine, avant d'être rétrogradé chez Toro Rosso et remplacé par Max Verstappen au sein de l'écurie-mère, après une course houleuse à Sotchi.

Une situation d'autant plus difficile à vivre que Daniil Kvyat, interrogé par Autosport, estime qu'il faisait quasiment jeu égal avec Daniel Ricciardo : "J’ai travaillé avec Daniel, c’est un top pilote et j'ai le sentiment que j'étais à son niveau. J’étais un peu moins régulier, peut-être que je comprenais moins la voiture et que j’avais moins d’expérience."

Une saison de "survie"

Toujours est-il qu'une fois de retour au sein de la "petite Scuderia", les choses ont longtemps été difficiles à vivre, surtout face à un équipier en confiance et habitué à la STR11, Carlos Sainz.

"Cette saison, je m’en souviendrai longtemps, même si je ne veux pas m’en rappeler. C’était une saison de survie. Ce qui n’est pas un sentiment agréable du tout pour un pilote. Ça a semblé très long. J’aime mon sport, donc si la saison a semblé sans fin, ça devait vraiment être une saison difficile."

"Mais j’ai beaucoup appris sur moi et j’avais beaucoup de personnes géniales autour de moi, nous avons fait venir de nouveaux ingénieurs qui étaient super avec moi, qui me soutenaient beaucoup."

"J’ai connu une très grosse baisse de performance parce que je ne comprenais pas ce qui se passait, la situation avait changé. Pour moi, c’était un peu plus difficile de revenir à la situation où il fallait à nouveau me battre avec la voiture. C’était évidemment un choc pour moi."

"Ce que ressent Carlos [Sainz] actuellement est qu’il a fait fonctionner la voiture pour lui. Après les trois premières courses, la voiture lui convenait très bien et, quand je suis arrivé, j’étais complètement hors du coup avec la voiture. Il était à un très haut niveau et à un haut niveau de régularité, donc je savais qu’il serait très difficile à battre. Quand je suis dans le coup, ça devient très serré."

Et serrée, il espère que la saison 2017, qui devrait normalement être un peu plus calme et stable sur le plan personnel, le sera plus encore au sein de l'écurie Toro Rosso, qui disposera cette fois d'un moteur Renault (et de 2017). "Je suis très excité concernant la saison prochaine, parce que ça sera intéressant de se battre contre Carlos."

Avec Ricciardo et Verstappen qui disposent de contrats qui courent jusqu'en 2018, ne craint-il pas que sa progression en F1 risque d'être difficile, au moins au sein de la filière Red Bull ? "Nous essaierons de faire notre travail du mieux possible en 2017. Red Bull a de bons pilotes et, évidemment, chacun de ces pilotes veut être champion du monde. Ils auront un choix à faire, qui leur appartient."

Article suivant
L'humeur de Cirebox - Bienvenue au Bernie Circus ! (Partie 1)

Article précédent

L'humeur de Cirebox - Bienvenue au Bernie Circus ! (Partie 1)

Article suivant

La supergrille après les 21 Grands Prix de la saison 2016

La supergrille après les 21 Grands Prix de la saison 2016
Charger les commentaires