Kvyat - "Le reste de la saison ne sera pas simple" pour Toro Rosso

Les qualifications du Grand Prix de Belgique ont confirmé que Toro Rosso n'était pas à l'aise sur le tracé des Ardennes, qui appuie sur sa principale faiblesse : un moteur Ferrari de l'année passée.

Kvyat - "Le reste de la saison ne sera pas simple" pour Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 avec le Halo
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Charger le lecteur audio

Forcément, les tracés de vitesse ne sont pas ceux sur lesquels la STR11 est attendue, tant ses qualités de châssis favorisent plutôt un bon comportement sur les circuits sinueux. Pas vraiment d'étonnement donc de voir que ni Carlos Sainz ni Daniil Kvyat n'ont fait mieux que le 15e rang sur la grille.

Malgré tout, force est de constater qu'au-delà d'un problème de motorisation, la forme du Russe dans l'exercice chronométré ne semble pas vraiment s'être améliorée après une trêve estivale qui semblait arriver à point nommé pour lui : il n'a signé que le 19e temps, derrière la Manor du débutant Esteban Ocon, et est donc resté coincé en Q1.

Après la séance, il se montrait pourtant satisfait : "Je pense que c'était une bonne séance, j'étais content de mes tours, de nos progrès depuis vendredi. La voiture est ce qu'elle est sur ce circuit, il faut l'accepter, et le reste de la saison ne sera pas simple pour nous non plus."

Même s'il s'attend à une course compliquée, il réaffirme sa motivation : "On va faire notre course, je ne veux rien prédire, ça ne sera pas facile avec les longues lignes droites, donc on n'a pas d'attentes. Je suis toujours motivé, j'aimerais me battre plus haut c'est sûr, mais c'est comme ça, il faut l'accepter."

"Le pire circuit" pour Toro Rosso

Le constat est le même pour Sainz, 15e, qui se répand plus sur les performances de la monoplace, sans vraiment comprendre un tel manque de rythme par rapport à la concurrence, même si l'écurie de Faenza ne s'attendait pas à briller en Belgique. 

"À Spa, les montées, les virages, les pleines charges… C’est dur, c’est très dur. Je suis convaincu que la puissance n’est pas notre seul problème sur ce circuit. Nous ne sommes nulle part dans le secteur 2, nous avons les mêmes niveaux d’appui que les autres donc… Je suis convaincu que quelque chose d’autre se passe sur la voiture. Nous ne sommes pas où nous devrions être."

"Nous savions que ça serait difficile mais nous ne savions pas que nous allions être si lents, nous sommes une seconde derrière Q3, nous nous attendions, pas à être en Q3, mais à être à 3 ou 4 dixièmes de Q3 pour qu’en course, s’il se passait quelque chose, nous puissions être dans les points, mais là si quelque chose se passe, on ne peut pas faire grand-chose."

"Ce circuit est le pire pour nous, avec des longues lignes droites en montée. Si la tendance [le déclin de Toro Rosso en 2016] se poursuit, nous allons avoir du mal face à McLaren ou Haas."

"Nous avons du mal, je ne peux pas me plaindre de mon châssis. Les deux voitures du mal avec l’adhérence, dans chaque séance nommes allés dans un sens puis dans l’autre puis dans l’autre puis en arrière. J’ai tiré le maximum de ce que nous avons mais c’est trop loin."

Propos de Carlos Sainz recueillis par Oleg Karpov

T-shirt Toro Rosso Carlos Sainz 55 2016
T-shirt Toro Rosso Carlos Sainz 55 2016, sur Motorstore.com
partages
commentaires
Les deux Renault en Q2, une "récompense" pour le Losange
Article précédent

Les deux Renault en Q2, une "récompense" pour le Losange

Article suivant

La pénalité d'Alonso passe à 60 places

La pénalité d'Alonso passe à 60 places