Kvyat sur les limites de la piste : "Ça tue la course"

Bien que l'herbe et les graviers soient très présents sur le circuit d'Imola, les limites de la piste restaient au cœur des débats ce samedi, toujours avec une certaine frustration pour les pilotes.

Kvyat sur les limites de la piste : "Ça tue la course"

Pour le retour de la Formule 1 sur l'Autodromo Enzo e Dino Ferrari, les limites de la piste sont surveillées à la sortie du virage de Piratella et de la Variante Alta, deux endroits où les monoplaces peuvent dépasser la ligne blanche avec les quatre roues sans perdre de temps. Au fil de ce samedi, des dizaines de chronos ont ainsi été supprimés (60 en essais libres, huit en qualifications), une situation dont les pilotes se plaignent régulièrement.

"Oh mon dieu, nous n'avons pas besoin de ces lignes blanches", s'exaspère Daniil Kvyat, qui a eu cinq temps annulés en essais libres. "Il nous faut juste des bacs à gravier à l'ancienne : si on sort de la piste, on sort de la piste, sans avoir toutes ces conneries sur le fait de franchir la ligne blanche. Ça m'énerve, parce que ça tue la course. Et ça tue un super circuit aussi. C'est le problème."

Le pilote AlphaTauri a-t-il abordé le sujet avec le directeur de course Michael Masi ? "Je le lui ai mentionné", répond-il. "Mais les propriétaires des circuits doivent construire des dégagements [en asphalte] pour d'autres raisons, peut-être. Nous le savons. Au Mugello, il n'y a jamais eu de problème avec les dégagements, avec les limites de la piste. Il y avait des bacs à gravier, c'est aussi simple que ça. Et je pense que la plupart d'entre nous serions d'accord pour dire que c'était la meilleure solution, mais nous ne pouvons malheureusement pas avoir ça sur tous les circuits. Nous devrons donc probablement chercher une meilleure solution."

"Tout le monde était d'accord pour dire qu'au virage 15 [la Variante Alta, ndlr], c'était le bazar. Mais parce que seulement deux ou trois pilotes ont eu ce problème au virage 9 [Piratella], je crois que personne ne s'est exprimé avec trop de véhémence pour celui-là, à part moi. C'est toujours comme ça avec les pilotes. Quelqu'un n'est pas content, puis tout le monde se met à en parler. Au moins, nous sommes tous d'accord sur le virage 15. Et le virage 9, je m'y suis habitué. Mais je pense quand même que ce n'est pas bon pour la course, devoir ne pas dépasser une stupide ligne blanche."

Alex Albon, Red Bull Racing RB16

Le son de cloche est similaire pour Alexander Albon, qui a été particulièrement affecté avec six chronos supprimés en essais libres et deux en qualifications. "Je suis sûr que les gens vont dire que les pilotes doivent respecter ça, mais nous attaquons, et ces voitures sont si bien faites que pour nous, il n'y a pas de risque ou de punition à aller trop large, c'est du pur temps au tour", souligne le pilote Red Bull. "Plus on se rapproche de cette ligne blanche, plus on va vite."

Lire aussi :

"Ce qui est agaçant, c'est que ce soit différent selon les virages. Je sais qu'au briefing par exemple, une question a été posée : pourquoi avons-nous une ligne blanche au virage 9 et ne faisons-nous pas pareil que pour le reste du circuit ? Quand on passe sur les vibreurs verts dentelés, c'est lent, c'est vraiment lent. On talonne et on est emporté vers l'extérieur. Je pense que c'est une sanction suffisante. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire que la ligne blanche soit la référence."

"Cela dépend davantage des circuits. Je dirais que le Nürburgring est un très bon exemple d'un bon circuit avec de bons vibreurs élevés en sortie du virage puis des graviers direct. Bien sûr, je comprends qu'ils doivent prendre en considération le MotoGP et les motos, je ne vais pas dire à quiconque comment il faut faire. Mais j'imagine que pour vous [journalistes] aussi, c'est un peu frustrant et désordonné de voir tous ces chronos supprimés."

partages
commentaires

Voir aussi :

Romain Grosjean en discussion avec des équipes d'IndyCar
Article précédent

Romain Grosjean en discussion avec des équipes d'IndyCar

Article suivant

Wolff doute du gel moteur devant l'opposition de Ferrari et Renault

Wolff doute du gel moteur devant l'opposition de Ferrari et Renault
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021