Kvyat : Le podium a prouvé que "je n'étais pas revenu pour rien"

Après une première partie de carrière en F1 compliquée, Daniil Kvyat a hésité à retenter l'aventure avec Toro Rosso. Le podium obtenu au GP d'Allemagne 2019 lui a prouvé que c'était la bonne décision.

Kvyat : Le podium a prouvé que "je n'étais pas revenu pour rien"

Dire que la carrière de Daniil Kvyat en F1 a été chaotique est un euphémisme, après qu'il a subi une longue descente aux enfers consécutive aux décisions de Red Bull, et en particulier de Helmut Marko. Malgré une saison 2015 positive dans l'équipe autrichienne, il fut rétrogradé chez Toro Rosso en 2016 après seulement quatre courses, au profit de Max Verstappen. S'est ensuivie une longue descente aux enfers jusqu'à son licenciement avant le terme de la saison 2017, et la fin de toute collaboration avec Red Bull.

Mais le Russe a eu une deuxième chance quand Toro Rosso l'a rappelé pour disputer la saison 2019, et il l'a parfaitement exploitée en allant chercher en Allemagne le premier podium de l'équipe depuis 2008. S'il ne veut pas trop repenser au passé, il est fier de ce qu'il a accompli mais vise toujours plus, et ne cache pas qu'il a pris un risque en effectuant son retour l'année dernière. Avant d'accepter les termes fixés par Marko, il a tenu à s'assurer qu'il était prêt à reprendre la F1.

"C'est toujours intéressant de regarder en arrière, de repenser à certaines choses. Mais désormais le passé c'est le passé, ça n'a pas de sens de trop y penser", a déclaré Kvyat à Motorsport.com. "J'en veux toujours plus, je veux toujours faire mieux. J'abordais donc ce championnat [2020] en espérant faire 22 courses, et tout a un peu changé, alors on verra comment tout cela va évoluer. Jusqu'à présent, cela a été intéressant, et comme je l'ai dit il y a eu des podiums, de belles courses, mais je cours encore après ma première victoire et le titre."

Lire aussi :

"Bien entendu, il y a beaucoup de responsabilité parce qu'il y avait aussi le risque de tomber encore plus bas [en 2019], alors avant de lui parler j'y ai beaucoup réfléchi", a-t-il poursuivi en évoquant son échange avec Helmut Marko. "Je me suis demandé si j'étais prêt pour une autre chance après tout ce qui s'était passé. Puis on s'est parlé et j'ai été assez convaincant pour lui. Et puis ils étaient dans une situation où ils avaient besoin de quelqu'un d'expérience et j'étais là, prêt à faire mon travail, et au final lui et moi avons eu raison de me faire revenir."

Kvyat avait connu des débuts en F1 plutôt positifs en 2014 pour sa première saison chez Toro Rosso, et admet qu'y revenir cinq ans plus tard, échaudé par son expérience difficile, n'a pas aidé à instaurer un climat de confiance pour entamer la deuxième partie de sa carrière dans la catégorie reine. Il a attendu le premier Grand Prix de l'année pour être rassuré et en tire tout de même un bilan globalement positif.

"Étrangement, cela a été en quelque sorte plus compliqué ! Parce que je me posais beaucoup de questions, il y avait beaucoup d'ombres du passé et ça n'était pas facile de tout laisser derrière. Après la première course j'ai compris que tout allait bien, je me suis un peu détendu, et ensuite le reste de la saison s'est un peu mieux passé. Ça a quand même été une saison avec des hauts et des bas, comme c'est souvent le cas dans une équipe de milieu de plateau, mais le bilan a été plus positif."

"Toro Rosso méritait de ma part plus qu'une bonne course"

Après deux podiums conquis avec Red Bull en 2015 et 2016, le Russe en a ajouté un troisième à son palmarès pour l'équipe italienne, et il considère que cette troisième place a justifié son retour en F1. De plus, il voulait offrir un bon résultat à son employeur, qui le méritait selon lui : "En soi, un podium est un bon résultat, surtout pour Toro Rosso. Pour nous, c'était un super résultat et à ce moment-là je me suis dit que je n'étais pas revenu pour rien."

Lire aussi :

"Cela a été un résultat spécial, c'était spécial d'offrir cela à une équipe à laquelle je tiens beaucoup. C'est une équipe qui méritait de ma part un peu plus que juste une bonne course, je voulais leur donner une course extraordinaire. J'y suis arrivé et ce jour-là il était donc très important pour moi de voir le bonheur sur les visages de toute l'équipe, de Franz [Tost]. Je me suis un peu racheté en les récompensant pour toutes les courses qui n'avaient pas été tellement bonnes."

Son meilleur résultat de l'année 2019 a été accompagné d'un autre heureux événement pour lui, puisqu'il a eu son premier enfant lors du même week-end. Il est allé voir sa fille le dimanche soir après la course et était tout aussi ravi que fatigué : "Je me suis réveillé à l'hôpital avec ma fille ! Je n'avais donc pas beaucoup dormi, mais j'étais heureux pour deux raisons : la naissance de ma fille et le podium la veille. Ces deux jours-là ont été assez chargés, très heureux, et j'ai peu dormi !"

Propos recueillis par Roberto Chinchero

partages
commentaires
Les 13 rivalités internes les plus toxiques de la F1

Article précédent

Les 13 rivalités internes les plus toxiques de la F1

Article suivant

Lando Norris s'impose pour ses débuts en IndyCar

Lando Norris s'impose pour ses débuts en IndyCar
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021