L'entourage Ferrari de Schumacher : Jean Todt (1/3)

L’une des plus grandes qualités que l’on peut mettre au crédit de Michael Schumacher est sa capacité incroyable à fédérer toute une équipe et à faire en sorte de focaliser toute son attention sur lui, afin qu’il en devienne l’élément central

L’une des plus grandes qualités que l’on peut mettre au crédit de Michael Schumacher est sa capacité incroyable à fédérer toute une équipe et à faire en sorte de focaliser toute son attention sur lui, afin qu’il en devienne l’élément central.

Cette qualité, nous avons pu l’observer dans toutes les équipes par lesquelles il a pu passer mais l’Allemand l’a littéralement poussée à son paroxysme chez Ferrari puisqu’en plus d’avoir conquis le cœur des membres de la Scuderia, il a conquis celui des tifosi du monde entier et est ainsi devenu un membre tout à fait spécial de la famille de Maranello.

Il n’est d’ailleurs pas exagéré de dire que Schumacher était le protégé des différents décideurs de Ferrari comme Luca Di Montezemolo, Ross Brawn ou encore Jean Todt.

Ce dernier, débauché de chez Peugeot Talbot Sport par le premier en 1993, a été directeur de la Scuderia jusqu’en 2007 et donc tout au long du passage de Schumacher au sein de la marque au cheval cabré. C’est d’ailleurs lui qui l’a embauché fin 1995 pour aider à redorer le blason de Ferrari, qui n’a plus gagné de titre des pilotes depuis 1979 avec Jody Scheckter.

La première année du jeune allemand chez Ferrari, en 1996, aura été difficile malgré trois victoires et une troisième place finale. La monoplace rouge n’était pas encore suffisamment performante et c’est un travail acharné qu’il fallait alors mener pour atteindre le haut de la hiérarchie. C’est dans ces moments difficiles que Schumacher et Todt ont commencé à entretenir une relation très particulière, bien différente de ce qu’on voit habituellement entre un pilote et son patron.

Le Français et le Kaiser sont véritablement unis par une profonde amitié et se considèrent comme étant membres d’une même famille. Ce lien fort, allié à la formidable entente présente au sein de la dream team composée de nos deux protagonistes, de Ross Brawn et de Rory Byrne, est probablement ce qui a permis à Ferrari d’avoir le succès qu’elle a connu à la fin des années 1990 et au début des années 2000 pour devenir un vrai rouleau compresseur pour la concurrence.

Mais c’est aussi grâce à cette unité rare que des saisons difficiles comme 2005 ont pu être surmontées pour revenir au sommet dès l’année suivante.

En plus de relever très haut les standards en termes de conditions physiques, Schumacher a donné au microcosme de la Formule 1 et au monde entier la recette pour rester longtemps tout en haut de la hiérarchie. Beaucoup l’admettent : gagner un Grand Prix ou un titre est très difficile, mais en gagner plusieurs et rester longtemps au sommet l’est beaucoup plus.

Ce que Schumacher a fait, Sebastian Vettel est en train de le mettre en application aujourd’hui. Tel que l’a fait son idole il y a dix ans, le jeune allemand a su faire de l’équipe Red Bull Racing sa propre équipe et est en train de devenir, à seulement 25 ans, la référence absolue en Formule 1.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Luca Di Montez , Ross Brawn , Jody Scheckter , Sebastian Vettel , Jean Todt
Équipes Red Bull Racing , Ferrari
Type d'article Actualités