L'Europe ne perdra pas ses Grands Prix

Alors qu'il y a dix ans, seules cinq manches du championnat du monde de F1 se disputaient en dehors de l'Europe, il y en a aujourd'hui près de la moitié qui se disputent sur d'autres continents

Alors qu'il y a dix ans, seules cinq manches du championnat du monde de F1 se disputaient en dehors de l'Europe, il y en a aujourd'hui près de la moitié qui se disputent sur d'autres continents.

Bernie Ecclestone, patron du FOM et détenteur des droits commerciaux de la F1, indique cependant que "le vieux continent ne perdra pas ses Grands Prix au profit des pays émergents". Pourtant, Saint Marin et la France sont deux récents perdants, qui ont laissé leur place à Singapour et à Abu Dhabi.

"Nous avons maintenant deux courses en Espagne, et je suis convaincu que nous allons organiser des courses sur deux circuits en Allemagne, même si cela se fait en alternance," explique le Britannique.

De nombreux tracés européens, souvent historiques, sont encore et toujours menacés à l'heure actuelle, dont Silverstone ou Hockenheim. A l'inverse, l'Inde, la Russie ou la Bulgarie attendent avec impatience d'organiser leur premier Grand Prix national.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités