Formule 1 2017
Dossier

Formule 1 2017

L'intérêt de Renault pour Sainz est un "honneur", pas une distraction

Carlos Sainz assure qu’il n’y a aucune raison pour lui d’éprouver de la déception, alors que Red Bull ne souhaite pas le libérer pour qu’il rejoigne Renault la saison prochaine.

L'intérêt de Renault pour Sainz est un "honneur", pas une distraction
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso avec Tabatha Valles, attachée de presse Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 et Esteban Ocon, Manor Racing MRT05 en lutte pour une position
Jenson Button, McLaren et Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Charger le lecteur audio

Le pilote espagnol est apparu comme l’un des candidats pistés par Renault pour intégrer le line-up de l’écurie française en 2017. Les dirigeants de Red Bull ont été sondés par ceux du Losange, mais ils se sont toutefois montrés très clair en précisant qu’il n’était pas question de libérer Carlos Sainz de son contrat avec Toro Rosso.

Si cela signifie qu’il pourrait manquer l’occasion de s’engager avec un constructeur, Sainz s’est néanmoins dit heureux de sa situation actuelle, considérant que l’intérêt qui lui était porté était une source de motivation supplémentaire.

"C’est certain, il y a eu un intérêt, un contact", a confirmé Carlos Sainz dans le paddock de Sepang. "Au final, c’est un honneur qu’un constructeur se préoccupe de moi et veuille connaître ma situation contractuelle."

"Mais comme vous le savez plus ou moins avec Red Bull, ce sont eux qui guident votre carrière. Ils m'ont payé cinq années en formules de promotion, ce sont des millions d’euros, et je comprends parfaitement qu’ils ne veuillent pas me laisser partir après avoir dépensé tant d’argent, alors que je suis désormais dans le meilleur moment de ma vie, de ma carrière."

"Pour moi, c’est un honneur de susciter l’intérêt d’une équipe d’usine, qui me veut pour développer la voiture, pour créer une bonne base pour l’avenir. Mais en fin de compte, comme je l’ai toujours dit, mon objectif principal n’est pas 2017 mais 2018, pour me battre pour le titre mondial, et j’espère que ce sera avec Red Bull. Ce sera mon principal objectif."

Confiance totale en Toro Rosso

L’Espagnol assure également que les spéculations autour de son avenir n’ont absolument pas affecté les efforts qu’il fournit actuellement chez Toro Rosso, ni sa confiance dans le fait de disposer d’une monoplace performante en 2017 avec l’écurie italienne.

"Je pense que si ça me déstabilisait, je préférerais ne pas en parler, mais c’est quelque chose que j’apprécie, que j’accueille bien, et je continuerai à faire mon travail comme je l’ai fait tout au long de l’année", insiste-t-il.

"J’ai totalement confiance en Toro Rosso pour qu’ils produisent un bon châssis pour l’année prochaine. S’il y avait le moindre doute, Singapour a prouvé que Toro Rosso possède le troisième ou le quatrième meilleur châssis de la grille."

"Même sur un circuit avec des courtes lignes droites comme Singapour, nous avions un déficit de 12 à 14 km/h, mais nous étions quand même sixième en qualifications, à seulement une seconde de Red Bull. Cela montre que la voiture est performante dans les virages."

partages
commentaires

Les organisateurs "surpris" par les doutes autour du GP du Brésil 2017

Line-up 2017 - Magnussen ne comprend pas le retard de Renault