L'utilisation des pneus durs pourrait être la clé

Les qualifications du GP du Japon ont offert une première pole position de la saison à Mark Webber, enfin venu à bout de son coéquipier Sebastian Vettel

Les qualifications du GP du Japon ont offert une première pole position de la saison à Mark Webber, enfin venu à bout de son coéquipier Sebastian Vettel. Pourtant, l'un des faits marquants de cette séance aura bien été le niveau de performance de la Lotus de Romain Grosjean en pneus durs lors de la Q1. Le Franco-Suisse, quatrième sur la grille de départ, a montré au fil du weekend que son équipe est bien là sur les longs relais et sait exploiter au mieux le composé le plus dur proposé par Pirelli ce weekend...

Il a eu un niveau d’évolution de piste assez conséquent au fil du weekend jusqu’à présent, et nous nous attendons à assister à deux arrêts aux stands si la course se déroule normalement demain”, relate Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

La différence de temps au tour entre les deux mélanges désignés est bien plus faible que lors des deux dernières courses, ce qui influence les stratégies et a rendu plus facile la sortie de Q1 avec les pneus durs, comme on l’a vu avec l’impressionnant tour de Grosjean en Q1”.

Cela ouvre des opportunités stratégiques différentes pour la course de demain, avec plusieurs options pouvant potentiellement être payantes. Les chronos sont très serrés et c’est une opportunité de réellement faire la différence.

Bien que le circuit soit exigeant avec les pneus, en raison des demandes les plus importantes de l’année en termes d’énergies latérales, l’usure et la dégradation sont là où nous les attendions. Nous avons vu en qualifications que les temps n’ont pas significativement chuté, même avec des pneus usés”, conclut le Britannique.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sebastian Vettel , Romain Grosjean
Type d'article Actualités