Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
51 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
58 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
72 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
86 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
100 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
135 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
142 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
156 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
163 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
177 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
191 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
219 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
226 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
240 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
247 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
261 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
275 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
282 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
296 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
310 jours

La chronique de Felipe Massa - Dans le match avec Red Bull !

partages
commentaires
La chronique de Felipe Massa - Dans le match avec Red Bull !
Traduit par: Basile Davoine
4 mai 2016 à 13:57

Dans sa seconde chronique pour Motorsport.com, Felipe Massa revient sur son Grand Prix de Russie et sur l'objectif de Williams : concurrencer Red Bull.

Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams leads team mate Valtteri Bottas, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38 s'entraîne aux arrêts aux stands
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07 et Felipe Massa, Williams FW38 en lutte pour une position
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12

Sotchi est l’un de ces endroits du monde où il n’est pas facile d’aller. Alors il y a deux ans, j’ai organisé un vol charter, avec un certain nombre de pilotes qui résident à Monaco. C’est une tradition qui se poursuit aujourd’hui, et nous nous sommes assurés d’immortaliser ce voyage ensemble avec des photos de groupe. 

Cette année, c’était à Nico Rosberg de tout organiser, et je dois dire qu’à en juger par l’issue de la course, peut-être que ça lui a porté bonheur. J’espère que ça veut dire qu'à l'avenir, il acceptera cette tâche avec plaisir !

Un boost au championnat

Sur la piste, cela fut un Grand Prix de Russie positif pour Williams Martini Racing, et en termes de points, ce fut une très bonne course pour nous. 

À certains moments du week-end, nous aurions même pu imaginer que nous allions terminer sur le podium. Même si ça ne s’est pas produit, quitter Sotchi avec 22 points pendant que Red Bull n’en a pris aucun n’est pas mauvais du tout. Nous avons repris beaucoup de terrain au championnat constructeurs, et c’est vraiment important. 

Le week-end a été bon dès le début. Williams ne se trouve d’habitude pas en bonne position pendant les EL1 et les EL2 le vendredi, car nous préférons mener tout notre travail en vue de la course. Les ingénieurs aiment aussi se concentrer sur leur analyse de la dégradation pneumatique, ce qui veut dire qu’il y a un programme strict avec des longs relais. Il arrive donc rarement que moi ou Valtteri Bottas terminions parmi les cinq premiers le vendredi. 

Mais c’est exactement ce qui est arrivé à Sotchi, et ces positions n’étaient certainement pas dues au hasard. Le pas en avant que nous avons fait s’est également confirmé le samedi et le dimanche, avec Valtteri prenant la quatrième place et moi la cinquième. C’est vrai que Ferrari et Mercedes étaient hors d’atteinte, mais à Sotchi nous étions clairement la troisième meilleure équipe. 

Arrêt supplémentaire

Ma course a été assez simple, et je suis ravi d’avoir trouvé un bon rythme. En fin de Grand Prix, nous avons même décidé de faire un deuxième arrêt au stand par précaution, car Valtteri était clairement devant moi avec une bonne marge de sécurité, et derrière moi il y avait un gros écart avec Fernando Alonso. Cela m’a permis de changer de pneus sans prendre le risque de perdre des places. 

Je suis revenu aux gommes supertendres, avec lesquelles j’avais débuté la course, et je savais aussi que, s’il y avait eu l’intervention de la voiture de sécurité dans les derniers tours de course, je me serais retrouvé dans une situation idéale ! Même sans ça, je dois reconnaître que j’étais très optimiste quant à la possibilité de réaliser le meilleur tour en course, car j’étais dans des conditions parfaites : peu d’essence et des pneus neufs. 

À un moment, j’ai cru que j’avais réussi, mais Rosberg a répondu à la fin. Monstrueux ! De toute manière, tout le monde a vu que Mercedes était imbattable à Sotchi. 

Deux philosophies de course

En Russie, c’était une course avec très peu d’usure pneumatique, et c’est quelque chose qui a donné lieu à des analyses différentes. En F1, je crois que nous voyons souvent deux philosophies différentes désormais, et chacune d’entre elles rend heureuses des personnes différentes. 

Du point de vue des pilotes, quand il y a une dégradation élevée, je dois dire que la course devient moins excitante. Il faut se concentrer sur de nombreux autres aspects que la bagarre contre les autres concurrents, et on devient un peu un ingénieur dans la voiture car il faut surveiller énomément de paramètres. Je crois que c’est moins satisfaisant pour les pilotes, même si pour les spectateurs le spectacle est plus enthousiasmant - comme nous l’avons vu lors du Grand Prix de Chine. Là-bas, nous avons vu de nombreux arrêts et beaucoup de dépassements, qui étaient générés par le fait d’avoir une grande variété de stratégies de course. 

À Sotchi, c’était un type de course différent car dépasser était très difficile. En course, nous n’avons pas vu non plus beaucoup d’arrêts, et les stratégies étaient virtuellement les mêmes pour tout le monde, avec un seul arrêt. Quand c’est comme ça, les pilotes peuvent attaquer à 100%, mais paradoxalement, ça signifie que le spectacle n’est pas aussi bon !

La lutte contre Red Bull

Désormais, nous nous concentrons sur la prochaine course à Barcelone. C’est un circuit que les pilotes et les équipes connaissent vraiment bien, après les essais hivernaux qui ont eu lieu là-bas. 

Le circuit de Catalunya récompense un bon châssis et une bonne aérodynamique, particulièrement dans le troisième secteur. Ce ne sera pas un week-end facile pour nous, mais nous chercherons à prendre autant de points que possible à Red Bull. 

Nous avons encore plusieurs bonnes cartes à jouer, et je veux profiter de ce moment pour souligner que, dans cette première partie de saison 2016, Williams a fait un pas de géant avec les arrêts au stand. Lors de ces quatre courses disputées jusqu’à présent, nous avons été l’équipe la plus rapide, trois fois avec moi et une fois avec Valtteri. Alors je voudrais applaudir tous les gars de l’équipe pour le travail accompli. Continuons comme ça !

Article suivant
Alonso et l'Aeroscreen : "La F1 n'a pas besoin de héros"

Article précédent

Alonso et l'Aeroscreen : "La F1 n'a pas besoin de héros"

Article suivant

La protection du cockpit "inévitable" en formules de promotion

La protection du cockpit "inévitable" en formules de promotion
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Lieu Sochi Autodrom
Pilotes Felipe Massa Boutique
Équipes Williams