La F1 en Russie : Horner critique les médias

Au mois de novembre aura lieu le premier Grand Prix de Russie de l'histoire de la Formule 1 sur le tracé de Sotchi, lieu des Jeux Olympiques d'hiver 2014

Au mois de novembre aura lieu le premier Grand Prix de Russie de l'histoire de la Formule 1 sur le tracé de Sotchi, lieu des Jeux Olympiques d'hiver 2014. Un Grand Prix d'Europe, organisé en Azerbaïdjan, va également faire son apparition au calendrier en 2016.

Ces nouvelles courses, organisées dans des pays où les Droits de l'Homme et la liberté de la presse sont restreints, ont rapidement attiré un regard critique de la part des médias. Christian Horner, directeur d'équipe chez Red Bull, estime toutefois que ces derniers ne devraient pas prendre ces pays pour cible.

"Ecoutez, il y a un calendrier qui est publié au mois d'octobre ou de novembre tous les ans", rappelle Horner lors de la conférence de presse officielle de la FIA. "Nous avons tous le choix de nous inscrire au championnat du monde, ou pas. Tous ceux qui sont assis à mes côtés sont des amoureux de la course, et ils sont là parce qu'ils sont passionnés par ce sport et ils veulent concourir".

"Quand nous nous inscrivons au championnat, nous accordons notre confiance au promoteur et à la FIA", poursuit le Britannique, "et nous allons participer à ces courses à moins qu'ils nous disent que notre présence n'y est pas nécessaire. Tous autant que vous êtes, ou une grande majorité d'entre vous, vous y serez présents. Pourquoi ? Soit parce que vous êtes passionnés par ce sport, soit parce que vous gagnez votre vie en couvrant ce sport, et je pense que c'est mal de faire de la Formule 1 un sujet politique quand on représente le même sport".

Horner a rencontré le soutien des autres dirigeants d'écurie assis à ses côtés lors de la conférence, notamment venant de Claire Williams, Marco Mattiacci et Vijay Mallya. "C'est à la FIA de nous guider, et nous suivons leurs conseils", déclare notamment l'Indien. "Nous courons là où ils organisent les événements. C'est aussi simple que ça".

La tension de la situation politique russe est passée à un degré encore supérieur depuis la catastrophe aérienne du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu par un missile et provoquant la mort des 300 passagers de l'appareil. Le Grand Prix de Russie semble néanmoins parti pour avoir lieu.

Dans un contexte tendu pour d'autres raisons, à savoir des émeutes dans le pays, le Grand Prix de Bahreïn avait été annulé en 2011, même si son retour en 2012 s'était fait dans des conditions politiques toujours troubles.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Williams
Type d'article Actualités