La F1 plus lente en 2012 qu'en 2011!

Alors que Michael Schumacher se fait le porte-parole fracassant de plusieurs pilotes ayant des doutes sur la philosophie pneumatique suivie par la F1, empêchant ces derniers, selon le Kaiser, d’extraire le plein potentiel de leurs monoplaces, il...

Alors que Michael Schumacher se fait le porte-parole fracassant de plusieurs pilotes ayant des doutes sur la philosophie pneumatique suivie par la F1, empêchant ces derniers, selon le Kaiser, d’extraire le plein potentiel de leurs monoplaces, il convient de jeter un œil aux chiffres pour comparer les exercices 2011 et 2012.

Bahreïn exclu (n’ayant pas été au calendrier l’an dernier), la F1 a tourné moins vite en moyenne de plus de 1.3 sec au tour sur les trois premières manches du championnat!

Sur la base des meilleurs tours réalisés par tous les pilotes en course, la comparaison est ainsi frappante : en Australie, Malaisie et Chine, conditions climatiques mises de côté, le plateau F1 a tourné bien moins vite en course qu’en 2011.

Pirelli a produit des pneumatiques plus tendres cette saison, ce qui devrait avoir un impact positif sur les temps au tour. Cependant, le retrait des diffuseurs à étages ainsi que le fait de devoir encore plus gérer les gommes sur la durée en course ont contribué à un rapprochement significatif de la hiérarchie vers le haut; Red Bull et McLaren ne trouvant pas un avantage aussi conséquent après avoir particulièrement développé le double diffuseur l’an dernier.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes McLaren
Type d'article Actualités