La FIA va se pencher sur les insultes de Vettel contre Whiting

partages
commentaires
La FIA va se pencher sur les insultes de Vettel contre Whiting
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
1 nov. 2016 à 08:00

Les vociférations et les insultes de Sebastian Vettel à la fin du Grand Prix du Mexique ne sont pas tombées dans l'oreille d'un sourd puisque Motorsport.com a appris que la FIA allait se pencher sur la question.

Charlie Whiting, Délégué de la FIA lors d'une conférence de presse
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Podium : Tony Walton, mécanicien Mercedes AMG F1; Nico Rosberg, Mercedes AMG F1, deuxième; Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, vainqueur; Sebastian Vettel, Ferrari, troisième
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H salue la foule à la fin de la course
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H

Suite à un court-circuitage du virage 2 par Max Verstappen dans la dernière partie de course alors qu'ils étaient tous les deux à la lutte, l'Allemand s'est répandu de manière très véhémente à la radio estimant que le Néerlandais devait le laisser passer, allant même jusqu'à insulter le directeur de course, Charlie Whiting.

Voici l'extrait des échanges radio de ce moment de tension :

Vettel : "Écarte-toi ! Écarte-toi, bon sang !"

Vettel : "C'est un ******, voilà ce qu'il est."

Vettel : "Sérieux, je suis le seul, vous ne voyez pas la même chose que moi ? Il me ralentit et Ricciardo me rattrape, merde !"

Riccardo Adami, ingénieur : "Charlie [Whiting] dit que..."

Vettel : "Ouais, ben tu sais quoi, voilà ce que je lui dis à Charlie : va te faire foutre ! Franchement, va te faire foutre !"

Code Sportif

L'attitude et les mots de Vettel ont créé la polémique et le quadruple champion du monde est allé s'excuser auprès de Whiting après la course. Cependant, même si la FIA n'a pas encore officiellement réagi à cette situation, il semble que l'instance prenne la question très au sérieux et étudie les décisions à prendre.

Si le comportement de Vettel est considéré comme inacceptable, une enquête formelle pourrait être déclenchée pour vérifier que le pilote Ferrari n'est pas en infraction avec une des règles qui régissent la discipline.

La FIA pourrait considérer que les excuses sont suffisantes mais si elle adopte une ligne plus stricte, le Code Sportif International de la FIA offre des possibilités d'action.

En effet, l'article 12.1.1.f dispose que "sont considérés comme infractions aux règlements, en dehors des cas qui sont prévus : [...] tout propos, acte ou écrit qui porte un préjudice moral ou matériel à la FIA, à ses organes, à ses membres ou ses dirigeants".

Les sanctions possibles vont alors de la simple réprimande à la suspension pure et simple d'un Grand Prix en passant par une amende. 

Article suivant
Photos - La F1, une question de style !

Article précédent

Photos - La F1, une question de style !

Article suivant

Renault - La nationalité n'est pas un critère de choix de pilote

Renault - La nationalité n'est pas un critère de choix de pilote
Charger les commentaires