La génèse du V6 turbo Renault Sport

partages
commentaires
La génèse du V6 turbo Renault Sport
22 juin 2013 à 09:00

Le projet Renault Energy F1-2014 est né dès janvier 2012, soit plus de 2 ans avant sa mise en service dans le Championnat du Monde de Formule 1

Le projet Renault Energy F1-2014 est né dès janvier 2012, soit plus de 2 ans avant sa mise en service dans le Championnat du Monde de Formule 1. Retour sur 18 mois de travail intense.

En janvier 2012, le premier cylindre du V6 passe sur le banc d'essai monocylindre de Viry-Châtillon, pour ainsi permettre de vérifier la combustion et la consommation d'essence, qui sera un élément critique en 2014. Toute modification nécessaire pourra ainsi être apportée à ce seul cylindre de test, et dupliquée sur les 5 autres.

Ces essais se poursuivent pendant 6 mois et en juin 2012, c'est la première fois que le bloc V6 complet est essayé. Avant la performance, c'est la fiabilité du moteur qui est mise à l'épreuve, sur des distances de plus en plus longues.

Au mois de février 2013, c'est au tour des systèmes de récupération d'énergie MGU-H et MGU-K d'être montés sur le V6. Pour 2014, le KERS occupera une place bien plus importante, permettant ainsi à la F1 de continuer ses initiatives vertes.

Et enfin, ce mois-ci le premier moteur conçu pour la Formule 1 a été testé et présenté aujourd'hui lors du salon du Bourget. Il faut maintenant optimiser tout le package avant de passer aux essais en piste.

La piste justement, le Renault Energy F1-2014 va la découvrir avec les écuries partenaires dès janvier 2014, avant le premier Grand Prix, prévu en Australie au mois de mars.

Prochain article Formule 1
Ils revivent au Mans : Bruno Senna

Article précédent

Ils revivent au Mans : Bruno Senna

Article suivant

Le bruit du moteur turbo sera toujours élevé

Le bruit du moteur turbo sera toujours élevé

À propos de cet article

Séries Formule 1
Type d'article Actualités