La géographie de Shanghai affecte le moteur

Le Grand Prix de Chine se tient sur le démesuré circuit de Shanghai, dans la périphérie de la mégalopole renommée pour son célèbre "smog", ce constant nuage bas de pollution atmosphérique laissant rarement filtrer les rayons de soleil

Le Grand Prix de Chine se tient sur le démesuré circuit de Shanghai, dans la périphérie de la mégalopole renommée pour son célèbre "smog", ce constant nuage bas de pollution atmosphérique laissant rarement filtrer les rayons de soleil. Rémi Taffin, de Renault Sport F1, décrit les inhabituelles caractéristiques de la venue chinoise.

"La localisation du circuit apporte une contrainte inhabituelle. Situées dans la zone industrielle jouxtant la piste, les usines de béton rejettent beaucoup de poussières dans l’atmosphère. Nos filtres à air doivent être vérifiés et nettoyés après chaque séance pour éviter de perdre de la puissance,"décrit-il ainsi, conscient de l'impact de l'environnement proche sur les performances moteur.

De plus, les conditions atmosphériques de Shanghai compliquent la préparation de cette course.

"La température ambiante peut varier énormément, nous avons eu une amplitude de +/- 10°C au cours des six dernières années. La température peut également changer au cours du week-end. En 2012, nous avons eu jusqu’à 5°C de différence. Lorsqu’il fait frais, la puissance du moteur est plus élevée, mais la consommation de carburant au tour augmente également. Les motoristes devront donc prendre en compte tous ces paramètres et consolider une marge de sécurité tout au long du week-end."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités