La nuit singapourienne n'a pas réussi à Vergne

Parti douzième sur la grille, Jean-Éric Vergne a connu un Grand Prix de Singapour difficile, la faute à une stratégie pneumatique inadaptée et une monoplace récalcitrante

Parti douzième sur la grille, Jean-Éric Vergne a connu un Grand Prix de Singapour difficile, la faute à une stratégie pneumatique inadaptée et une monoplace récalcitrante. La quatorzième place finalement décrochée par le pilote Toro Rosso ne le satisfait pas, mais il garde espoir pour la fin de la saison. "Je n’ai pas pris le meilleur départ possible, et pour tenter de refaire notre retard, nous sommes passés d’une stratégie à deux arrêts à une stratégie à trois arrêts. Au final, je pense que cette décision m’a empêché d’avoir une chance de marquer des points", raconte le Français qui espérait pourtant finir parmi les dix premiers avant le départ. La forte usure des pneumatiques sur l’exigeant circuit de Marina Bay a mené la vie dure à Vergne. "Aujourd’hui, j’ai trouvé qu’il était difficile de maintenir la voiture sur la piste. A la fin de la course, mes pneus étaient complétement usés, et on m’a dit de ralentir car la voiture surchauffait. Ce Grand Prix est toujours long et dur, particulièrement pour moi puisque je n’avais personne avec qui me battre vers la fin. Je n’avais qu’à tout donner pour garder la voiture éloignée des barrières", poursuit JEV. Mais l’actuel quinzième du classement des pilotes ne perd pas espoir de réaliser de bonnes courses durant les six Grands Prix restants. "J’essaie toujours de regarder le bon côté des choses, et je pense que les améliorations apportées ont bien fonctionnées. Nous avons beaucoup appris sur la voiture et je suis convaincu que nous pouvons bien conclure cette saison. Nous espérons commencer dès la Corée, où la voiture devrait bien se comporter". C’est tout le bien que l’on peut lui souhaiter…

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités